Connect with us

À la Une

Mois de mars : les partenaires de Diakonia toujours engagés à poursuivre la lutte pour les droits des femmes

Published

on

Pour clôturer ce mois de mars 2021 dédié à la femme, Diakonia RDC et ses partenaires ont organisé une journée d’échanges et de partage
d’expériences Genre, ce mercredi 31 mars, à la salle Maranatha, située
sur avenue Prince de Liège à Kinshasa/Gombe. Au menu : des activités de réflexion (exposés et débats), de visibilité (exposition d’activités de quelques réalisations des partenaires) et récréatives
(match de football et nzango).

Dans son mot de bienvenue, le directeur-pays de Diakonia RDC, Mike Mishiki Mamboleo, a rappelé à l’assistance la lutte initiée il y a des décennies par le courage de certaines femmes pour arracher plus des droits. ” Nous vous accompagnons et encourageons à mener jusqu’au bout ce combat!”, a-t-il lancé.

Plaidant, pour sa part pour l’intégration du Genre dans toutes les activités de la société, Mme Nelly Mutunko, Assistante au Programme EOS, a expliqué les questions fondamentales de l’analyse Genre. ” Celle-ci nous aide à comprendre les sociétés dans lesquelles nous vivons et doit nous indiquer quelle était la situation de l’Egalité des sexes au départ et quels sont les obstacles à l’Egalité des sexes”, a-t-elle martelé.

Somme toute, elle interpelle davantage les acteurs sociaux de tenir compte de la dimension Genre, de faire leur suivi et évaluation dans une perspective de Genre,  de s’assigner des objectifs en tenant compte de la dimension Genre, etc.

Autour du thème : ” Le leadership d’excellence pour futur égalitaire dans le monde de la Covid-19″, Mme Kenneth Enim de FMJC a décliné quelques défis faisant obstacles dans la marche pour l’Egalité des sexes en RDC. Il s’agit, notamment, de la persistance du système patriarcal, les us et coutumes rétrogrades, les stéréotypes, la mauvaise gouvernance, l’ignorance et la. banalisation des droits, les discriminations et auto-discriminations des femmes, etc.

Quant à Nathalie Kangaji( CEDJP), elle a invité les femmes à créer une chaîne de solidarité, en se soutenant les unes et les autres, pour une meilleure participation des femmes à la gestion de la cité.

Son homologue du CONAFED, Jeanne Nzuzi, a plutôt dévoilé des pistes pour l’autonomisation de la Femme et de la jeune fille.

Avocate et défenseure des droits humains, Me Joséphine Mbela de l’ACAJJ, s’est apesantie sur la ” Protection des femmes défenseures des droits de l’homme “, pendant que son confrère Justus Tshikona ( LYREC) a décortiqué, en faveur de l’assistance, deux résolutions soeurs des Nations Unies : la 2250 et la 1325. Pour lui, les activistes des droits de l’homme doivent se réjouir des succès récoltés durant les 20 ans de combat, car “la Société civile sensibilisée existe aujourd’hui!”.

Au nom de la ministre en charge des Personnes vivant avec Handicap, son représentant a fait un État des lieux de la participation politique des femmes, puis présenté les perspectives.

Enfin, le révérend Madifuta a entretenu l’auditoire sur le ” Combat de la femme au sein de la Société civile congolaise “.

Notons que la journée s’est clôturée par des expositions des réalisations des partenaires de Diakonia ( Dépliants,  rapports,  oeuvres, etc.), des Jeux de culture générale sur le Genre et match de football mixte entre Diakonia et ses partenaires.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET