Connect with us

Actualité

Nord-Kivu/JMS : 21.008 PVVH au premier semestre de l’année 2020

Published

on

21.008 personnes vivant avec le VIH/SIDA ont été enregistrées en province du Nord-Kivu au premier semestre de l’année 2020, soit une augmentation par rapport en 2019 avec 1612 nouveaux cas répertoriés et 205 décès liés à cette pandémie.

Ces statistiques ont été communiquées par le secrétaire provincial du Programme National Multisectoriel de Lutte contre le VIH/SIDA( PNMLS). C’était au sortir d’une séance de réflexion concernant cette pandémie au gouvernorat de province à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de lutte contre le VIH/SIDA de chaque 1er décembre. Ont pris part à ladite séance, la vice-gouverneur du Nord-Kivu, les animateurs en province du PNMLS, le ministre provinciale de la Santé et d’autres partenaires intervenant ce secteur.

« On est à 2108 personnes, c’est jusqu’au premier semestre 2020 et ce qui nous fait mal, c’est voir le nombre, n’est-ce pas, des nouveaux cas qui ne fait que augmenter par apport à l’année passée. Il y a déjà au premier semestre 2020, 16.012 nouveaux cas. C’est beaucoup, c’est beaucoup ! Mais ici quand il y a un cas de la Covid, un cas de tel, c’est tout le monde qui en parle ainsi que nous déplorons encore, le nombre de decès. 205 décès, c’est énorme et pourtant le monde est en train de prôner zéro décès dû au SIDA, zéro discrimination et zéro nouvelle infection. Quand est-ce qu’on y arrivera ?», a alerté le secrétaire provincial du PNMLS, Aubin Mungili.

Il a poursuivi en disant qu’en 2019, en RDC, 14.000 personnes sont mortes du VIH/SIDA et à peu près 441.000 orphelins.

Vue cette situation alarmante, les différents participants à cette rencontre recommandent que «  la communauté o u la famille accompagne les personnes vivant avec le VIH, les sensibiliser et les orienter à connaître leur statut sérologique afin, n’est-ce pas, de prendre correctement les médicaments pour le bien-être de leur santé et pour qu’ils soient productifs. La suppression de 2 dollars au niveau de l’hôpital provincial. On a demandé que les députés provinciaux et une équipe du gouvernement provincial descendent là-bas pour évaluer la gestion de ces fonds et l’impact de cet argent au niveau de l’hôpital ou niveau des de la communauté vivant avec le VIH car c’est une plainte qui n’a que perdurer au niveau des personnes vivant avec le VIH. On a aussi demandé à ce que les Chumba ya maombi, les maisons de tolérance, les tradi-praticiens qui désorientent les personnes vivant avec le VIH (PVVH) qui par, des guérisons miracles, des propagandes qui retiennent les PVVH jusqu’à les rendre pauvres avec des factures et ces factures si comme si les PVV sont devenues leurs marchandises jusqu’à les épuiser, les abandonner.
Cette façon d’agir de ces gens laisse à ce que les PVVH arrivent dans des structures de prise en charge à l’étape « SIDA », c’est-à-dire, au quatrième stade et c’est ce qui justifie aussi le nombre élevé de décès de notre province et même de notre pays”, a-t-il regretté.

Notons que le thème international retenu pour cette année est : « Solidarité mondiale et responsabilité partagée », pendant que nationalement le thème est : « Soyons solidaires et responsable pour vaincre le SIDA d’ici 2030 ».

Dalmond Ndungo/CONGOPROFOND.NET