Connect with us

Actualité

Nord-Kivu : La Société civile dénonce l’entrée massive des militaires ougandais à Rutshuru

Published

on

L’inquiétude plane dans le territoire de Rutshuru au Nord-Kivu, à la suite de l’entrée massive en RDC des éléments des Forces armées ougandaise en appui aux terroristes du M23/RDF, mercredi 31 janvier 2024.

Cette information est corroborée par la Société civile/ forces vives du territoire de Rutshuru dans le Nord-Kivu, via un communiqué.

Selon cette structure citoyenne, les jeunes de Rutshuru ont émis le vœu de voir le gouvernement congolais obtenir la libération des territoires de Rutshuru, Masisi et Nyiragongo, actuellement sous contrôle des terroristes du M23-RDF.

D’après ledit document religieusement parcouru, ces militaires ougandais, « lourdement armés », ont pénétré le territoire congolais via la frontière Kitagoma, dans le groupement Busanza, chefferie de Bwisha en territoire de Rutshuru depuis la semaine dernière jusqu’à ce mercredi 31 janvier.

D’où, “cette situation fait craindre davantage les populations locales, suite à ce renforcement en hommes et munitions en faveur des terroristes du M23-RDF », actuellement en déficit.

En outre, le même document révèle que les terroristes du M23-RDF ont contraint la population dans des zones sous leur contrôle à un couvre-feu dès 18 heures.

« Les récalcitrants sont soumis aux coups de fouets conduisant à la mort ou à l’incapacité totale de la victime », ont déploré les jeunes du territoire de Rutshuru, convaincus que cette mesure vise à « masquer le terrorisme des Ougandais ».

Pour les jeunes de Rutshuru, cette dénonciation ne vise pas seulement à alerter les autorités congolaises mais à obtenir la condamnation ferme de le Communauté internationale contre l’Ouganda pour son soutien total aux terroristes du M23-RDF.

« Nous demandons instantanément des mesures immédiates pour mettre fin définitivement à cette situation alarmante et pour protéger les droits fondamentaux et la sécurité de la population de Rutshuru, Masisi et Nyiragongo. La paix et la stabilité sont essentielles pour le développement de notre pays », a lancé le Conseil des jeunes de Rutshuru, espérant voir rapidement des actions « concrètes » en vue de préserver la vie et la dignité des citoyens de ces trois territoires.

Il sied de rappeler que depuis le début de l’an 2024, l’armée rwandaise œuvrant sous le label du M23, a lancé plusieurs offensives dans les chefferies de Bashali et Bahunde contre les positions des FARDC – Wazalendo. Par conséquent, plusieurs bombes sont dorénavant larguées dans la cité de Sake située à 27 km de la ville volcanique de Goma ainsi que celle de Mweso, dans l’onglet de déstabiliser les populations civiles.

Cedrick Sadiki Mbala/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

Politique

Lucain Kasongo : « Aucun membre du bureau de l’Assemblée nationale n’a moins de 50 000 USD le mois »

Published

on

« Aucun membre du bureau de l’Assemblée nationale n’a moins de 50 000 USD le mois. A cela s’ajoutent les avantages comme logement, transport, communication, carburant, … », a indiqué lundi 20 mai le président honoraire de la commission politique, administrative et judiciaire (PAJ) de l’Assemblée nationale, Lucain Kasongo.

Il l’a dit dans un entretien accordé à Radio Okapi.

Ce sont ces avantages qui poussent la plupart des députés à s’accrocher aux postes au sein du bureau au point de bloquer le bon fonctionnement de tout un pays, estime-t-il.

Pour le coordinateur du Centre de recherche en finances publiques et développement local (CREFDL), Valérie Madianga, l’engagement des élus nationaux d’appartenir à ce bureau est motivé par leur propre intérêt plutôt que par le bien de la nation.

« C’est l’argent qui attise des convoitises des acteurs politiques. Si vous calculez les 20 millions USD qu’on donne aux cabinets et les 100 millions autres qu’on donne au bureau, ça vous fait une marmite de 120 millions USD au moins par an, manipulés par le bureau de l’Assemblée nationale. C’est une véritable affaire », a-t-il expliqué.

Les députés nationaux attendent encore le nouveau calendrier pour élire les membres du bureau définitif. C’est devant les membres de ce bureau que le Gouvernement sera investi.

A l’Assemblée nationale, près de cinq mois après l’ouverture de la session inaugurale de cette nouvelle législature, l’élection et l’installation du bureau définitif se fait attendre.

Après plusieurs tractations pour dégager la liste consensuelle de l’Union sacrée de la nation, le présidium a renseigné que la nouvelle liste attend validation du Président de la République.

L’ancienne liste étant contestée par des députés qui dénonçaient le clientélisme et le népotisme dans le choix du présidium. Quelques proches et membres de famille de certains membres du présidium de l’Union sacrée de la nation étant proposés à ces postes.

Radiookapi.net


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte