Connect with us

À la Une

NTIC : ” Éducation par l’écriture “, nouveau concept d’apprentissage de l’écrivain Valérien Mulangu Tshishi

Published

on

Le vingt et unième siècle en cours reste marqué par l’avènement de Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC), qui ont donné naissance aux nouveaux moyens de communication dont les téléphones portables, avec leurs multiples fonctions. Très prisés par les communs des mortels, les téléphones ont révolutionné les manières de communiquer, avec possibilité d’utiliser le son, l’image et l’écrit. Néanmoins, le monde est au grand regret de constater qu’avec cet outil, une mauvaise manière d’écrire prend le dessus, et ce, au détriment des règles établies.

L’ayant constaté avec amertume et pour pallier cette situation presque désastreuse, l’écrivain Valérien Mulangu Tshishi, crée un Concept : ” L’éducation par l’écriture “.

La rédaction de CONGOPROFOND.NET s’est entretenu avec lui au début du mois d’avril 2024. Au cours de cet entretien, il a mis au clair cette idée innovante dans l’apprentissage.

CONGOPROFOND.NET : Bonjour monsieur Mulangu ! Vous êtes initiateur d’un nouveau concept appelé : ” Éducation par l’écriture ” pour aider les gens à apprendre. Avant toute chose, de quoi s’agit-il ?

Mulangu Tshishi : Bonjour monsieur Kisema ! Mon concept est à la fois simple et peut-être complexe, parce qu’il est question d’éducation et d’écriture. D’entrée de jeu, je précise que je suis pédagogue de formation et pour l’instant, je travaille à Paris en tant qu’éducateur spécialisé, sans oublier ma casquette d’écrivain. Aussi, aimerais-je ajouter que je suis un communicologue. Et donc, toute cette mayonnaise m’a permis de concevoir l’idée selon laquelle nous pouvons continuer à éduquer ou instruire les récipiendaires sans qu’ils perdent leur écriture manuscrite et surtout continuer à les soutenir dans leurs écrits au moyen des outils informatiques.

CONGOPROFOND.NET : Par quels procédés rendez-vous possible cette instruction au bénéfice des récipiendaires ?

Mulangu Tshishi :

J’offre mes services de près ou de loin, c’est-à-dire, à distance ou à domicile, par du soutien à ceux qui ont des difficultés en français. Aussi, j’oriente les jeunes dans leur choix de filière ou de formation future.
Mon entreprise a en effet, pour concept, de maintenir la langue française en ordre, car les moyens de communication d’aujourd’hui nous conduisent à bâcler cette langue de Voltaire, par notre mauvaise manière d’écrire nos textos ou SMS, par exemple. C’est dans une certaine mesure une mauvaise habitude qu’il faut absolument éradiquer.

CONGOPROFOND.NET : En termes clairs, pourrions-nous dire qu’il s’agit des cours de grammaire, de vocabulaire, de conjugaison et d’orthographe ?

Mulangu Tshishi :

Effectivement, il s’agit bien évidemment de cela et pour cette raison, j’insiste sur l’expression langue de Voltaire ou de Molière, car il y a des principes et règles grammaticaux et bien d’autres à respecter. J’ajouterai également qu’il s’agit par ailleurs d’orienter les personnes qui n’arrivent pas à se positionner sur leur formation future.
Beaucoup se demandent que faire plus tard. C’est là que ma casquette d’éducateur ou de formateur intervient, en vue de les aider à trouver leur voie.
CONGOPROFOND.NET : Comment vous contacter et quelles sont les conditions pour accéder à vos services ?

Mulangu Tshishi :
Pour me contacter, des prospectus et cartes de visite sont distribués çà et là. Sinon, je suis accessible via les réseaux sociaux sur ma page Facebook : Valérien l’écrivain.
CONGOPROFOND.NET : Quel est votre public ciblé ?

Mulangu Tshishi :

L’éducation et l’instruction devant être permanentes pour tout être humain, je vise les jeunes de 7 à 77 ans, et ce, sans aucune frontière (sourire).
CONGOPROFOND.NET : Avez-vous un mot de la fin ?

Mulangu Tshishi : Oui, je voudrais encore et toujours inciter les personnes à lire pour mieux écrire. Cela est ma devise. Je rappelle que je suis auteur de 3 ouvrages : Histoires étonnantes du Congo, Le Village qui n’existait pas et Le Bourreau des femmes seules. Tous ces ouvrages sont disponibles sur internet et à Kinshasa (RDC), il y a des personnes qui sont chargées de leur promotion et distribution, notamment : Marie-Thérèse Manyonga Tshishi, Patrick Lukusa, Tshibamba, Edimo Lumbidi, Sylla Tuyambula et tant d’autres. J’ajoute que mon entreprise VMT tient à aider les congolaises et congolais, de partout dans le monde, à s’affirmer en tant que lecteurs et intellectuels avisés. VMT prône réellement une éducation par l’écriture.

CONGOPROFOND.NET : Merci beaucoup pour votre disponibilité, nous rappelons que vous êtes Enseignant-Communicologue et écrivain, initiateur du concept : ” Éducation par l’écriture “.

Mulangu Tshishi: C’est moi qui vous remercie.

Pour vous procurer les différents livres de l’Enseignant-Communicologue et Écrivain, MULANGU TSHITSHI, c’est simple. Il suffit de cliquer ici, là et encore ici

 

Jules KISEMA KINKATU/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Coup d’État manqué ou tentative d’assassinat : Didier Kamerhe attend fermement le rapport officiel de la haute hiérarchie du pays

Published

on

Menée par Christian Malanga, un ancien membre des FARDC, la milice “New Zaïre” a orchestré, les petites heures du dimanche 19 mai 2024, une attaque meurtrière à la résidence de Vital Kamerhe, candidat au perchoir de l’Assemblée Nationale et une descente au Palais de la Nation, siège et bureau du président de la République.

La question sur la vraie cible de cette attaque se pose tant dans la population congolaise que dans la sphère politique et divise deux membres du Gouvernement Sama Lukonde II.

Selon le signataire d’un communiqué officiel publié quelques heures après cet acte, Patrick Muyaya, ministre de la Communication et des Médias, porte parole de l’exécutif national, confie que seuls le Palais de la nation, siège du bureau du Président de la République, et la résidence de Vital Kamerhe, en premier, ont été attaqués.

Cette version va se marier à celle du porte-parole des FARDC affirmant avoir déjoué un coup d’État et de l’épouse de Vital Kamerhe, Hamida Chatur, qui sur son compte X a témoigné “une attaque meurtrière qui a principalement ciblé son mari“.

Se confiant aux propos des assaillants, des nouveaux éléments d’apparence non relayés par le communiqué du Gouvernement et la presse congolaise, seront dévoilés le même jour par Jean-Pierre Bemba via le compte X de la Vice-primature, ministère de la Défense Nationale et des Anciens Combattants.

Les résidences de la première ministre Suminwa Judith , du VPM de la défense, Jean-Pierre Bemba et de l’honorable Vital Kamerhe, avant l’étape du palais de la nation, étaient les principales cibles, selon les témoignages des assaillants“, lit-on.

14 heures après cet incident, Didier Kamerhe, frère de Vital Kamerhe, appelle la communauté congolaise à rester factuelle en attendant les résultats des enquêtes officielles en cours et soulèvent les quatre points suivants :

1. Le point de départ de ce qu’on présente officiellement comme tentative de renversement de pouvoir à Kinshasa est la résidence d’un simple député mais, il faudrait le préciser, candidat au poste du président de l’assemblée;

2. L’une des gardes du député sort de la parcelle en pleine nuit, soi-disant parce qu’il aurait vu des drones circuler dans le ciel et, comme par hasard, les assaillants profitent de son ouverture du portail pour le braquer, entrer dans la parcelle et le ligoter, pendant que d’autres engagent un échange des feux avec les autres gardes dont 2 seront tués avec un des assaillants;

3. Vue la résistance des gardes restés à l’intérieur de la parcelle du député en question, les assaillants vont se retirer pour prendre d’assaut le palais de la nation sans une résistance sérieuse sur les différentes barrières de sécurité de ce site hautement sécurisé du pays;

4. C’est après la tentative (d’assassinat) manquée à la résidence du député et prise d’assaut très facile du Palais de la nation que, seul, le commandant des assaillants sera abattu.

Optimiste, il soutient cette célèbre phrase “les faits sont sacrés mais les commentaires libres”, pour n’attendre que le rapport Officiel de la haute hiérarchie qui pourra démontrer les commanditaires de cette tentative de déstabilisation des institutions, des officiels et de Kinshasa.

Exaucé Kaya/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte