Connect with us

Société

Portrait : Hervé-Landry KINKANI, l’audace de briser les barrières !

Published

on

Dans un environnement longtemps maîtrisé par des grands politiques autrefois qualifiés de “dinosaures et faucons”, l’opinion publique s’est toujours faite l’idée qu’il était difficile, voire impossible aux jeunes d’émerger et de s’épanouir politiquement.

Cette situation s’observe dans la cassure générationnelle qui existe entre les leaders politiques du coin, qu’on cite ici le Kwango, dont la plupart sont septuagénaire et octogénaire, et la jeune classe politique montante dont la moyenne d’âge est de 40 ans.

Faute d’une politique de relève, certains jeunes ont pris l’option et surtout le courage d’affronter le monde politique en s’appuyant sur d’autres leaders, entendez ici d’autres provinces, à l’instar de Hervé-Landry KINKANI, 33 ans et cadre du parti politique “Courant des Démocrates Rénovateurs”, parti cher à Jean-Lucien Bussa, un des principaux acteurs de l’Union Sacrée de la nation dans le Grand Équateur.

Ce jeune homme, surnommé par ses nombreux sympathisants “Le jeune Poutine “, est né dans la province du Kwilu où il a effectué ses études primaires et secondaires au prestigieux collège Kivuvu Saint Paul avant de venir obtenir son diplôme d’état au Complexe Scolaire Tsinda-Kwango à Kenge.

Inscrit à l’Université catholique du Congo (UCC), il y décroche sa licence avec brio en Économie et Développement et se lance dans l’enseignement supérieur et universitaire comme assistant en 2012.

Ambitieux, il est recruté sur base d’un test hautement sélectif du BCECO pour intégrer l’administration publique à travers le programme JPO piloté par la Banque Mondiale.

En 2015, il obtient une bourse du gouvernement chinois pour poursuivre ses études post-universitaires. Bourse couronnée par l’obtention d’un Master en Économie et Management à Central China Normal University à Wuhan.

Depuis 2019, il a encore bénéficié de la bourse chinoise pour poursuivre avec sa thèse à Wuhan University of Technology.

C’est au courant de la même année qu’il rencontre Jean-Lucien Bussa, éminent économiste et son modèle, qui va devenir son mentor et Coach politique, comme il aime le dire avec sourire et une assurance débordante.

Très attaché aux valeurs républicaines et à la méritocratie, le ministre Jean-Lucien Bussa le propulse et le fait découvrir comme un des jeunes prometteurs de la scène politique congolaise.

Nommé Secrétaire National au CDER, ce jeune pragmatique et tranchant dans ses méthodes a réussi, en moins de 6 mois, à imposer le CDER comme une alternative crédible à la gouvernance politique dans Kenge et dans le Kwango.

Dans une région réputée dans l’opposition, il réussit à ranger les jeunes et vieux derrière la vision du Chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi et sera l’un des commandos au front pour une victoire écrasante du PR05 lors de la prochaine présidentielle dans le Kwango.

A noter que Landry Kinkani est un jeune très engagé dans les actions philanthropiques à travers sa fondation qui octroie les bourses d’études aux étudiants en difficulté financière et encore à travers ses programmes d’accompagnement des femmes et jeunes filles dans l’entreprenariat.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

Société

Les sentiments comme miroir de l’évolution sociale: Une exploration émotionnelle du parcours du peuple Congolais

Published

on

Dans un monde où la réalité se tisse étroitement avec les émotions, le peuple congolais se trouve au carrefour de l’aspiration et de la réalité. Les émotions se révèlent être le fil conducteur, offrant une fenêtre percutante à travers laquelle nous pouvons saisir la véritable essence de son parcours. Au cœur de cette exploration réside le concept selon lequel les émotions sont le baromètre le plus fiable de l’état d’une société.

Elles sont les teintes vibrantes qui colorent le tableau de la vie quotidienne, révélant les hauts et les bas, les espoirs et les désirs profonds du peuple congolais. De la trame de la maladie à la trame du bien-être, les sentiments agissent comme des guides silencieux, révélant subtilement la progression du peuple congolais dans sa quête de prospérité et de bonheur.

Chaque émotion, qu’elle soit teintée de frustration face au manque d’argent ou illuminée par la satisfaction d’une suffisance financière, peint un tableau complexe mais authentique de ces parcours. Ainsi, l’argent devient le miroir à travers lequel les émotions se reflètent. Du désir ardent de combler un vide financier à la sérénité procurée par une stabilité monétaire, les émotions guident et quantifient ce voyage de l’insuffisance à l’abondance.

En scrutant de près ces émotions, nous découvrons les cicatrices invisibles de l’histoire, les espoirs inexprimés de l’avenir et les défis quotidiens auxquels est confronté le peuple congolais. Son parcours émotionnel révèle les fissures et les triomphes, offrant un aperçu profondément humain de sa réalité. Ce sont ces particularités qui font du congolais un être unique, authentique et inimitable.

Ainsi, au cœur des émotions du peuple congolais réside une vérité profonde et souvent négligée : ce sont les sentiments qui nous relient, nous guident et nous définissent. Le parcours, marqué par les nuances émotionnelles du manque à l’abondance, révèle la résilience, la détermination et la quête éternelle de l’épanouissement.

En plongeant dans ce monde émotionnel complexe et captivant du peuple congolais, où chaque sentiment est une pierre précieuse dans la construction de son identité collective. À travers ses émotions, la véritable mesure de son évolution, de la maladie au bien-être, du manque d’argent à l’argent suffisant – un voyage émotionnel qui transcende les frontières et révèle l’essence même de l’humanité.

TEDDY MFITU
Polymathe, chercheur et écrivain / Consultant senior cabinet CICPAR


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte