mbet

Connect with us

non classé

Mission de pacification au Kongo-central : les députés provinciaux remercient Mvunzi Meya et appellent le gouvernement central à prendre en compte les revendications de Mwanda Nsemi

Published

on

Le ministre délégué auprès du Vice-Premier ministre de l’ Intérieur, sécurité et Affaires coutumières en charge des Affaires coutumières, Eyrolles Michel Mvunzi Meya, a réuni samedi 25 avril, à Matadi, les députés provinciaux de la province du Kongo-Central. Cette rencontre s’inscrit dans le cadre de sa mission de pacification de cette province en marge des évènements qui prévalent en rapport avec le mouvement Bundu Dia Kongo et l’arrestation de Ne Mwanda Nsemi.

Il faut vite noter que le traitement que le Ne kongo Mwanda Nsemi a subi lors de son arrestation à Kinshasa et son bras de fer avec la police nationale n’ont pas laissé indifférente l’opinion Ne Kongo. Au sein de cette communauté, les uns condamnent le comportement de Mwanda Nsemi, les autres désapprouvent son traitement par les éléments de la Police.

Le ministre Mvunzi Meya, représentant le Vice-Premier ministre de l’ Intérieur, sécurité et Affaires coutumières, a sensibilisé les députés provinciaux et informé dans les détails la position du gouvernement central.

À leur tour, les députés Ne Kongo ont appuyé l’action du gouvernement, à travers Mvunzi Meya.

Pour le député Blaise Lufwa Mpongo, élu de Lukula et membre du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), Mwanda Nsemi a un peu exagéré dans ses revendications. Pour lui, en effet, le leader de BDK est allé loin et s’est exposé à la rigueur de la loi. L’élu de Lukula a fermement condamné la xénophobie prêchée par Ne Mwanda Nsemi et rappelle que la province du Kongo-Centrale fait partie intégrante de la RDC et que chaque citoyen y a droit de cité. Blaise Lufwa a également fait savoir que Mwanda Nsemi a violé plusieurs dispositions prises par les autorités en matière de mesures de prévention contre la propagation du Coronavirus, notamment l’interdiction de réunir plus de 20 personnes. Il a invité Mwanda Nsemi à rationaliser ses revendications pour ne pas perdre la raison.

Le député Jean-Claude Vwemba a fait savoir devant la presse que la province du Kongo-Central est entrée dans un cycle sombre de son histoire. « La province va mal. Nous ne pouvons plus accepter de nos jours que le sang du peuple Ne Kongo puisse être sabordé sur le sol », a-t-il lancé devant CONGOPROFOND.NET.

Jean Claude Mvuemba


Jean-Claude Vwemba, député de l’Opposition, a plaidé pour que le gouvernement central ne voie pas la personne de Ne Mwanda Nsemi ; mais qu’il se penche également sur les revendications légitimes de ce dernier. « Certaines de ses revendications sont vraies », insiste-t-il.

En substance, l’opposant Jean-Claude Vwemba a fait savoir que toutes les entreprises œuvrant au Kongo-Central n’ont pas, par exemple, engagé des citoyens Kongo. Il en a énuméré plusieurs (Snel, OEBK, les péages sur la RN1, le Pont Maréchal qui n’a réservé que 3% à la province du Kongo-Central et par contre plus de 15% au seul cabinet du gouverneur, etc.) où il n’existe pas un Kongo au poste de prise de décision. Pour l’opposant qui appuie ici le discours de Ne Mwanda Nsemi – c’est nous qui soulignons -, c’est une erreur historique que le gouvernement doit corriger.

Blaise Lufwa Mpongo, député provincial


Jean-Claude Vwemba a révélé que les sociétés comme DGRAD, Ogefrem ou CNSS (ancienne INSS, NDLR) et toutes les autres importent les agents de Kinshasa et d’ailleurs et se moquent de la main d’œuvre locale. « Les Ne kongo n’ont pas de travail ici », a-t-il rappelé. Il a martelé : « nous ne refusons pas que les frères et sœurs de Kinshasa viennent travailler ici ; mais qu’on prenne aussi ceux d’ici ».

Qu’à cela ne tienne, Vwemba a condamné le zèle de Mwanda Nsemi. Pour lui, en effet, Mwanda Nsemi s’en est allé loin dans la xénophobie. « Personne ne peut admettre que la province soit habitée seulement par les Ne Kongo ».

Une autre révélation de Jean-Claude Vwemba : « il y a eu des compatriotes Ne Kongo qui utilisaient Mwanda Nsemi pour déstabiliser la province du Kongo-Central ». Il a salué les démarches entreprises par le gouverneur Atou Matubwana, qui est allé à la rencontre de Ne Mwanda Nsemi pour le convaincre de rencontrer le vice-Premier ministre en vue de présenter en bonne et due forme ses revendications au gouvernement.

Les députés provinciaux du Kongo-Central ont condamné les excès des éléments de la police sur la personne de Mwanda Nsemi, le pillage de sa résidence et les coups assenés à son épouse.

Les députés Kongo ont plaidé que Mwanda Nsemi soit mis en résidence surveillée en lieu et place de le retourner en prison. Ils ont salué l’initiative du gouvernement de le placer au Centre de Neuro-Psycho-Pathologique (CNPP) pour un suivi psychiatrique.

Le ministre Mvunzi Meya a pris note de considérations des leaders Kongo et va les présenter à la table du gouvernement.

Emile YIMBU/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

À la Une

Kinshasa : L’Ecole Africaine de bien-être familial, politique et gouvernement (ASPAFOG) en gestation 

Published

on

L’Ecole Africaine de bien-être familial, Politique et Gouvernement sera bientôt installée à Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo.

Cette information vient d’être livrée, ce week-end, à travers la presse, par son Directeur Exécutif, Antoine-Roger Bolamba, depuis Washington où la structure est basée.

L’ASFAPOG( African School of Family Well Being, Policy and Governement) vise à aider les enfants et les jeunes démunis à accéder à l’éducation, à la santé et à la protection.

Contacté par la rédaction de CONGOPROFOND.NET, Antoine-Roger Bolamba a déclaré ce qui suit : “Pour la République Démocratique du Congo, nous interviendrons évidemment en passant par les Agences gouvernementales, pour aider les enfants et les jeunes à accéder aux opportunités de l’éducation, des soins de santé et de la protection “.

Aussi, a-t-il poursuivi, : “Nous allons renforcer les capacités des parents, pour qu’ils sachent comment bien prendre soin de leurs enfants, dans la perspective du bien-être familial “.

A en croire le Directeur Executif Antoine-Roger Bolamba, cette structure entend montrer aux parents, les politiques à mettre en place pour le bien-être, la protection des enfants et leur accès à l’éducation et à la santé.

Au niveau de Washington où se trouve son siège, l’Ecole Africaine de bien-être familial apporte son soutien aux immigrés et réfugiés noirs pour bien vivre la politique de bien-être familial.

Soulignons que l’initiative de l’ASFAPOG de s’installer dans la capitale congolaise, tombe à pic au moment où le Gouvernement de la République Démocratique du Congo, sous l’impulsion du Président Félix-Antoinne Tshisekedi, prône la gratuité de l’enseignement primaire et la couverture santé universelle.

Rappelons, à ce sujet, que la RDC a ratifié certains textes internationaux qui font de la santé et de l’éducation des droits de l’enfant, une obligation en République Démocratique du Congo.

En interne, la Constitution du pays, en harmonie avec les instruments juridiques internationaux, a balisé le chemin. Le pays dispose d’une Loi-cadre de l’Enseignement et aussi d’une loi sur la protection de l’enfant.

Il appartient donc aux autorités nationales d’accorder à cette structure, certaines facilités administratives pour que son installation, à Kinshasa, ne soit pas butée à des obstacles, car ne poursuivant pas un but lucratif.

Qui vivra, verra.

Jules KISEMA KINKATU/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising

K-WA Advertising