Connect with us

Actualité

RDC : 2.400.000 enfants bientôt dotés des actes de naissance

Published

on

C’est l’objectif du projet rattrapage des naissances à l’état civil du gouvernement congolais et financé par la Banque Mondiale.
Ce projet est conduit par le consortium civipol, UNFPA, Caritas Congo, Digitech, Idiema et Transitec qui apporte un appui technique conséquent au processus de reforme du système d’enregistrement des faits d’état civil et de production des statistiques vitales initié par la RDC en 2016. Le lancement de la campagne de rattrapage scolaire a eu lieu ce mardi 30 avril au siège de l’UNFPA.

Selon Jean Tshikuna, représentant du gouvernement dans le projet intitulé  » renforcement des systèmes de développement humain (PRSDHU), il est question d’améliorer l’indice de développement humain en RDC.

Actuellement, seuls 25% des enfants de moins de 5 ans sont enregistrés à l’état civil. Uniquement dans ce lot, 14% possèdent un acte de naissance d’après l’enquête démographique et de santé de 2013-2014. Or un enfant qui n’est pas enregistré n’est pas reconnu légalement.

La RDC est actuellement classée 176e pays au monde en terme d’IDH sur 189 pays. Or ce projet va doter le pays d’un système d’enregistrement fiable, numérique et biométrique. Ce qui va permettre à la population d’avoir un identifiant unique.

Il a également précisé que dans le cadre de la sous composante relative à l’état civil, il est prévu l’établissement de 2.400.000 actes de naissance à 600.000 élèves de la maternelle et du primaire ainsi que leur fratrie.

La phase pilote va se dérouler à Kinshasa selon Olivier Barnouin, Chef de mission de CIVIPOL.

La commune de Limete servira de zone d’expérimentation.
Elle a été choisie par ce qu’elle réunie les conditions matérielles et possède des archives.

400.000 actes de naissance seront établis pour 100.000 élèves et leur fratrie dans le cadre du premier projet.

Le volet rural va être expérimenté au Maniema et ici les NTIC seront appliquées pour l’établissement des registres civils.

Le second projet va appuyer la modernisation du système de l’état civil en RDC. Et ce, à travers la collecte des données dans plus de 1200 bureaux d’état civil.

S’agissant de la mise en oeuvre de ce projet, Antoine Banza, chargé de programme suivi et évaluation à l’UNFPA, a affirmé que la collecte des données se sont déroulés de mars à avril 2019.  » Au total, 11 superviseurs ont déployés sur terrain pour réaliser la cartographie.
Il s’agit des statisticiens et des démographes.
Ils vont s’appuyer sur 100 enquêteurs recrutés localement, » a-t-il déclaré.

Brigitte Kiaku, chargée de communication de l’UNFPA, a demandé aux participants et particulièrement aux journalistes de sensibiliser la population sur l’enregistrement des enfants à l’état civil.

Rappelons que la mise en oeuvre de ce projet est assuré par les ministères de l’EPSP, de l’intérieur et de la justice. Ils vont intervenir à différentes étapes de l’opération.

Ayant obtenu un financement initial de 15.000.000$, le projet a bénéficié de la Banque Mondiale un financement additionnel de 41.000.000$.
Il encoure jusqu’au mois d’août 2020.

TMB/ CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Actualité

Kibali Gold Mine : Dr Mark Bristow dévoile les défis de l’an 2023 

Published

on

Le leadership de la société d’exploitation d’or Kibali Gold Mine a animé, ce lundi 30 janvier 2023, sa 47ème conférence de presse trimestrielle afin d’éclairer l’opinion publique sur ses activités en RDC. 

En somme, a rappelé Dr Mark Bristow, les investissements de Kibali en RDC, depuis 2009 à ce jour, dépasse les 4,4 milliards de dollars américains. A l’en croire, la plus grosse part, soit 2,36 milliards USD, a été consacrée au paiement aux entrepreneurs et fournisseurs. 1,21 milliard USD a permis de payer les redevances, impôts et permis d’exploitation. Quant aux salaires, ils ont bénéficié d’une enveloppe de plus de 610 millions USD, alors que 194,7 millions USD ont permis de construire des infrastructures et de soutenir les communautés locales.

Fort de ses solides performances et réalisations de 2022, Kibali va continuer, en 2023, à se concentrer sur l’extension de la durée de vie de la mine de Kibali avec des programmes d’exploration et de conversion des ressources de classe mondiale à Kibali.

Cette société, affirme son numéro 1, poursuivra, durant cette nouvelle année, l’exploration pour des réserves supplémentaires afin de remplacer les ressources épuisées.

Elle tient à augmenter l’automatisation au sein de sa mine souterraine avec l’installation du Multi-Lite à tous les niveaux de la mine souterraine.

Kibali promet de poursuivre le perfectionnement professionnel des Congolais afin d’augmenter le nombre de dirigeants et techniciens nationaux.

Il va compléter le PAR (Plan de Réinstallation) Kalimva/lkamva et développer des programmes économiques alternatifs dans les zones de Watsa/Durba et étendre son partenariat avec les agences de développement (USAID, GIZ).

 » Nous allons renforcer notre partenariat avec les entrepreneurs locaux et dynamiser la frontière économique déjà établie et continuer à établir des partenariats avec les communautés et maintenir notre licence sociale d’exploitation », a conclu le Dr Mark Bristow.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising