Connect with us

À la Une

Monusco : Un assistant linguistique porté disparu, les travailleurs contractants inquiets pour leur sécurité 

Published

on

La disparition de BAYA Lulendo Leopold, #NC-10111964 assistant linguistique travaillant pour l’UNOPS sous contrat avec la MONUSCO à Kitshanga, une zone en proie à des affrontements entre les forces loyalistes et les terroristes du M23/RDF, a été constatée le 4 janvier dernier. Depuis lors, sa famille a effectué des recherches désespérées pour tenter de découvrir ce qui lui est arrivé, mais sans succès. Plus choquant est le silence de la MONUSCO qui n’a pas fait de déclaration publique à ce sujet.

Au sein de la Mission des Nations-Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO), les interprètes-traducteurs (Language Assistants) jouent un rôle crucial dans la communication entre les forces de maintien de la paix et les populations locales.

Dans le Nord-Kivu, province marquée par des conflits armés et des troubles, la MONUSCO compte actuellement environ 250 interprètes-traducteurs qui travaillent en collaboration avec les différents acteurs locaux et internationaux. Ils sont principalement déployés dans les zones de conflit pour aider les forces de maintien de la paix à interagir avec les communautés locales et faciliter la mise en place de projets de développement. Malheureusement, ces travailleurs sont souvent exposés à des risques importants dans les zones de conflit, comme l’a malheureusement rappelé la récente disparition de BAYA Lulendo Leopold, assistant linguistique de la MONUSCO. Pour le cas d’espèce, il apparait clairement que l’organisation ait failli à sa mission dans le cas de BAYA Lulendo Leopold.

De plus, les interprètes-traducteurs, malgré ce qu’ils fournissent comme efforts dans la mission, ils ne reçoivent pas les mêmes avantages et protections que les employés permanents, à savoir des assurances médicales couvrant tous les membres de la famille, pas des primes de risques, pas d’opportunité de formation adéquate ou un soutien en cas de besoin. Cette injustice doit être corrigée. Des correspondances sur ces questions ont été adressées aux responsables de la mission onusienne qui sont restées lettres mortes.
Les collègues de BAYA Lulendo Leopold se plaignent de cette situation. “Nous sommes révoltés par le silence de la MONUSCO et de l’UNOPS. Comment une organisation humanitaire internationale peut-elle laisser l’un de ses membres disparaître sans même lever le petit doigt ?”, déclare un collègue souhaitant rester anonyme.

BAYA Lulendo Leopold laisse derrière lui une femme et des enfants qui ont désespérément besoin de connaître son sort. “Nous demandons que la MONUSCO et l’UNOPS fournissent des informations sur la situation de BAYA Lulendo Leopold et prennent des mesures pour assurer la sécurité des interprètes-traducteurs. Nous appelons également à une enquête approfondie sur sa disparition et des mesures concrètes pour éviter que cela ne se reproduise à l’avenir”, suggère un autre collègue.

Il importe de rappeler la MONUSCO à reconnaître le rôle crucial que jouent les interprètes-traducteurs dans les opérations humanitaires. Ils méritent les mêmes avantages et protections que leurs homologues permanents, et leur sécurité ne doit jamais être compromise en raison de leur statut.

La disparition de BAYA Lulendo Leopold est un rappel brutal des risques que les interprètes-traducteurs prennent chaque jour pour aider les plus vulnérables. La MONUSCO doit agir de manière responsable et respecter ses engagements envers ses employés locaux sous-traitance.

LA REDACTION


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Léandre Miema : Le nouveau DG à la tête de la Francophonie RD Congo pour bousculer les conventions

Published

on

Léandre Miema, le nouveau Délégué Général de la Francophonie en RDC, incarne la nouvelle génération de leaders déterminés à faire entendre la voix de leur pays sur la scène internationale. Avec un parcours atypique et des qualités indéniables, il se positionne comme un acteur clé pour relever les défis colossaux auxquels la RDC est confrontée.

Son parcours honorable et ses qualités exceptionnelles sont autant d’atouts dans ses nouvelles fonctions. Jeune mais talentueux, Léandre Miema se distingue par son patriotisme, sa foi inébranlable, son acharnement au travail et son professionnalisme exemplaire. Issu de l’École Nationale d’Administration en RDC et de l’ENA en France, il allie une solide formation d’ingénieur à une expertise en gouvernance publique.

Expert-conseil en numérique, il est fondateur du Kassiterit’s club et du start-up Technosoft.

Sa détermination et son engagement en font un leader résolu à défendre les intérêts de son pays. Les défis à relever et les objectifs à atteindre sont certes énormes mais pas insurmontables pour ce travailler acharné. En tant que DG de la Francophonie RDC, Léandre Miema a pour mission de redonner à son pays une place prépondérante sur la scène internationale.

Son dynamisme et sa volonté de faire bouger les lignes sont des atouts majeurs pour assurer la représentativité de la RDC dans les instances internationales. Malgré l’occupation et les agressions que subit la RDC depuis des décennies, il s’engage à porter haut et fort la voix de son pays.

Léandre Miema incarne l’espoir d’une nouvelle ère pour la RDC, où la jeunesse et l’audace se conjuguent pour relever les défis du présent et de l’avenir. Son parcours et ses qualités font de lui un leader iconoclaste, prêt à défier les conventions pour faire avancer son pays sur la voie de la prospérité et de la reconnaissance internationale.

TEDDY MFITU
Polymathe, chercheur et écrivain/Consultant senior cabinet CICPAR


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte