Connect with us

Actualité

Poésie-Slam : microMEGA en soirée “Concentrée-Sucrée” ce 23 février au Centre culturel Aw’art

Published

on

Le poète slameur Jean Benoît BOKOLI BANDEFU, dit “microMEGA Le Verbivore”, va donner un concert de Poésie-Slam dénommé “Soirée Concentrée Sucrée”, ce dimanche 23 février 2020 à 18h00 au centre culturel Aw’art à Kinshasa dans la commune de Bandalungwa.

L’artiste, convient-il de rappeler, est un performeur des mots qui a déjà dix ans de carrière dans son domaine de poésie urbaine. Cette fois-ci, il saisit l’occasion du mois de la Saint-Valentin pour proposer à son public kinois une soirée entièrement consacrée à l’Amour, et ceci dans le but d’adoucir les cœurs des amoureux de la poésie “en ces jours où les nouvelles ne sont pas toujours bonnes”.


C’est un rendez-vous d’amour, a dit microMÉGA, qui s’amuse parfois à se présenter comme “poète au goût du jour” ou “l’homme qui sucre les mots pour que les femmes se pourlèchent les oreilles…

Animateur d’ateliers de poésie, microMEGA a eu l’occasion de se produire dans quelques villes de son pays ainsi qu’en France et en Belgique. Il a aussi participé à des festivals de Slam dans quelques pays d’Afrique.

Il sied de signaler que microMÉGA n’a pas choisi par hasard la date du 23 février. Il rappelle que cela fera exactement 7 ans depuis le jour où il a partagé la scène avec “Grand Corps Malade”, célèbre slameur français, lors d’un concert à la Grande Halle de la Gombe (Institut français de Kinshasa).

Le rendez vous est donc pris pour ce dimanche 23 février 2020, au centre culturel Aw’art dans la commune de Bandalungwa à 18 heures, pour la Soirée concentrée sucrée.

Le droit d’entrée est fixé à 5.000 Francs Congolais.

Tim Katsh/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

Politique

Lucain Kasongo : « Aucun membre du bureau de l’Assemblée nationale n’a moins de 50 000 USD le mois »

Published

on

« Aucun membre du bureau de l’Assemblée nationale n’a moins de 50 000 USD le mois. A cela s’ajoutent les avantages comme logement, transport, communication, carburant, … », a indiqué lundi 20 mai le président honoraire de la commission politique, administrative et judiciaire (PAJ) de l’Assemblée nationale, Lucain Kasongo.

Il l’a dit dans un entretien accordé à Radio Okapi.

Ce sont ces avantages qui poussent la plupart des députés à s’accrocher aux postes au sein du bureau au point de bloquer le bon fonctionnement de tout un pays, estime-t-il.

Pour le coordinateur du Centre de recherche en finances publiques et développement local (CREFDL), Valérie Madianga, l’engagement des élus nationaux d’appartenir à ce bureau est motivé par leur propre intérêt plutôt que par le bien de la nation.

« C’est l’argent qui attise des convoitises des acteurs politiques. Si vous calculez les 20 millions USD qu’on donne aux cabinets et les 100 millions autres qu’on donne au bureau, ça vous fait une marmite de 120 millions USD au moins par an, manipulés par le bureau de l’Assemblée nationale. C’est une véritable affaire », a-t-il expliqué.

Les députés nationaux attendent encore le nouveau calendrier pour élire les membres du bureau définitif. C’est devant les membres de ce bureau que le Gouvernement sera investi.

A l’Assemblée nationale, près de cinq mois après l’ouverture de la session inaugurale de cette nouvelle législature, l’élection et l’installation du bureau définitif se fait attendre.

Après plusieurs tractations pour dégager la liste consensuelle de l’Union sacrée de la nation, le présidium a renseigné que la nouvelle liste attend validation du Président de la République.

L’ancienne liste étant contestée par des députés qui dénonçaient le clientélisme et le népotisme dans le choix du présidium. Quelques proches et membres de famille de certains membres du présidium de l’Union sacrée de la nation étant proposés à ces postes.

Radiookapi.net


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte