mbet

Connect with us

À la Une

RDC : À moins de 10 jours des élections, La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme dénonce les violences

Published

on

La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme a dans un communiqué parvenu à la rédaction de CONGOPROFOND.NET exprimé sa grande inquiétude face aux violences perpétrées cette semaine contre des partisans de l’opposition dans au moins trois provinces de la République démocratique du Congo (RDC) à moins de 10 jours des élections générales.

“Je suis profondément préoccupée par les informations faisant état d’un usage excessif de la force, y compris de balles réelles, par les forces de sécurité contre les rassemblements de l’opposition” a dit Michelle Bachelet.

À seulement quelques jours des élections cruciales qui se tiendront en République démocratique du Congo, poursuit-elle, il est primordial que les autorités veillent à ce que les droits à la liberté d’expression et de réunion pacifique soient pleinement protégés et qu’elles prennent toutes les mesures possibles pour prévenir les actes de violence”.

Aussi, a-t-elle insisté sur le droit de tous les candidats d’être « en mesure de tenir des réunions et des rassemblements pour faire campagne en faveur de leur élection ».

Par la même occasion, Madame la Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) a indiqué qu’au moins trois hommes ont été tués mardi et plusieurs autres blessés après que la police aurait tiré à balles réelles contre un rassemblement de l’opposition à Lubumbashi, dans la province du Haut-Katanga. Le convoi du candidat Martin Fayulu aurait également été attaqué par la police. Au cours des affrontements qui ont suivi entre partisans de différents partis, sept véhicules, dont un appartenant à la Police nationale congolaise, ont été détruits et le bureau du procureur a été incendié.

En outre, la cheffe du HCDH s’est dite alarmée par les informations faisant état de l’ingérence de groupes armés dans les campagnes électorales.

Des menaces ont été proférées contre des partisans de plusieurs partis politiques, notamment ceux appartenant à la majorité présidentielle, en particulier au Nord-Kivu et au Sud-Kivu. Des partisans de l’opposition auraient également perturbé les réunions de campagne organisées par les candidats de la majorité présidentielle dans les provinces du Kwilu et du Kasaï.

Mme Bachelet conclût ses propos tout en dénonçant l’utilisation de discours incendiaires par les dirigeants politiques.

Dans un environnement électoral déjà tendu, Elle a exhorté le gouvernement à faire clairement comprendre que les menaces et la violence contre les opposants politiques ne seront pas tolérées. Tout en demandant aux autorités de veiller à ce que ces incidents fassent rapidement l’objet d’une enquête et à ce que les droits à la liberté d’expression et de réunion pacifique conditions essentielles pour assurer la crédibilité des élections soient pleinement protégés.

MUAKAMU/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

À la Une

RDC : Le paradoxe Katumbi sur la guerre du M23 !

Published

on

Réagissant sur les affrontements actuels entre les FARDC et les rebelles du M23, le Président du parti Ensemble pour la République, Moïse Katumbi écrit ceci sur son compte twitter:

“Jamais la guerre n’apporte de solution. Face à la nouvelle épreuve que nous traversons, soyons tous unis. Tout mon soutien va aux #FARDC qui se battent avec courage face aux #M23 ! Le sort des milliers de nos compatriotes en détresse doit être notre toute première préoccupation.”

Un tweet qui a suscité plusieurs réactions en défaveur du candidat à l’élection Présidentielle de 2023.

Plusieurs internautes ont indiqué les incohérences contenues dans ce tweet:

D’un coté, l’ancien Gouverneur du Katanga déplore le fait que la guerre n’apporte pas des solutions. De l’autre, il encourage les FARDC à continuer la guerre contre les M23.

Si la guerre n’apporte pas la solution, Pourquoi continuez à se battre alors?

Et dire que Moïse Katumbi ne cite pas nommément le Rwanda comme soutien aux M23 n’arrange pas les choses pour celui qui vient de se réconcilier avec Joseph Kabila, son ancien ennemi.

Il est aussi un fait que Moïse Katumbi n’a jamais encouragé les consultations de Nairobi qui avaient pour but de rechercher la paix avec les groupes armés opérant à l’Est de notre pays.

À l’heure où tous les Congolais devraient parler d’une même voix pour soutenir ce énième combat contre le Rwanda et ses suppôts, les propos de Moïse Katumbi sonnent comme un aveu d’échec et de découragement…

Ce tweet aurait pu être évité !

Bishop Mfundu/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising

K-WA Advertising