Connect with us

non classé

Nord-kivu/ Butembo : Le régime de Kinshasa est purement dictatorial, lecture politique de BUDI Mukyadi, cadre de LGD de Matata

Published

on

 

Le secrétaire général adjoint de leadership et gouvernance pour le développement, LGD, parti cher à l’ancien Premier Ministre congolais, Augustin Matata, a animé, dimanche 21 mai 2023, une matinée dans la salle joli rêve à Butembo.

Selon le SGA du parti, Budi Mukyadi, la matinée avait comme objectif de sensibiliser les membres et évaluer le niveau d’implantation de la formation politique de gauche dans cette partie de la république démocratique du Congo.

Cette activité importante de LGD dans la ville de Butembo devait connaitre la présence du président national, mais empêché par l’organisation de la marche de l’opposition, organisée, samedi passé. Malgré l’absence de Matata Mponyo à cette matinée, les partisans n’ont pas déçu le représentant du parti, raison de leur présence nombreuse dans le lieu choisi pour la circonstance.

Devant les membres du parti, le SGA précise que : « le leadership est une façon d’inspirer les gens à travailler, une façon d’avoir une vision et de la conduire jusqu’à sa réalisation ».
Et de marteler : « Matata veut instaurer le progrès grâce à un leadership transformationnel et une bonne gouvernance ; c’est-à-dire, bien gérer, prendre de bonnes décisions au bon moment, selon l’urgence ».

S’agissant des bavures policières lors de la marche de l’opposition, Mukyadi ne va pas par quatre chemins, « c’est vraiment de la dictature que l’union sacrée a installée. Et, la police réprime les gens qui veulent s’exprimer contre l’insécurité, la vie chère et la décrédibilisation du processus électoral. Notre lecture est que Kinshasa a instauré un régime dictatorial. Il ne veut pas l’expression de la population. La population à travers les 4 leaders de partis politique a voulu s’exprimer contre les fraudes électorales qui se préparent déjà au Nord-Kivu et l’insécurité qui sévit, ici, que nous condamnons fermement ».

Dalmond Ndungo/ CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

Santé

Santé : La Société Civile appelle à une lutte contre le paludisme plus équitable et respectueuse des droits humains

Published

on

Lors du Forum Annuel de la Plateforme de la société civile pour l’élimination du paludisme (CS4ME), qui s’est tenu le 23 avril 2024, une déclaration a été adoptée appelant à une prise en compte accrue des droits humains, de l’équité et du genre dans la lutte contre le paludisme. Alors que la Journée mondiale contre le paludisme approche le 25 avril, la société civile mondiale s’est engagée à renforcer ses efforts pour accélérer l’élimination de cette maladie dévastatrice.

La déclaration souligne l’importance de mettre en place des initiatives qui favorisent le respect des droits de l’homme et garantissent l’accès équitable à des services de lutte contre le paludisme de qualité. Elle reconnaît également le rôle crucial des femmes dans la riposte au paludisme et plaide en faveur de leur participation à la prise de décision sur les stratégies et les interventions. De plus, elle souligne la nécessité d’accorder une attention particulière aux populations vulnérables, telles que les personnes déplacées, les réfugiés et les personnes handicapées, afin de garantir leur accès aux services de prévention et de traitement.

Les signataires de la déclaration appellent les décideurs de la lutte contre le paludisme à lever les obstacles à l’accès des populations vulnérables, à atteindre les 20% de la population qui ne bénéficient pas encore de services de lutte contre le paludisme, et à respecter les droits de l’homme de toutes les personnes ayant besoin de ces services. Ils insistent également sur la gratuité des services antipaludiques pour les populations ciblées et sur la nécessité de garantir une qualité de soins respectant les droits humains de tous, indépendamment de leur statut social.

En tant que société civile, les signataires de la déclaration s’engagent à poursuivre leur plaidoyer à tous les niveaux pour atteindre ces objectifs. Ils soulignent que l’engagement significatif de la communauté est essentiel pour garantir le respect des droits de l’homme, de l’équité et du genre dans les politiques de lutte contre le paludisme. En travaillant en collaboration avec les gouvernements, les partenaires internationaux, les dirigeants locaux et les autres parties prenantes, ils s’efforceront de rendre les programmes de lutte contre le paludisme plus équitables, respectueux des droits et transformateurs en termes de genre. L’élimination du paludisme dans le monde est ainsi envisagée comme une réalité imminente.

Désiré Rex Owamba/CONGO PROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte