Connect with us

À la Une

Pegasus: Des Congolais espionnés par le Rwanda

Published

on

 

 

Le logiciel Pegasus de la société israélienne NSO Group a été utilisé par les autorités rwandaises pour espionner plusieurs personnalités tant politiques que diplomatiques.

Parmi ces personnalités espionnés par le Rwanda, on retrouve des personnalités politiques de la région des Grands Lacs qui figurent également dans la liste des personnes visées par le logiciel espion.

Il y a notamment des Congolais dont: Lambert Mende et Albert Yuma, proches de l’ex-président Joseph Kabila ou encore le gouverneur de la province de l’Ituri, Jean Bamanisa Saïdi, etc.

C’est ce que revèle l’enquête menée par un consortium de 17 médias internationaux du réseau Forbidden Stories et l’ONG Amnesty International.

Introduit dans un smartphone, ce logiciel permet d’en récupérer les messages, photos, contacts et même d’écouter les appels de son propriétaire.

Les données « suggèrent fortement que le gouvernement rwandais a été client de NSO group », selon les enquêteurs.

Mais il est possible que des attaques aient eu lieu avant, « certains logiciels ayant la capacité d’effacer leurs traces », selon les journalistes qui ont mené les investigations.

*Des dizaines d’autres opposants ou des personnalités politiques ciblés*

Les autorités rwandaises auraient également espionné des dizaines d’autres opposants ou des personnalités politiques.

Parmi les personnes espionnées figure ainsi la fille de l’opposant Paul Rusesabagina, Carine Kanimba. L’examen de son téléphone révèle « de premières traces d’infection fin janvier 2021 ».

D’autres opposants rwandais et même des personnalités à l’étranger auraient été également ciblés par le Rwanda.

Parmi eux, on retrouve le demandeur d’asile Cassien Ntamuhanga notamment. Il a été arrêté au Mozambique en mai dernier…

Il y a aussi Ruhakana Rugunda, qui était encore Premier ministre en Ouganda il y a un mois, ou encore Alain-Guillaume Bunyoni, Premier ministre burundais.

Le ministre rwandais des Affaires étrangères affirme, pour sa part, que le Rwanda n’utilise pas le logiciel Pegasus. Il dément l’espionnage du téléphone de Carine Kanimba ou d’éventuels militants, journalistes, avocats, personnalités politiques ou autres. « De fausses accusations », selon lui.

Interrogée par le quotidien belge Le Soir, Carine Kanimba, qui réside dans la banlieue de Bruxelles, affirme ne pas être surprise.

Des officiels rwandais ont commencé à agir comme s’ils avaient connaissance de tous ses faits et gestes, dit-elle. Des députés belges ont, par exemple, été contactés par les autorités rwandaises peu après lui avoir apporté leur soutien, même en privé.

Bishop Mfundu/CONGOPROFOND.NET