Connect with us

À la Une

Mort suspecte d’une Congolaise en visite familiale à Lusaka, la famille à Kinshasa exige des enquêtes

Published

on

Martine Mbwaya Misakabu, citoyenne congolaise en visite familiale à Lusaka en Zambie depuis le mois de juillet dernier, a été sauvagement battue et jetée dans la rivière Kafue, le samedi 11 septembre dernier vers 13 heures.

Selon sa famille à Kinshasa, Martine Mbwaya Misakabu est victime d’une jalousie de la femme [ de nationalité zambienne] de son frère qui l’a accueillie en visite familiale à Lusaka.

“C’est depuis le mois de juillet 2021 que Martine Mbwaya Misakabu était en visite chez son frère qui vit à Lusaka en Zambie. Elle était censée retourner au Congo à la fin du mois de septembre. Et pendant son séjour à Lusaka, son frère avait l’habitude de la faire visiter la capitale zambienne pour qu’elle voit à quoi ça ressemble. Or, sa belle-sœur (la femme de son frère) qui est de nationalité zambienne n’était pas du tout contente de toutes les fois que son mari (le frère à la victime) a organisé ces visites avec sa sœur”, témoigne à Julie Nzeba Misakabu, sœur aînée de la défunte.

Pourtant, sur place les faits sont présentés tels que Martine Mbwaya Misakabu s’est noyée pendant qu’elle se positionnait au bord de la rivière Kafue pour prendre un selfie.

“Martine Mbwaya Misakabu et ses 7 amis ont décidé de se rendre à la falaise de la rivière Kafue après la Chilanga Mulilo pour une aventure samedi 11 septembre vers 13 heures. Pendant qu’elle était à la falaise, apparemment la défunte s’est rendue au bord de la rivière pour une séance photo. C’est à ce stade qu’elle a essayé de prendre une photo de selfie et alors qu’elle essayait de se positionner, elle a glissé et est tombée dans la rivière Kafue”, a dit à Kafue Times (l’un des quotidiens basé à Lusaka), la belle-sœur de la victime qui ajoute qu’elle a vécu cette scène.

Au niveau de la famille de Martine Mbwaya Misakabu, cette version ne passe pas. Un membre de cette famille a même révélé que Martine Mbwaya Misakabu n’a jamais eu des amis à Lukasa.

“Comment une personne en visite familiale chez son frère à Lusaka, une ville qu’elle a visitée pour la première fois de sa vie, pouvait du coup se taper des amies, en plus sept (7)”, s’étonne Julie Nzeba Misakabu, soeur aînée de la victime.

Celle-ci a balayé d’un revers de la main, les faits tels que présentés par la presse zambienne “qui cherche à protéger l’image de la Zambie, alors qu’il s’agit d’un meurtre”.

“Ma sœur (Martine Mbwaya Misakabu) a été juste victime de la jalousie de sa belle-sœur. Je suis même tentée de dire que c’est de la sorcellerie ça. Comment une belle-sœur peut arriver à se faire des idées que Martine Mbwaya flirterait avec son propre frère ? Les visites que notre frère organisait pour Martine Mbwaya Misakabu étaient à prendre dans le cadre du tourisme”, précise-t-elle.

Et d’ajouter: “c’est par contre la femme de mon frère qui a invité Martine Mbwaya Misakabu à une fête traditionnelle dans un site à Lusaka. Et c’était le long de la rivière. Elle est allée samedi, le jour où ma sœur a été tuée, à l’hôtel où elle résidait. À l’insu de notre frère qui était au travail. Martine Mbwaya Misakabu a accepté de se rendre à cette fête connaissant qu’elle était entre les mains de la femme de son frère. Dommage qu’elle perde la vie, agressée, torturée et battue sauvagement en pleine fête, avant d’être jetée dans l’eau”.

Selon le confrère de Kafue Times, le corps de la victime a été repêché de la rivière Kafue et a été déposé à la morgue de l’hôpital général de Kafue en attendant l’enterrement.

“C’est cruel, même la presse zambienne ne veut pas dire la vérité. Le corps de ma sœur a été retrouvé après plus de 2 heures de recherche. Aucune expertise n’a été faite par la Police scientifique zambienne pour élucider les circonstances de la mort de Martine Mbwaya Misakabu. Une fois que les pompiers ont récupéré le corps de la rivière, ils l’ont ramené à la morgue. Pourtant, Martine Mbwaya Misakabu porte des traces d’agression sur son corps. Elle a été retrouvée bien que noyée, mais avec du sang sur son corps. Son corps saignait et elle vomissait du sang”, renchérit notre source.

Le père biologique de la défunte s’est rendu depuis le début de la semaine à Lusaka pour exiger des enquêtes afin d’elucider les conditions dans lesquelles sa fille a perdu la vie. La famille de Martine Mbwaya Misakabu déplore qu’aucune enquête n’a été ouverte jusque-là.

“Même la personne soupçonnée circule librement et peut s’échapper à n’importe quel moment”, craint-elle.

Originaire de la République Démocratique du Congo, Martine Mbwaya Misakabu a perdu la vie à l’âge de 27 ans.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

À la Une

TP Mazembe: Le technicien Coppolani porte plainte contre Kitengie, Siadi Baggio et Adolphe Kabamba

Published

on

« Aujourd’hui, j’ai déposé plainte contre Frédéric Kitengie et Siadi Baggio pour diffamation, et contre Adolphe Kabamba pour propos racistes et haineux. Ma plainte à la FIFA, ce sera pour rupture abusive du contrat, diffamation et racisme », a déclaré le technicien français Alexandre Coppolani après l’annonce par le TP Mazembe, ce lundi 04 juillet, de la fin du contrat qui le liait à son préparateur physique.

Contacté par nos confrères de “Ma vie pour Mazembe”, le technicien français s’est montré confiant tout en fustigeant le comportement du manager du TP Mazembe, Frédéric Kitengie, qui selon lui, va tuer le club en continuant ainsi.

Il annonce avoir déposé trois plaintes au pénal en France et ajoute que aujourd’hui mardi, il saisira la FIFA.

Dejà quelques minutes après la publication du communiqué sur le site web des Corbeaux sur la rupture de son contrat, le technicien français a réagi sur sa page facebook en ces termes.

«Je remercie les fans du TP Mazembe pour les moments que nous avons partagé, je tiens a les assurer que j’ai tout donné pour ce club.»

«J’ai apporté le maximum que je pouvais. Je remercie le président Moïse Katumbi pour sa confiance et le conseiller Ramazani pour son soutien sans faille. Je souhaite toute la réussite à ce grand club mais aussi du changement dans le management.»

«Plusieurs postes ne peuvent pas être occupés par un seul homme ( manager, directeur sportif, journaliste, agent des joueurs, avocat à ses heures perdues, directeur de chaîne de TV, voyagiste) qui veut avoir le contrôle sur tout mais qui ignore peut-être qu’il y a des règles et des lois en dehors de la RDC.»

Affaires à suivre !

Bishop Mfundu/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising