Connect with us

À la Une

Monusco : retrait définitif des Kasaï en juin 2021 et Tanganyika en 2022

Published

on

La ministre d’État, ministre des Affaires étrangères Marie Tumba Nzeza, et le représentant spécial adjoint du Secrétaire général des Nations-Unies, David McLachlan- Karr, ont signé lundi 19 octobre à Kinshasa, une stratégie commune de transition et de retrait progressif et responsable de la MONUSCO de la RDC.

Cette stratégie, selon le représentant spécial du secrétaire général des Nations-Unies, prévoit une réduction graduelle et responsable de la MONUSCO dans les deux Kasaï( 2021) Tanganyika(2022) et le renforcement de la présence de la MONUSCO dans l’Est du pays pour les années prochaines 2021- 2022. Ce retrait progressif se fera en parallèle d’un renforcement temporaire de la composante police et civile qui viendra soutenir la consolidation des fonctions régaliennes de l’Etat de droit.

Il a indiqué que cette stratégie est le résultat d’un très bon travail entre le gouvernement de la RDC et l’équipe de la MONUSCO.
“La MONUSCO reste ici pour travailler avec le gouvernement de la RDC et dans l’avenir “, a souligné David Maclachlan Karr. Puis d’ajouter : “Je suis honoré d’être ici aujourd’hui pour représenter Mme Leila Zerrougui, représentante spéciale du Secrétaire général des Nations-Unies pour cette cérémonie de signature”.

A une question de savoir si cette fois ça va aller pour que la population congolaise dorme tranquille parce que la MONUSCO a déjà fait plus de 20 ans en RDC, alors que l’insécurité continue, David Maclachlan -Karr a répondu: “Bien sûr ! C’est en partenariat avec la RDC que nous assurons la sécurité mais aussi la paix et le développement du pays”. Avant d’ajouter : ” On va travailler ensemble les prochaines années ici, on reste ici “.

Pour sa part, la ministre d’État, ministre des Affaires étrangères, Marie Tumba Nzeza, a remercié la MONUSCO et son représentant adjoint, avant d’ajouter : “Nous pensons que nous allons évoluer ainsi jusqu’à ce que nous arrivions au bout de nos peines. Je crois que nous avons travaillé en harmonie”.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET