Connect with us

À la Une

Nord-Kivu : Incident et confusion ce vendredi matin à la “Petite barrière” de Goma !

Published

on

Un incident sécuritaire s’est produit au poste frontalier entre la RDC et le Rwanda, ce vendredi 17 juin 2022, à la petite barrière de Goma, au quartier Mapendo.

Selon une version des faits, qui reste à confirmer, tout serait parti d’un policier congolais qui aurait tiré sur les gardes frontaliers rwandais à partir de la zone neutre. “Un policier rwandais est blessé et est actuellement en soins. Le policier congolais a été tué”, explique une source du gouvernement de Kigali, citée par le confrère Stany Bujakera dans un tweet.

Une autre version des faits et qui est confirmée par certains observateurs, l’incident s’est produit de suite de l’arrivée d’un élément FARDC en colère sur ce site, en provenance du front dans le territoire de Rutshuru. Selon ses témoins, à son arrivée, cet élément racontait être en colère pour avoir vu tomber un de ses amis proches sur le front à Bunagana. “Il disait venir venger la mort de son ami. Il a traversé la frontière, puis a tiré sur trois éléments de la police rwandaise et une vigile rwandaise l’a abattu par la suite”, raconte une autre source.

Cette situation a vite pris une autre dimension. Les jeunes, essentiellement du quartier Mapendo qui héberge la chaude agglomération de Birere, ont tenté d’improviser une marche à cet endroit. Dans leur démarche, visiblement, ils visaient de forcer la frontière entre les deux pays. Une tension vite maîtrisée par la police nationale congolaise.

Pour l’instant, aucune communication officielle n’est faite à ce sujet par les autorités congolaises. Mais, de deux côtés les éléments de police sont visibles, les Rwandais d’un côté et les Congolais de l’autre.

Franck Kaky/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

La corruption à son paroxysme : Quand le pouvoir corrompt même les plus hauts organes de décision

Published

on

Dans un récent scandale révélé au grand jour, le camp du candidat déclaré provisoirement Gouverneur de la province du Haut-Uélé Jean Bakomito Gambu malgré les irrégularités et la fraude industrielle orchestrée lors des élections du 29 Avril 2024 a été pris en flagrant délit de tentative de corruption au sein du Conseil d’État, dépassant ainsi tout ce que l’on aurait pu imaginer. Après une audience décisive, les membres de ce camp se sont retrouvés dans l’impasse financière, manquant des fonds nécessaires pour soudoyer les membres du Conseil d’état.

Face à cette situation critique, ils se sont tournés vers un allié de poids, l’ancien Gouverneur Christophe Baseane Nangaa, mais ce dernier a refusé de prêter la somme colossale exigée. Sans alternative, ils ont décidé de s’endetter auprès de la principale entreprise minière de la province, Kibali Gold Mine compromettant ainsi leur intégrité et leur légitimité.

Cette affaire d’une gravité extrême a attiré l’attention de toutes les autorités de la république, mettant en lumière l’étendue des ravages causés par la corruption dans les rouages du pouvoir. Elle soulève des questions essentielles sur l’éthique et la transparence des processus politiques, et appelle à une réaction ferme et sans équivoque de la part des institutions chargées de veiller à l’intégrité de notre démocratie.

Cette affaire révèle une triste réalité : la corruption a atteint des sommets insoupçonnés, menaçant les bases mêmes de notre système démocratique. Il est temps de prendre des mesures radicales pour lutter contre ce fléau qui gangrène notre société et compromet notre avenir collectif.

TEDDY MFITU
Polymathe, chercheur et écrivain / Consultant senior cabinet CICPAR


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte