Connect with us

À la Une

Mende : “Mukuna a l’air d’avoir un sérieux problème d’équilibre mental”

Published

on

Réagissant sur une radio de la place, ce vendredi 08 mai, sur la plainte de l’évêque Pascal Mukuna déposé jeudi contre le président honoraire de la RDC, Lambert Mende Omalanga, membre du Front Commun du Congo (FCC), ex ministre de la communication, dit n’avoir pas du temps à perdre sur une personne qui a un problème mental.

“Celui que vous citez a l’air d’avoir un sérieux problème d’équilibre mental. Ça ne sert à rien que nous perdions notre temps. Parlons des choses sérieuses. Nous avons des problèmes sérieux dans ce pays, s’il vous plaît ! Ce n’est pas quelque chose de sérieux. Le problème qu’il y a c’est la pandémie du coronavirus et pour le reste c’est une farce”, a lâché celui qu’on appelle parfois l'” Homme au verbe facile”.

Avant de poursuivre : “Quelqu’un qui a été propagandiste du FCC et qui veut tout simplement flatter le nouveau régime en oubliant que le nouveau président a fait une alliance avec le FCC, ce n’est pas à cause de lui que cette alliance va être rompue. C’est vraiment ridicule. Il n’a aucun sens même de l’analyse politique, c’est pourquoi il s’agite. De la pire agitation qui n’amènera à rien. Donc, je ne vais pas perdre mon temps avec des bêtises comme ça”, a-t-il conclu.

Rappelons-le, Mukuna avait déposé une plainte de dénonciation à la cour constitutionnelle contre l’ancien président, Joseph Kabila pour crime contre l’humanité, massacres des adeptes de Bundu dia Kongo dans le Kongo-central, l’assassinat du défenseur des droits de l’Homme Floribert Chebeya et de son chauffeur Fidèle Bazana, les massacres de jeunes kulunas (Opération “Likofi”), fosses communes de Maluku (Kinshasa), massacres de Mwanza Lemba dans le Kasaï et tant d’autres.

Jolga Luvundisakio/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Campagne 2023: Analyse du comportement controversé de la RTNC et le silence du CSAC en période électorale

Published

on

En période électorale en République démocratique du Congo (RDC), la diffusion impartiale de l’information est cruciale pour garantir l’équité entre les candidats. Cependant, des préoccupations ont été soulevées quant au comportement de la Radiotélévision nationale congolaise (RTNC) et au silence de la Commission de surveillance de l’audiovisuel et de la communication (CSAC). Cet article examine objectivement ces préoccupations et met en lumière les implications sur l’impartialité des institutions et le favoritisme présumé en faveur d’un candidat, en l’occurrence Félix Tshisekedi.

Le rôle de la RTNC en période électorale

La RTNC est la principale chaîne de télévision suivie dans toute la RDC, et en période électorale, son rôle est crucial pour assurer une couverture équitable des candidats. Cependant, des allégations ont été formulées selon lesquelles la RTNC aurait accordé un traitement de faveur au candidat Félix Tshisekedi, en lui permettant d’apparaître en direct, tandis que ses concurrents n’auraient pas bénéficié de la même opportunité. Ces allégations soulèvent des inquiétudes légitimes quant à l’impartialité de la chaîne et son respect des principes démocratiques.

Le silence du CSAC

La Commission de surveillance de l’audiovisuel et de la communication (CSAC) est l’organe chargé de veiller au respect des normes éthiques dans le secteur de l’audiovisuel en RDC. Cependant, le silence abasourdissant de la CSAC face aux allégations concernant le comportement de la RTNC en période électorale est préoccupant. La CSAC a la responsabilité de garantir l’équité et l’impartialité dans la couverture médiatique des élections, et son silence remet en question son rôle et son indépendance.

Implications sur l’impartialité des institutions

Les faits rapportés concernant le comportement controversé de la RTNC et le silence de la CSAC soulèvent des préoccupations plus larges quant à l’impartialité des institutions en RDC. Dans une démocratie fonctionnelle, il est essentiel que les médias publics agissent de manière impartiale et fournissent une couverture équitable à tous les candidats. De même, les organes de régulation doivent faire preuve d’indépendance et d’intégrité pour garantir des élections libres et équitables.

Le comportement controversé de la RTNC en période électorale et le silence de la CSAC face à ces allégations jettent une lumière inquiétante sur l’impartialité des institutions congolaises. La diffusion équitable de l’information et la garantie d’élections libres et équitables sont des éléments essentiels pour renforcer la démocratie en RDC. Il est impératif que des mesures soient prises pour enquêter sur ces allégations, garantir l’impartialité des médias publics et renforcer l’indépendance des organes de régulation. Seule une véritable transparence et un engagement en faveur de l’intégrité permettront de rétablir la confiance du public dans ces institutions clés.

TEDDY MFITU
Polymathe, chercheur et écrivain


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

K-WA Advertising