Connect with us

À la Une

Médias : OLPA exhorte F. Tshisekedi à sauver ce qui peut encore l’être

Published

on

 

La journée internationale de la liberté de la presse a été célébré, le 3 mai dernier. Les membres du Comité exécutif de l’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA) ont profité de cette occasion pour rendre public une lettre ouverte intitulée : « Sauvez ce qui peut encore l’être, la presse s’étouffe ». OLPA interpelle le Chef de l’Etat sur la situation de la liberté de la presse depuis 15 mois et la précarité des conditions socioprofessionnelles des journalistes en RDC.

Ci-dessous l’intégralité de la lettre ouverte :

Lettre ouverte des membres de l’OLPA au Président Félix Tshisekedi Tshilombo

« Sauvez ce qui peut encore l’être, la presse s’étouffe »

Kinshasa, le 3 mai 2020

Monsieur le Président de la République,

A l’occasion de la journée internationale de la liberté de la presse célébrée mondialement le 3 mai de chaque année, les membres du Comité exécutif de l’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA), organisation non gouvernementale de défense et de promotion de la liberté d’information basée à Kinshasa, saisissent cette opportunité pour interpeller votre Autorité sur la situation des médias et des journalistes exerçant en République démocratique du Congo.

La journée internationale de la liberté de la presse de cette année est axée sur un thème aussi interpellateur : « Journalisme sans
crainte ni complaisance ». A l’Observatoire de la liberté de la Presse en Afrique, cette date revêt une double signification à savoir la
célébration de cette journée dédiée à ce corollaire d’une liberté aussi fondamentale qu’est la liberté d’expression, mais aussi celle de l’anniversaire de l’organisation qui vous saisit ce jour. OLPA totalise, en effet, 16 ans d’existence dans le domaine de la liberté
de la presse en République démocratique du Congo.

Témoins privilégiés du paysage médiatique congolais depuis plus d’une décennie, les membres du Comité exécutif de l’OLPA ne sauraient rester indifférents face à la situation relativement inquiétante que traverse
la presse nationale, et se refusent de s’abriter derrière le mur du silence.

Il y a lieu de rappeler que votre avènement au pouvoir, le 24 janvier 2019, a suscité beaucoup d’espoirs dans le chef des professionnels des
médias exerçant dans notre pays, surtout après votre ferme engagement de faire de la presse un véritable quatrième pouvoir aux côtés de trois autres pouvoirs traditionnels. En outre, votre statut d’ancien opposant politique et témoin oculaire des brimades vécues par la
presse auguraient des lendemains meilleurs. D’où, la kyrielle des rassemblements de protestation de plusieurs journalistes de Kinshasa au cours du mois de février 2019. Ces derniers voulaient exprimer leur ras-le-bol après plusieurs années de terreur et d’étouffement de toute action de protestation.

Hélas ! Il y a lieu d’être plus inquiets sur la situation de la liberté de presse depuis 15 mois. Nos services ont pu documenter plus
d’une centaine des cas d’atteintes au droit d’informer et d’être informé, dont la majorité des auteurs sont des agents de différents
services étatiques. La situation serait encore pire si vous n’aviez pas interdit à certains services de l’Etat à l’instar de l’Agence
nationale des renseignements (ANR) de ne plus détenir de paisibles citoyens pendant plus de 48 heures. Il ne se passe pas une semaine sans que notre département d’Alertes
et enquêtes ne soit saisi d’un cas d’interpellation ou de menace contre un journaliste ou un média travaillant dans une de 26 provinces du pays.

En outre, la conjoncture économique difficile et la pandémie de Coronavirus ont contribué de manière significative à la détérioration
des conditions socio-professionnelles des journalistes et des médias.
La presse écrite congolaise est au bord de la faillite. Les journaux sont quasiment invisibles sur le marché dans 25 provinces du pays.
Plusieurs dizaines des journalistes ont été mis en congé technique au cours de ces dix derniers mois. Situation similaire dans la presse audiovisuelle où plusieurs d’autres ont été licenciés abusivement après des mouvements de protestation de février 2019. Si le secteur public tient encore le coup, l’audiovisuel privé est également asphyxié. Les médias en ligne ne sont pas non plus épargnés par la crise. Les conditions de travail des journalistes nationaux travaillant pour le compte des médias internationaux sont aussi
précaires que vous ne pourriez l’imaginer. Et l’Etat congolais semble s’être désengagé de son obligation d’aide directe et indirecte à la
presse consacrée par les dispositions de la loi du 22 juin 1996.

Monsieur le Président de la République,

Il est grand temps que vous brisiez de nouveau le silence et que vous passiez aux actes en tentant de sauver encore ce qui peut l’être. La
presse qui vous a accompagné dans votre combat pour l’avènement de l’Etat de droit s’étouffe lentement et progressivement.

OLPA vous prie donc de bien vouloir interdire formellement les services de l’Etat de porter atteinte à la liberté de presse garantie
par les instruments juridiques nationaux et internationaux relatifs aux droits de l’homme sur toute l’étendue du pays. Les contrevenants
devraient subir la rigueur de la loi. C’est la condition sine qua none pour promouvoir un journalisme sans crainte, sans complaisance ou sensationnalisme en République démocratique du Congo.

Enfin, les membres de l’OLPA restent convaincus que vous ne ménagerez
aucun effort pour annoncer des décisions importantes, en vue d’aider la presse congolaise à sortir de sa situation de précarité.

Ce dont ils vous remercient vivement

Pour le Comité exécutif

Kabongo Mbuyi,

Secrétaire Exécutif


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

À la Une

Le Salon des Médias et du Business ouvert ce jeudi à Kinshasa 

Published

on

C’est sur le thème: « Les médias, un atout pour la croissance des entreprises en RDC » que le Salon des Médias et du Business s’est ouvert ce jeudi 26 au 27 janvier 2023 à l’hôtel Fleuve Congo.

Événement incontournable de la scène des médias, le Salon des Médias et du Business est l’unique salon en RDC qui rassemble toute la presse et les opérateurs économiques pour discuter des possibilités d’une relation gagnant-gagnant.

Ce salon est organisé par l’Association des médias en ligne (MILRDC) en collaboration avec la Fédération des Entreprises du Congo (FEC), avec l’appui technique d’Internews sur financement de l’Union Européenne dans le cadre du projet Medias Indépendants et Innovants (Medias 2I).

Prennent part à cette rencontre, environ une centaine de journalistes, communicateurs et chefs d’entreprises.

L’objectif visé par les organisateurs est double : « d’abord évaluer les avancées de l’écosystème médiatique et son impact éventuel sur la croissance des entreprises du pays et ensuite initier un espace d’échange sur diverses thématiques en vue d’améliorer la relation entre le secteur privé et les médias », a déclaré Noémie Kilembe, directrice adjointe d’Internews.

Durant les deux jours du Salon, les participants prendront part aux echanges à travers quatre panels. Les deux premiers prévus ce jeudi ont tablé sur « la réglementation de la publicité en RDC et son impact sur les revenus des médias »; et aussi « les médias face aux régies publicitaires et GAFAS ».

Pour ce vendredi, le premier panel traitera de la diversification des services et des offres des médias, alors que le deuxième planchera sur la gouvernance et la gestion des médias en tant qu’entreprise.

Ce Salon, convient-il de rappeler, rentre dans le cadre du projet M2I débuté en janvier 2020 et qui s’achève à la fin du mois de janvier 2023.

Déborah Kabuya/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising