Connect with us

Musique

Musique : 5 ans plus tard, la RDC se souvient de Lutumba Simaro

Published

on

Le 30 mars 2019-2024, cela fait exactement cinq (5) ans, jour pour jour, depuis que l’artiste musicien congolais Lutumba Ndomanueno Simaro Masiya nous a quittés.

À l’occasion de cette triste journée, le monde de la musique se souvient de ce chanteur, guitariste et compositeur de renom, Lutumba Simaro, qui a su écrire et composer des chansons d’une grande richesse, empreintes d’images, de profondeur et de vie.

En tant que leader du groupe musical Bana OK, Lutumba Simaro est décédé à l’âge de 81 ans en 2019 à Paris, en France. Tout au long de sa vie, cet artiste s’est distingué par la création de tubes à succès qui sont de véritables poèmes, tels que “Fifi nazali innocent”, “Mabele”, “Verre cassé”, “Maya”, “Ebale ya Zaïre“, et bien d’autres encore.

Probablement le meilleur auteur de la musique congolaise, Lutumba se démarquait par sa sensibilité, sa profondeur et l’écriture de ses chansons, tout en conservant une humilité et une modestie rares dans le monde de la musique congolaise.

Il convient de souligner que le poète Lutumba Simaro avait confié lors d’une conférence organisée par des jeunes de Barumbu, qu’une fois qu’il avait terminé d’écrire une chanson, il soumettait le texte à la critique d’un voisin simple mélomane avant de l’apporter aux répétitions. L’artiste appréciait la sagesse et la philosophie de vie de son voisin, et modifiait ainsi ses textes selon ses conseils.

De nombreuses personnalités politiques ont rendu hommage à cet artiste à Kinshasa, où sa dépouille a été rapatriée fin avril 2019. Le président en exercice, Félix Tshisekedi, a déposé une gerbe de fleurs devant la dépouille mortelle de ce poète au Palais du peuple.

Cedrick Sadiki Mbala


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

Musique

Maman Eyenga vs Papa Eyenga: Décortiquer les dualités de la société congolaise à travers les mélodies de Omba Lipasa et Koffi Olomide

Published

on

Dans le tumulte des divorces et des remariages dans l’univers musical de la RD Congo, le duo Omba Lipasa et Koffi Olomide fait vibrer les cœurs et les esprits avec des chansons comme “Maman Eyenga” et “Papa Eyenga”, révélant des facettes controversées de la société congolaise. 

Alors que « Maman Eyenga » semble pointer du doigt une certaine frivolité perçue chez les jeunes filles sur les réseaux sociaux, laissant planer des sous-entendus sur la fille de Koffi Olomide, l’étoile montante de la mode et égérie de l’Oréal, Versace et Vlisco, le mannequin Didistone Olomide autorité morale de la team Eyenga.

« Papa Eyenga » de Omba Lipasa plonge dans l’obscurité des relations inégales et parfois malsaines entre certains hommes d’âge mûr et de très jeunes femmes, dénonçant avec vigueur le phénomène des “Sugar Daddy” qui semblent s’enliser dans une spirale de destruction de la jeunesse congolaise.

Ces chansons, bien au-delà de simples mélodies, se transforment en miroirs sociaux, reflétant les dualités et les défis auxquels la société congolaise est confrontée, invitant à une réflexion profonde sur des questions intemporelles telles que le respect, l’égalité et la protection des plus vulnérables.

En brisant les tabous et en défiant les conventions, Omba Lipasa et Koffi Olomide ouvrent la voie à une conversation audacieuse, une inspiration sociétale à la hauteur de notre époque et nécessaire sur des sujets souvent relégués dans l’ombre, révélant ainsi la puissance de la musique en tant que catalyseur de changement et de prise de conscience.

TEDDY MFITU 

Polymathe, chercheur et écrivain / Consultant senior cabinet CICPAR


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte