Connect with us

À la Une

Mboso et Bahati en concertation officielle sur les grandes questions d’actualité

Published

on

Le président de l’Assemblée Nationale, Christophe Mboso, a reçu, hier lundi 31 mai, dans son cabinet de travail, son homologue du Sénat, Modeste Bahati.

Plusieurs questions d’actualité appelant une régulière concertation de deux institutions ont justifié ce premier tête-à-tête officiel depuis le basculement de majorité dans les deux chambres du Parlement, dont la vie est constitutionnellement liée notamment à la lecture des lois avant leur promulgation par le président de la République.
« Il arrive que nous puissions nous concerter. C’est vrai qu’aujourd’hui on le fait devant les caméras, mais nous sommes en concertations permanentes. Et le président de l’Assemblée Nationale a bien voulu me recevoir aujourd’hui.
Nous avons voulu que cette tradition puisse prendre corps et il en sera ainsi pour le reste de notre mandature », a déclaré Modeste Bahati Lukwebo, heureux d’avoir été reçu par un ainé cumulant une longue et riche expérience parlementaire.

Quant aux sujets abordés durant cette grande première, Bahati a parlé de la revue de plusieurs questions qui intéressent les deux institutions, dont la fin imminente de la session en cours pour ce 15 juin prochain. « Dans 15 jours, nous devrions aller en vacances. Sauf si l’état de siège nous contraint à pouvoir travailler. Et nous avons pensé que certaines questions peuvent trouver des réponses par échanges physiques et concertation au lieu des correspondances. C’est ce que nous avons fait aujourd’hui », a-t-il poursuivi.

Pour sa part, répondant à une question sur la brusque disparition de Yezu Kitenge, une des figures de proue de l’Union Sacrée, la nouvelle majorité parlementaire à laquelle appartiennent les deux personnalités, Mboso a regretté la disparition d’un patriarche pour la famille politique du chef de l’Etat et pour la Nation congolaise. « Il a été un grand négociateur. Il a participé au règlement pacifique de beaucoup de conflits. Il a réconcilié beaucoup de gens. C’était un homme humble et simple. Il a été au service de la Nation. Et là, nous perdons une grande personnalité politique de l’histoire », a déclaré en substance le président de la chambre basse du Parlement.

Y. K/Le Phare


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Justice : Rebondissement dans l’affaire OKENDE, la famille porte plainte contre inconnus au regard des nouveaux éléments sonores contenus dans la déclaration de l’honorable Modero Nsimba devenue virale (Avocats)

Published

on

Madame Samba Malata Micheline, épouse et veuve de Monsieur Chérubin Okende, ses enfants, père biologique ainsi que ses frères, ont chargé le cabinet Onyemba Consulting, sis, aux croisements des avenues 24 novembre et Ngele dans la commune de Lingwala de porter plainte contre inconnus, ce lundi, 15 avril 2024.

Dans la plainte, il est écrit : « A la suite de leur plainte déposée en date du 17 juillet 2023, l’office du Procureur de la République du Parquet de Grande instance de Kinshasa/Gombe a ouvert un dossier judiciaire sous RMP37.311/PRO21/BAS dont les enquêtes diligentées auraient conclu au SUICIDE de la victime suivant les résultats communiqués à la presse en date du 29 février 2024, par le Procureur Général près la Cour de cassation ».
Ce rebondissement est motivé par : « des éléments nouveaux issus de la déclaration de Monsieur Modero Nsimba contenus dans un élément sonore (audio) devenu viral depuis le 19 mars 2024 sur les réseaux sociaux ( disponible notamment sur qui relate minutieusement, non seulement , les circonstances scandaleuses de cet enlèvement et assassinat, mais surtout, cite des personnes bien identifiables par leurs noms, prénoms et qualités ». 

Pour les avocats de la famille OKENDE, partant de ces éléments nouveaux, l’hypothèse d’un suicide de l’honorable Chérubin Okende Senga à laquelle le Parquet de Grande instance de Kinshasa/Gombe a aboutie sous RMP37.311/PRO21/BAS, ne peut se concevoir que dans le cadre d’un Suicide assisté.

Pour rappel, le corps sans vie de l’ancien ministre des transports et voies de communication et porte-parole d’Ensemble pour la république, a été retrouvé sur l’avenue Poids Lourds dans sa jeep, un certain 13 juillet 2023 et mis en terre, le 20 mars 2024, 8 mois après sa mort.

À la lumière de cette plainte, les avocats de la famille Okende souhaite que de nouvelles enquêtes soient diligentées afin d’éclairer l’opinion publique. Dans sa première comparution, l’honorable Modero Nsimba a nié l’authenticité et l’originalité dudit audio posté sur les réseaux sociaux, lui attribué par des inconnus. Arrêté pour faux bruit, le député national a vu son mandat validé par l’assemblée nationale.

Mfumu DIASILUA K./CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte