Now Reading:
Nord-Kivu : La DGM expulse 11 sujets indiens, faute de visas d’établissement
Full Article 4 minutes read

Nord-Kivu : La DGM expulse 11 sujets indiens, faute de visas d’établissement

Neuf citoyens indiens ont été interceptés à la barrière de Lubero la semaine dernière par le service local de la Direction Générale des Migrations (DGM) alors qu’ils se rendaient à Bunia, dans la province de l’Ituri, on ne sait pas pour quel objectif.

La DGM provinciale a eu des instructions claires du Directeur général de ce service étatique, Roland Kashantwala, d’interpeller ces infiltrés pour manque de visas d’établissement alors qu’ils brandissaient des visas des touristes.

Cinq parmi eux, dont deux femmes, ont quitté Goma pour Addis-Abeba en Ethiopie par la compagnie d’aviation Ethiopian et de là, ils vont se rendre en Inde, leur pays d’origine. Les six autres partiront ce vendredi 17 mai parce qu’ils ont manqué de place dans le premier avion.

“Ces indiens sont vraiment des récidivistes, car nos services les avaient encore interceptés l’année 2018 et les avaient demandé de se mettre en ordre, en se procurant des visas d’établissements s’ils veulent exercer leur business ici”, selon le directeur provincial adjoint en charge des opérations.

« Notre Chef de poste de Lubero nous avait signalé que la population a vu des étrangers, précisément des blancs, dans un bus alors que c’est un territoire où les ennemis de la paix y opèrent en tuant et en kidnappant nos comptatriotes. Nous avons saisi l’autorité et nous avons demandé à notre chef de poste de nous les ramèner, nous avons constaté que ce sont des Indiens que nous avions interpellés l’année passée; ce sont des tradi-praticiens, ils vendent des produits traditionnels de leur médecine. Nous leur avons demandé de se mettre en ordre avec les migrations congolaises. Curieusement, cette bande de 11 personnes avait disparu dans la nature. En 2019, la semaine dernière, nous les avons appréhendés trop loin de la ville, à Lubero. Maintenant, nous sommes en train de faire les formalités administratives pour qu’ils rentrent chez eux. Ils ne peuvent pas rester chez nous, prester avec des visas touristiques et gagner de l’argent chez nous illégalement. Donc, ils n’ont pas respecter la loi congolaise surtout que nous les avons sensibilisés depuis l’année dernière et se sont volatilisés dans la nature en faisant le tour du Congo. Ils ont été à Bukavu, je ne sais par quelle magie, pour faire quoi ? Et maintenant, on les retrouve à Lubero », a déclaré à la presse Edouard Bwato Pero.

Et d’ajouter que “ces étrangers étaient escortés par un colonel des FARDC (Forces Armées de la République Démocratique du Congo), dont l’identité reste jusqu’à présent inconnue”.

Mais les incriminés rejettent ces accusations, en brandissant la thèse selon laquelle ils sont venus seulement pour visiter la RDC, surtout les 10 Indiens. La seule qui s’exprime un peu en français et swahili a dit qu’il vit à Lubumbashi voici deux ans et il y vend des produits cosmétiques.

« Je viens de passer deux ans au Congo et j’ai un établissement des cométiques à Lubumbashi. Je suis dans le marketing de mon entreprise. C’est pour des visites ici afin de voir comment je peux ouvrir un bureau à Goma, Kisangani, Bunia même à Bukavu. Ces gens font parti de ma famille, il y a ma femme, ma mère, mes frères et sœurs et d’ailleurs, eux sont là juste pour visiter ce pays. Mais moi, j’ai le visa d’établissement commercial de mon travail partout en RDC. À Bunia, il y a aussi un de mes petits frères et j’ai une résidence là-bas. Je suis dans la légalité. Si on estime que je ne suis pas en ordre, je vais me rendre en Inde et je suis respectueux de la loi, après deux mois, je retournerai au Congo avec tous mes documents afin de continuer mes business », a dit Puneethkumar Rivalzu.

Le Directeur provincial adjoint de la DGM a profité de cette occasion pour lancer un message à tous les étrangers se trouvant en province et n’ayant pas des documents à se mettre en ordre avec ses services, car comme les Congolais en situation irrégulière sont chassés dans d’autres pays étrangers, la RDC a aussi commencé à le faire. Hier, c’était Kinshasa et maintenant, c’est le tour de la ville de Goma.

Dalmond Ndungo/CONGOPROFOND.NET

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

code

Input your search keywords and press Enter.
%d blogueurs aiment cette page :