Connect with us

À la Une

Nouvelle tuerie ce mardi à Djugu : 15 personnes, dont des femmes et des enfants, massacrées à la machette !

Published

on

Au lendemain du carnage de Blankete, 14 déplacés ont été de nouveau massacrés par les éléments de la milice CODECO dans la nuit du lundi à ce mardi 10 mai 2022 dans le site de Lodha, près de Fataki, dans le secteur de Walendu Pitsi, en territoire de Djugu.

La quinzième victime est un militaire FARDC.

Parmi les déplacés tués, notamment par machette, figurent des enfants et des femmes. Une unième attaque sur un site des déplacés qui intervient 3 mois après celui Bule où 62 civils avaient péris.

La société civile de Bahema Nord, d’où sont originaires pour la grande partie ces déplacés, appelle à la poursuite sans relâche de ces miliciens qui sont sans objectif, selon Charité Banza.

Entre-temps, le bilan de la récente attaque de ces mêmes rebelles au camp Blankete est revu à la hausse et passe à plus de 100 civils tués.  » Il y a plus de 100 civils tués. On ne sait pas avec exactitude combien il y en avait… », indique Denis Masiko, coordonnateur de la société civile de Mungwalu et environs.

Par ailleurs, il parle de 52 corps des civils parmi les victimes de cette attaque qui ont été enterrés ce lundi 09 mai 2022, au delà de 8 autres qui étaient calcinés.

La société civile de Mungwalu indique que ce sont des jeunes qui se sont mobilisés pour l’inhumation de ces compatriotes.

« Il y a 52 corps qui ont été enterrés à Pluto à part les 8 autres qui ont été calcinés », poursuit-il.

Il regrette par ailleurs le fait que 3 jours après, les militaires ne se sont pas toujours déployés dans la zone pour s’imprégner de la situation.

Le député national Jackson Ausse dresse qui dresse un bilan de plus de 100 civils tués dans les territoires de Djugu et Mambasa en l’espace de deux jours seulement plaide pour la convocation urgente d’une réunion inter-institutionnelle pour statuer sur la sécurité de l’Ituri, sous état de siège depuis une année maintenant.

« Je propose la convocation urgente d’une réunion inter-intitutionnelle pour parler seulement de la situation sécuritaire en Ituri. À ce stade, on ne peut que passer par l’Inter-institution pour se dire des vérités à l’interne au-delà des services de sécurité. », souhaite-t-il.

Au delà de ces deux attaques rebelles en territoire de Djugu, les rebelles ADF ont aussi signé une embuscade aux usagers du tronçon Komanda-Mambasa près de Lolwa où 3 civils ont été tués dont un chauffeur calciné. Un policier est tombé aux côtés 3 rebelles ADF tués par l’armée qui a, de son côté, enregistré des blessés dans son rang, selon le bilan livré à CONGOPROFOND.NET par le conseil de la jeunesse du groupement Babila Bayaku.

Verite Johnson/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Patrick Muyaya : » Kagamé est le dernier sur la liste mondiale des démocrates ! »

Published

on

Accusant le président Félix Tshisekedi de manœuvrer, avec la guerre de l’Est, pour éviter d’organiser les élections en 2023, le président du Rwanda, Paul Kagamé, a été classiquement recadré par le porte-parole du gouvernement de la RDC, Patrick Muyaya, ce jeudi 1er décembre au cours d’un briefing avec la presse à la RTNC. En un mot, indique-t-il, Kagamé n’a pas qualité de s’exprimer sur cette question de souveraineté nationale.

 » Avant que Paul Kagamé se prononce sur les élections en RDC, il devrait avant toute chose répondre sur l’existence de la liberté d’expression et de manifestations dans son pays mais aussi de ses méthodes d’accession au pouvoir et surtout de la pratique mise en place pour s’éterniser au pouvoir », a appuyé le porte-parole du gouvernement.

Au regard de toutes les violations des droits de l’homme dénoncées par son opposition et plusieurs organisations indépendantes, Patrick Muyaya a conclu que Paul Kagamé « n’est pas un modèle en ce qui concerne la démocratie ».

Des déclarations qui transpirent la déception 

 » Les déclarations qu’il fait sont consécutives à sa déception de toujours penser joué un rôle en RDC, parce qu’il se fait non seulement porte-parole du M23, mais aussi il se présente, lui et son gouvernement, comme protecteur des groupes armés de communautés congolaises. Au nom de quel mandat ? Il est possible pour lui de faire la politique dans son pays et de nous laisser la nôtre. Quoiqu’il en soit, ce n’est pas lui qui doit venir nous dire ce que nous devons faire”, a déclaré Patrick Muyaya.

Pour lui, l’objectif derrière toutes ces agitations est de déstabiliser politiquement le Président Félix Tshisekedi. “Son ambition, c’est de déstabiliser politiquement le président Tshisekedi. C’est l’œuvre dans laquelle il est engagé et je pense que certains de ses alliés le lui ont dit. Ce n’est pas parce que vous agitez un mouvement terroriste que vous allez vous faire renaître parce que c’est la violence qui vous a toujours guidé et vous pensez que cela est suffisant pour perturber non seulement la RDC de manière entière pour briser justement l’élan dans lequel nous sommes”.
Ayant décelé le stratagème de Paul Kagame qui cherche à interférer dans les prochaines élections afin de s’assurer qu’en 2023, il aura certains acteurs politiques acquis à sa guise pour continuer le bradage et le pillage de réssources naturelles que dispose la RDC, Patrick Muyaya a énuméré les raisons pour lesquelles le président Kagame devrait s’abstenir d’un quelconque commentaire sur ce qui concerne les élections. « Premièrement, avant de parler des élections, on doit parler de la liberté d’expression. Est-ce que la liberté d’expression existe au Rwanda ? Deuxièmement, on parle de liberté de manifestation. Est-ce que la liberté de manifestation existe au Rwanda ? Non. Troisièmement comment il est arrivé au pouvoir ? Quelle est la méthode qui a été utilisée ? Quatrièmement, je ne vous rappelle rien mais vous vous souvenez du référendum qui s’est tenu, je crois en 2015, ou à 99,1% ou 98,1%, on a dit oui à une forme de présidence à vie parce qu’il s’est assuré de rester au pouvoir jusqu’en 2034 […] Je pense qu’en ce qui concerne la démocratie, mondialement, il est le dernier sur la liste, c’est connu ! », a conclu le ministre Muyaya.
Sandra Kagaba/CONGOPROFOND.NET

There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising