Connect with us

À la Une

RDC: 5 opposants évaluent l’accord « Lamuka » ce jeudi à Bruxelles

Published

on

Le reste de sept principaux leaders de l’opposition congolaise et géniteurs de la coalition « Lamuka » se réunissent ce jeudi 15 novembre 2018 à Bruxelles.

À cet effet, a-t-on appris des sources proches de ces leaders, il sera question de faire l’état de lieu de la coalition « Lamuka » amputée de deux autres ténors de l’opposition, notamment Félix Antoine Tshisekedi ( UDPS) et Vital Kamerhe( UNC).

jusqu’ici, les quatre leaders maintiennent leur soutien à Martin Fayulu et comptent mouiller le maillot pour appuyer cette candidature.

Dans l’opinion, plusieurs questions taraudent les esprits : »Jean-Pierre Bemba, Moise Katumbi, Freddy Matungulu, Adolphe Muzito et Martin Fayulu seront-ils capables de faire un sursaut salvateur à même de provoquer une alternance démocratique tant attendue en RDC ? »

Invité sur Radio France International, le professeur Bob Kabamba a indiqué que si Bemba et Katumbi maintiennent leur soutien à Fayulu, ce dernier sera un candidat sérieux face à Emmanuel Ramazani Shadary, candidat du FCC.

Rappelons-le, cet « accord de coalition politique a été négocié par des forces de l’opposition Lamuka en vue des élections du 23 décembre 2018. Il comporte sept chapitres et 20 articles, reprenant entre autres « des principes de désignations du candidat commun », « des engagements irrévocables » de ce dernier, « de la responsabilité politique des organisations et des leaders » signataires, « l’exercice du pouvoir après les élections » et « l’organisation et la conduite de la campagne présidentielle ».

On y apprend, par exemple, que le choix du candidat commun devait être fondé sur huit « principes » : « la capacité à fédérer les forces de l’opposition avant, pendant et après le processus électoral ; la capacité à rassembler la nation congolaise ; la force d’organisation dans le pays pour conduire une campagne présidentielle ; la densité du réseau des candidats aux élections législatives, nationales et provinciales ; la géographie et la cartographie électorale ; la tendance générale au sein de la population, l’expérience professionnelle et la capacité managériale ; l’expérience électorale ».

Le mode de gestion de l’Etat devrait être consensuel. Le candidat commun, une fois élu, devra organiser une réunion hebdomadaire informelle avec les six autres membres de la coalition pour évaluer l’action du gouvernement. Mais aussi, une fois élu, il devra renoncer ainsi que son parti ou regroupement politique à exercer les fonctions de Premier ministre, de président de l’Assemblée nationale et de président du Sénat qui seront dévolus, avec son soutien actif, à d’autres composantes en tenant compte du poids politique dans les institutions.

Les bureaux de l’Assemblée nationale et du Sénat devraient se constituer en tenant compte de l’équilibre dans les deux Chambres et de la « participation solidaire des parties prenantes à la direction du Parlement ».

Cet équilibre est aussi attendu dans la constitution du cabinet du Président de la République élu « sur base de la compétence et de l’expérience, un cabinet représentatif de toutes les forces qui ont concouru à son élection ».

MUAKAMU/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

À la Une

Or: Remplacements des réserves et nouvelles opportunités pour sécuriser le programme de KIBALI étalé sur plus de 10 ans

Published

on

La plus grande mine d’or d’Afrique, Kibali, est sur la bonne voie pour le remplacement de ses réserves réduites par l’exploitation en 2022, tandis que de nouvelles opportunités de croissance soutiendront également son plan d’affaires étalé sur plus de 10 ans et son statut de l’un des actifs de niveau 11 de Barrick Gold Corporation.

Le président et président directeur général de Barrick, Mark Bristow, a déclaré à la presse aujourd’hui que le gisement prolifique KCD de Kibali continuait d’offrir de la valeur supplémentaire vu que le forage actuel est axé sur la conversion des ressources en réserves et sur l’exploration des filons qui sont encore ouverts en profondeur. En outre, les cibles de Mengu Hill, Ikanva et Gorumbwa présentent le potentiel nécessaire pour renforcer le portefeuille souterrain de Kibali.

« Kibali est une opération très rentable avec ses trois centrales hydroélectriques de classe mondiale qui couvrent la majeure partie de ses besoins énergétiques. Elles seront suppléées par une nouvelle centrale solaire de 17MW qui, une fois achevée en 2025, fera passer la part des énergies renouvelables dans les sources énergétiques de la mine de 81% à 93%, » a déclaré Bristow.

Les références écologiques de Kibali comprennent également la réduction continue des eaux douces provenant de la rivière Kibali et un programme de reboisement qui, à ce jour, a permis de planter plus de 10,000 arbres. La mine poursuit son programme d’appui à la conservation de la biodiversité au Parc National de la Garamba en RDC, avec la réintroduction des rhinocéros provenant d’Afrique du Sud. Les 16 premiers rhinocéros sont attendus à Garamba d’ici la fin du deuxième trimestre de cette année et seront suivis de 60 autres au cours des trois prochaines années.

Conformément à la politique globale de Barrick consistant à employer et à promouvoir les ressortissants du pays hôte, Arthur Kabila a été nommé premier directeur général congolais de Kibali. Depuis l’année dernière, huit autres postes clés de direction et techniques sont désormais occupés par des Congolais.

 

Tshieke Bukasa/Congoprofond


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising