Connect with us

À la Une

Médias : OLPA pour la désignation urgente de nouveaux animateurs au CSAC !

Published

on

Lors d’un point de presse tenu à Kinshasa le 15 juillet 2021, l’Observatoire pour la liberté de la presse en Afrique (OLPA) a exigé aux autorités de procéder à la désignation immédiate de nouveaux animateurs du Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication( CSAC).

                                                                      Ci-dessous l’intégralité du verbatim du point de presse lu par le Secrétaire exécutif de l’OLPA

Messieurs, Mesdames de la presse,

Distingués invités ;

Les membres de l’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA) sont heureux de vous accueillir dans ce cadre et vous souhaitent la bienvenue à ce point de presse.

 Avant de commencer, je vous prie de bien vouloir observer une minute de silence en mémoire de Polydor- Fortunat Muboyayi Mubanga, président de l’OMEC (Observatoire des médias congolais) décédé le 26 juin dernier et dont la dépouille mortelle arrive ce jour à Kinshasa. Merci

OLPA tient à attirer l’attention de la communauté nationale sur l’indifférence manifeste de la classe politique à désigner les nouveaux animateurs du Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication (CSAC), une de deux institutions d’appui à la démocratie  consacrées par le tire V de notre Constitution. Pour votre gouverne, le CSAC et la Commission électorale nationale indépendante (CENI) sont les seules institutions d’appui à la démocratie en République démocratique du Congo (RDC).

Il est curieux de constater que les acteurs socio-politiques se penchent uniquement sur l’organisation de la CENI et ferment délibérément les yeux sur celle du régulateur public des médias. Pour preuve, il y a aujourd’hui des tractations pour la désignation des membres de la CENI.  L’Assemblée nationale a même publié un calendrier à cet effet.

Pour rafraichir la mémoire, rappelons que le CSAC a vu officiellement le jour le 10 janvier 2011, jour de la promulgation de la loi organique portant sa composition, attribution et  fonctionnement.  Sa mission, selon la loi fondamentale, est de garantir et d’assurer la liberté et la protection de la presse, ainsi que de tous les moyens de communication de masse dans le respect de la loi. Le CSAC veille au respect de la déontologie en matière d’information et à l’accès équitable des partis politiques, des associations et des citoyens aux moyens officiels d’information et de communication.

Donc, cette institution est très capitale et ne peut être négligée comme nous le constatons actuellement. C’est d’ailleurs l’occasion pour les membres de l’OLPA de fustiger l’attitude des médias locaux et des journalistes congolais qui préfèrent que d’autres sujets très politisés comme « la proposition de loi sur la nationalité d’origine du futur président de la république ou celle sur la CENI » puissent faire les choux gras de la presse, alors que les questions primordiales de la profession sont reléguées au dernier plan ou traités comme des chiens écrasés. Revenez au bon sentiment chers journalistes.

OLPA s’oppose donc à la désignation en cascade et dans la précipitation des membres du CSAC, et exige que cette question soit traitée hic et nunc par le Parlement et les organisations corporatives. Le mandat de quatre ans renouvelable une seule fois de quinze membres du CSAC est arrivé largement à terme, car ils ont été nommés en 2011 sans être reconduits ni en 2015 ni en 2019. D’ailleurs beaucoup d’entre eux sont décédés, paix à leurs âmes.

Pour votre information, OLPA a entamé depuis quelques semaines des contacts de haut niveau pour cette cause que nous pouvons qualifier de noble pour la profession et nous sollicitons votre accompagnement.

Voici l’essentiel de notre message et nous restons à votre entière disposition pour d’éventuelles questions

Je vous remercie.

KABONGO MBUYI, secrétaire exécutif de l’OLPA

 Département de l’Information publique


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Nord-Kivu/Ituri : Sama Lukonde relève les différents points saillants de sa mission de suivi et évaluation de l’état de siège

Published

on

By

 

 

Arrivé à la fin de sa tournée de suivi et évaluation de l’état de siège dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu, le Premier Ministre, Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge a dressé, vendredi 23 septembre 2022, dans la soirée, avant de quitter Goma, le bilan de ses activités dans cette partie du territoire national, où il a été, non seulement pour évaluer la mise en œuvre de l’état de siège, mais aussi pour être aux côtés des familles endeuillées et celles déplacées à la suite des atrocités commises par les forces négatives, dont les ADF et les terroristes du M23 soutenus par le Rwanda.

Résumant sa mission officielle dans les deux provinces en état de siège, le Premier Ministre s’est exprimé en ces termes :

 

« Tout d’abord, je voudrais revenir sur l’annonce que j’ai faite lorsque je suis arrivé ici, à Goma, dans la province du Nord-Kivu. J’ai mentionné que nous étions là, à la suite de la demande de l’autorité suprême de venir faire une évaluation. Comme vous savez, la paix et la sécurité dans cette partie du pays, sont très chères à Son Excellence, Monsieur le Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo. Nous avons entamé cette tournée depuis quelques jours, ici à l’Est de la République démocratique du Congo, en commençant par l’Ituri, où nous avons eu d’abord un Conseil de sécurité, puis des échanges avec toutes les forces vives. Cela nous a permis d’avoir un aperçu clair à ce niveau-là, des travaux qui doivent se faire surtout dans la sensibilisation, les discussions intracommunautaires, qui vont déboucher finalement sur des discussions intercommunautaires. Ça, c’est pour la province de l’Ituri. Et, le combat qui doit continuer à se faire en ce qui concerne les ADF, qui continuent à endeuiller nos populations ».

 

A Goma, tout comme à Bunia, cette tournée était l’occasion, pour le chef du gouvernement, de discuter aussi avec toutes les forces vives en vue d’avoir leur ressenti et mieux orienter l’action Gouvernementale pour le mieux-être de la population de ces terroirs.

 

 » Ici, dans la province du Nord-Kivu, comme nous l’avions fait aussi d’ailleurs dans l’Ituri, nous avons annoncé que nous venions pour d’abord, être aux côtés de ces familles qui sont endeuillées, être aux côtés de ces familles qui sont déplacées. Vous connaissez cette situation que nous avons dans le Rutshuru. A Bunagana, nous avons ces familles des déplacés, qui sont d’ailleurs rentrées par patriotisme et qui ont besoin de l’assistance humanitaire. Nous avons promis d’être vraiment à leurs côtés. Ensuite, nous avons eu aussi, ici, un Conseil de sécurité, où l’état de la province nous a été donné. C’était l’occasion aussi de discuter avec toutes les forces vives et avoir leur ressenti que cela puisse mieux orienter notre action. Donc, sur les points saillants, nous avons reçu cette revendication, qui avait été faite par rapport à la Monusco. Nous avons discuté avec les mouvements citoyens, avec la société civile. Nous avons fait appel à leur sens de responsabilité, en disant que la constitution garantit toute forme de revendication, mais la constitution garantit aussi le droit à la vie. Et que c’est important, pour nous, en tant qu’autorités, qui avons la responsabilité justement de la protection des biens et des personnes, que nous soyions toujours au fait en termes de responsabilité. Nous avons eu a déplorer récemment dans le cadre de ces revendications, demandant le retrait de la Monusco, à regretter, à déplorer des morts. Nous ne voulons plus voir cela arriver. Et donc, c’était vraiment une demande de responsabilité pour qu’on s’assure que nous épargnons des vies. Nous sommes déjà dans une situation sécuritaire difficile. Il faut concentrer nos forces là où nous avons véritablement ces forces négatives, cette agression que nous avons, qui est activée par le Rwanda. C’est là que nous devons mettre l’énergie. Ça, c’était l’un des premiers faits saillants qui a été dans nos échanges. Ensuite, nous avons échangé sur d’autres questions qui préoccupent la population, notamment la sécurité, le banditisme, et nous assurer qu’avec les autorités militaires, nous puissions adresser ces questions surtout autour des questions des tracasseries qui ont été mentionnées. Nous estimons que nous, en tant qu’autorités, nous devons suivre ce que la population nous dit et travailler dans le sens de lui garantir son bien-être. C’est une population, qui n’a que trop souffert. Et donc, nous sommes très sensibles aux messages qui nous sont donnés », a-t-il ajouté.

 

Sensible aux demandes de la population, le chef du gouvernement a instruit le gouverneur militaire du Nord-Kivu à trouver, de commun accord avec le Conseil provincial de sécurité, le moyen de lever le couvre-feu dans la ville de Goma.

 

 » Nous avons eu aussi cette demande qui a été faite particulièrement pour la ville de Goma, en ce qui concerne les restrictions en termes de déplacements. Et nous avons discuté avec le gouverneur militaire et donner une indication pour qu’il puisse très vite réunir le Conseil de sécurité et voir les modalités de lever le couvre-feu, tel que c’est vécu actuellement dans la ville de Bunia, tout en garantissant la sécurité des personnes. C’est un peu en résumé, ce qu’ont été nos échanges du point de vue des points saillants. Donc, c’est un travail qui va se faire et être annoncé très rapidement. Pour les autres questions purement sécuritaires et d’opérations militaires, nous réservons la primeur à Son Excellence Monsieur le Président de la République en termes de présentation du rapport, pour qu’il puisse nous donner des orientations. Nous sommes arrivés au terme de cette visite. Et nous remercions la province et tous ses fils et filles qui nous ont accueillis », a conclu le Premier Ministre Jean-Michel Sama Lukonde.

 

 

Cellule de communication de la Primature


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising