Connect with us

À la Une

Nord-Kivu : motion de défiance ou acharnement contre le gouverneur Nzanzu ?

Published

on

Douze élus provinciaux du Nord-Kivu ont initié une motion de défiance contre le gouverneur Carly Nzanzu Kasivita. Dans le camp de ce dernier, on qualifie cet agissement d’acharnement.

“Tous les griefs reprochés au locataire du musée de Himbi à Goma ne sont que des alibis, parce qu’il n’existe pas un rapport des finances publiques à l’Assemblée provinciale démontrant la gestion calamiteuse et opaque des finances de la province”, a réagi le député provincial Bertrandus Ngwali. Il a ajouté que les douze députés provinciaux ont du mal à digérer leur échec, soit à la tête de la province, soit à l’organe délibérant du Nord-Kivu, car la plupart d’entre eux ont été candidats à divers postes de responsabilité dans ces organes de prise de décisions.

Cet élu, proche du gouverneur Carly Nzanzu Kasivita, a évoqué des agendas cachés de la part des initiateurs de la motion de défiance, avant d’affirmer qu’ils sont partisans de la gestion rotative de la province et veulent même sa scission. “C’était prévisible qu’ils disent ainsi, parce qu’il y a quelques temps, il y a eu des défilés dans la ville de Goma ici, des gens qui réclamaient le gouvernement rotatif, d’autres qui ont fait un point de presse sans soubassement, ils l’ont accusé de tout, sans aucun rapport, et lorsqu’on parle des finances publiques, je suis le président de la commission Ecofin, on ne peut pas en parler sans parler de ladite commission, je vous rassure qu’il y a aucun rapport qui parle des finances publiques”, a argué Bertrandus Ngwali.

Et cet élu du territoire de Béni d’affirmer : “Donc, tout ce qu’ils sont en train de faire, à mon sens, sont des alibis et ils ont plutôt d’autres agendas cachés. Je suis en train de penser que c’est peut-être le plan B pour ce qui est de la gouvernance rotative qui a fait débat au mois d’août dernier. Peut-être aussi ce sont eux qui prônent la scission de la province, parce qu’il y a des gens, dans cette province, acquis à la scission du Nord-Kivu. Autre chose, si vous consultez la liste de ces motionnaires, ce sont, pour la plupart, des gens qui ont échoué aux élections quand nous avions élu le gouverneur de province, il y a parmi eux, soit quelqu’un qui a été suppléant à un candidat gouverneur de province, soit lui-même a été candidat suppléant comme gouverneur de province, soit il a échoué au bureau. Il y a parmi qui ont postulé aux différents postes au bureau de l’assemblée provinciale et ils avaient échoué. Donc, ils n’ont jamais assumé leur échec et ils continuent à se rechercher”.

En ce qui concerne l’insécurité, le président de la commission Ecofin de l’organe délibérant du Nord-Kivu a reconnu les efforts fournis par Carly Nzanzu Kasivita dans la restauration de la paix sur toute l’étendue de la province. Il a renvoyé ses détracteur à bien lire la Constitution qui consacre la question de la défense nationale au gouvernement central. Pour lui, ce font ces auteurs de la motion n’est rien d’autre que de l’acharnement contre le premier citoyen du Nord-Kivu qui, jusque-là, gère bien la province.

Pendant ce temps, l’incertitude planait sur la tenue de la plénière du samedi 19 décembre 2020 consacrée au débat et au vote de cette motion de défiance. Car, le vice-premier ministre en charge de l’Intérieur et Sécurité a rappelé à Kinshasa le président de l’Assemblée provinciale et le gouverneur de province du Nord-Kivu.

 

Dalmond Ndungo/CONGOPROFOND.NET