Connect with us

À la Une

Présidentielle 2018: 11 candidats déclinent 6 impératifs à la CENI

Published

on

Dans une déclaration faite ce jeudi 18 octobre au Cepas, à Kinshasa/Gombe, 11 candidats à la prochaine présidentielle ont élevé la voix pour exiger un processus crédible.

Tout en appelant le peuple congolais à « demeurer vigilant et à continuer d’exiger un processus électoral conforme à la loi », ces présidentiables insistent sur la mise à l’écart de la machine à voter.

 » Nous exigeons la mise à l’écart immédiate de la machine à voter ; des éclaircissements idoines de la Ceni sur la manière dont l’appel d’offre pour l’acquisition de ces machines a été effectué ; l’application stricte des dispositions légales pour élaguer du fichier électoral les électeurs sans empreintes digitales ; la mise en place de la Commission technique pour la transparence du processus d’impression de bulletins de vote papier, procès-verbaux…; l’accès égal aux médias publics pour tous les candidats président de la République ; le respect des droits humains et des libertés fondamentales, particulièrement ceux portés par les dispositions de l’article 26 de la Constitution », ont-ils précisé.

Parmi les signataires de ce document, il y a Théodore Ngoyi, Martin Fayulu, Marie-Josée Ifoku, Noël Tshiani, Tryphon Kin Kiey, Freddy Matungulu, Radjabo Tebabho, Joseph Mba et Sylvain Masheke.

Ces six impératifs déclinées à la Ceni sont consécutives aux échanges organisés par Corneille Nangaa dans le cadre des concertations avec les candidats président de la République.

À la communauté internationale, les « 11 » recommandent d’exiger le respect des règles du jeu établies en RDC pour des élections démocratiques, inclusives, transparentes et apaisées.

CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

À la Une

Or: Remplacements des réserves et nouvelles opportunités pour sécuriser le programme de KIBALI étalé sur plus de 10 ans

Published

on

La plus grande mine d’or d’Afrique, Kibali, est sur la bonne voie pour le remplacement de ses réserves réduites par l’exploitation en 2022, tandis que de nouvelles opportunités de croissance soutiendront également son plan d’affaires étalé sur plus de 10 ans et son statut de l’un des actifs de niveau 11 de Barrick Gold Corporation.

Le président et président directeur général de Barrick, Mark Bristow, a déclaré à la presse aujourd’hui que le gisement prolifique KCD de Kibali continuait d’offrir de la valeur supplémentaire vu que le forage actuel est axé sur la conversion des ressources en réserves et sur l’exploration des filons qui sont encore ouverts en profondeur. En outre, les cibles de Mengu Hill, Ikanva et Gorumbwa présentent le potentiel nécessaire pour renforcer le portefeuille souterrain de Kibali.

« Kibali est une opération très rentable avec ses trois centrales hydroélectriques de classe mondiale qui couvrent la majeure partie de ses besoins énergétiques. Elles seront suppléées par une nouvelle centrale solaire de 17MW qui, une fois achevée en 2025, fera passer la part des énergies renouvelables dans les sources énergétiques de la mine de 81% à 93%, » a déclaré Bristow.

Les références écologiques de Kibali comprennent également la réduction continue des eaux douces provenant de la rivière Kibali et un programme de reboisement qui, à ce jour, a permis de planter plus de 10,000 arbres. La mine poursuit son programme d’appui à la conservation de la biodiversité au Parc National de la Garamba en RDC, avec la réintroduction des rhinocéros provenant d’Afrique du Sud. Les 16 premiers rhinocéros sont attendus à Garamba d’ici la fin du deuxième trimestre de cette année et seront suivis de 60 autres au cours des trois prochaines années.

Conformément à la politique globale de Barrick consistant à employer et à promouvoir les ressortissants du pays hôte, Arthur Kabila a été nommé premier directeur général congolais de Kibali. Depuis l’année dernière, huit autres postes clés de direction et techniques sont désormais occupés par des Congolais.

 

Tshieke Bukasa/Congoprofond


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising