Connect with us

À la Une

Proposition de Loi sur le droit de grève en RDC : les craintes de la Convention de Lutte pour les Employés

Published

on

Plusieurs réactions sont enregistrées dans l’opinion depuis le dépôt au bureau de l’Assemblée nationale, au début de ce mois de novembre par le député national Guy Mafuta Kabongo, d’une proposition de loi portant les principes fondamentaux relatifs à l’exercice du droit de grève.

Dans le lot, le syndicat interprofessionnel « Convention de Lutte pour les Emplois » (CLE), par l’entremise de son président national, Me José Kadima, a révélé, dans un point de presse ce jeudi 21 novembre, que cette proposition de loi est une tentative d’étouffer la liberté syndicale et le droit de grève. Pour lui, il s’agit d’une nouvelle loi élargissant subtilement le spectre du champ d’interdiction de l’exercice du droit de grève à tous les agents publics, même à ceux dont ce spectre est déjà organisé par les lois spécifiques.

« Inspirée probablement par un souci contre les grèves politiques et la lutte de positionnement, la proposition devrait sérieusement examiner les faits syndicaux et la mauvaise gestion des ressources par les gestionnaires, employeurs du secteur public ou privé à la base des détournements des deniers publics ou privés qui amenuisent continuellement les ressources destinées à la rémunération des travailleurs », fait-il savoir à la presse au siège de la CLE.

Convaincu que la matière évoquée par le député national Guy Mafuta n’est pas orpheline, Me José Kadima a démontré que le souci du constituant concernant l’interdiction ou la limitation de l’exercice du droit de grève a été rencontré par le législateur à travers ces différentes lois déjà complétées par les mesures d’applications.

Sa crainte, souligne-t-il, c’est de voir la proposition de loi de Guy Mafuta être susceptible de consacrer l’interdiction à tous les agents publics et faciliter une dérive antisyndicale pour étouffer l’expression des revendications sociales naissant de la gabegie des ressources disponibles par les mandataires, des détournements des deniers publics, de la corruption en l’absence des poursuites judiciaires.

« En parcourant l’esprit de la proposition, tous les agents des établissements publics, des services publics et des sociétés commerciales poursuivant l’intérêt général risquent d’être privés du droit de grève. Cette proposition dont le caractère liberticide a été démontré, n’est pas de nature à renforcer la crédibilité de l’Etat de droit, la bonne gouvernance et la responsabilité personnelle des mandataires publics », alerte le président national de la CLE qui conseille qu’il serait judicieux que les nouveaux efforts du législateur soient orientés pour renforcer les lois existantes à travers les listes des services essentiels en cas de grève, les instances de conciliation et de médiation pour gérer les revendications sociales afin d’éviter les grèves.

Que ce soit pour les agents de carrière des services publics de l’Etat tout comme pour les agents privés régis par le code du travail, Me José Kadima décèle dans la proposition de loi de Guy Mafuta l’absence criante d’innovations. « Au lieu d’avancer une nouvelle loi qui doit régir la grève pour tout le monde, il y a dans le cadre des lois qui existent, des mesures d’applications qui sont préconisées. On demande tout simplement au premier ministre de prendre un décret pour réglementer le secteur. Donc, quand une loi existe avec des dispositions d’ordre général, il faut que la mesure d’application en donne les modalités pratiques. On ne peut pas vouloir créer une autre loi alors que celle qui existe donne déjà les ouvertures pour la consécration ou les limitations du droit de grève », martèle Me José Kadima.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À la Une

Haut-Uélé : 5 forages d’eau financés par la Fondation « Nanou Sadiki Lola » pour la population d’Isiro

Published

on

La ville d’Isiro, chef-lieu de la province du Haut-Uélé, se voit doter progressivement des fontaines d’eau potable ces derniers jours.

En effet, c’est sous la houlette de la Fondation « Nanou Sadiki Lola » que ces œuvres se mettent en place. La desserve en eau potable dans la ville d’Isiro, qui est gérée par la Regideso, est irrégulière, surtout que ses installations datent des temps immémoriaux.

Pour pallier ce manque et pour lutter efficacement contre les maladies d’origine hydriques, la Fondation « Nanou Sadiki Lola » s’est engagée à financer le forage de cinq fontaines à la hauteur de 45.000 dollars à Isiro, en province du Haut-Uélé, dans la partie Nord-est de la République Démocratique du Congo.

Mme Nanou Sadiki Lola

Les travaux du forage de la cellule Madulunga, dans la commune de Mammbaya, sont déjà clôturés et c’est présentement le tour de la cellule Sainte-Anne dans la commune Kupa d’accueillir l’équipe du forage.

D’après Véronique Matabisi, coordonnatrice provinciale de cette structure socio-politique, la rue Aketi, à Mendambo, la cellule Kolu et le quartier Kinkole sont des prochains sites à être desservis.

La construction de ces œuvres a été sollicitée par les habitants de la ville d’Isiro à travers une requête adressée à leur fille du terroir, Madame Nanou Sadiki Lola. Les Isirois font face une pénurie permanente d’eau potable. Certains doivent parcourir des longues distances pour puiser de l’eau, un besoin naturel qui devient compliqué à se procurer.

Quant à la philanthrope Nanou Sadiki Lola, elle a exprimé sa détermination à soulager tant soit peu la misère de ses frères et sœurs d’Isiro par diverses interventions qui ne sont plus à compter à ce jour. Et elle est décidée à continuer sur cette voie tant qu’elle le pourra.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

K-WA Advertising