Connect with us

non classé

RD Congo : Entre l’esclavage de l’eau, de l’air et la perception du monde

Published

on

Lorsqu’on plonge dans les méandres de la République Démocratique du Congo, on découvre un pays où l’esclavage revêt des formes insidieuses et inattendues. Bien plus que le contrôle des corps, c’est le pouvoir sur l’eau qui façonne les destinées. En dictant les jours fériés, les jours de travail et même en baptisant les jours de la semaine, une nation entière se plie à la volonté des dirigeants. C’est un esclavage invisible, mais omniprésent, qui régit les mouvements des individus.

Pourtant, il existe un esclavage encore plus subtil, celui de l’air. À des niveaux de magie noire, la manipulation de la perception du monde conditionne les actions du peuple congolais. En semant l’idée que la vie commence dans un big bang pour finir dans un jugement dernier, on fige les esprits, on fige les mouvements. Si tout découle de la création divine, alors pourquoi changer son destin ? C’est ainsi que les croyances façonnent les actions, dans une danse macabre orchestrée par ceux qui contrôlent les récits.

La RD Congo, riche en ressources naturelles et en diversité culturelle, est un terreau fertile pour l’éveil des consciences et la lutte contre ces formes d’esclavage insidieux. En brisant les chaînes de l’eau et de l’air, en questionnant les récits imposés, le peuple congolais peut se libérer et forger son propre destin, loin des entraves invisibles qui tentent de le maintenir dans l’immobilisme.

TEDDY MFITU 

Polymathe, chercheur et écrivain / Consultant senior cabinet CICPAR


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

Santé

Santé : La Société Civile appelle à une lutte contre le paludisme plus équitable et respectueuse des droits humains

Published

on

Lors du Forum Annuel de la Plateforme de la société civile pour l’élimination du paludisme (CS4ME), qui s’est tenu le 23 avril 2024, une déclaration a été adoptée appelant à une prise en compte accrue des droits humains, de l’équité et du genre dans la lutte contre le paludisme. Alors que la Journée mondiale contre le paludisme approche le 25 avril, la société civile mondiale s’est engagée à renforcer ses efforts pour accélérer l’élimination de cette maladie dévastatrice.

La déclaration souligne l’importance de mettre en place des initiatives qui favorisent le respect des droits de l’homme et garantissent l’accès équitable à des services de lutte contre le paludisme de qualité. Elle reconnaît également le rôle crucial des femmes dans la riposte au paludisme et plaide en faveur de leur participation à la prise de décision sur les stratégies et les interventions. De plus, elle souligne la nécessité d’accorder une attention particulière aux populations vulnérables, telles que les personnes déplacées, les réfugiés et les personnes handicapées, afin de garantir leur accès aux services de prévention et de traitement.

Les signataires de la déclaration appellent les décideurs de la lutte contre le paludisme à lever les obstacles à l’accès des populations vulnérables, à atteindre les 20% de la population qui ne bénéficient pas encore de services de lutte contre le paludisme, et à respecter les droits de l’homme de toutes les personnes ayant besoin de ces services. Ils insistent également sur la gratuité des services antipaludiques pour les populations ciblées et sur la nécessité de garantir une qualité de soins respectant les droits humains de tous, indépendamment de leur statut social.

En tant que société civile, les signataires de la déclaration s’engagent à poursuivre leur plaidoyer à tous les niveaux pour atteindre ces objectifs. Ils soulignent que l’engagement significatif de la communauté est essentiel pour garantir le respect des droits de l’homme, de l’équité et du genre dans les politiques de lutte contre le paludisme. En travaillant en collaboration avec les gouvernements, les partenaires internationaux, les dirigeants locaux et les autres parties prenantes, ils s’efforceront de rendre les programmes de lutte contre le paludisme plus équitables, respectueux des droits et transformateurs en termes de genre. L’élimination du paludisme dans le monde est ainsi envisagée comme une réalité imminente.

Désiré Rex Owamba/CONGO PROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte