Connect with us

À la Une

Matata Ponyo: ” Le rapport qui doit servir de soubassement à la levée de mes immunités est plein d’incohérences et de mensonges”

Published

on

” Lorsque la Justice a entamé le processus de levée de mes immunités parlementaires, j’étais à l’extérieur du pays. Beaucoup de gens m’ont conseillé et prié de ne pas rentrer au pays. J’ai personnellement pris l’engagement de retourner pour venir défendre, avec vous, chers collègues, la vérité des faits. Et je sais que vous êtes attachés à la vérité et à la justice”. C’est en ces termes que le sénateur a conclu son allocution devant ses pairs de la Chambre haute du parlement, le 14 mai dernier, pour défendre une démarche erronée de demande de levée de ses immunités sollicitée par l’IGF en vue de sa comparution devant la justice.

Convaincu que l’on ne devra pas contraindre l’institution Sénat à prendre une décision sur base d’un rapport dont la matrice conceptuelle est incohérente et mensongère, le sénateur a longuement expliqué le danger d’une jurisprudence que cela va-t-il créer.

Démontrant les “incohérences et mensonges” de l’IGF, Matata Ponyo a aussi présenté quelques éléments de sa “vérité”. ” Je dispose d’une documentation suffisante et des preuves matérielles sur l’ensemble des faits évoqués dans mon propos. Le cas échéant, je suis disposé de les mettre à la disposition du Sénat afin que chacun de nous prenne sa décision en âme et conscience”, a-t-il conclu, tout en rejetant, une fois de plus, toute responsabilité sur la débâcle du projet Bukanga Lonzo.

Tout en affirmant ne rien craindre au sujet de la procédure judiciaire enclenchée contre lui, Augustin Matata Ponyo estime que l’on est mieux que chez soi. D’où,la raison de son retour au pays.

“Si j’avais peur, je ne serais pas venu. Comme vous le savez, j’exerce dans les pays extérieurs comme étant consultant. Il y a même des pays africains qui m’ont offert de rester en permanence dans leurs villes. Je pense qu’on est mieux chez soi. Je ne crains rien, si je craignais quelque chose je ne serai pas rentré”, avait-il déjà indiqué lors de son retour au pays.

Cependant, il persiste et signe que le rapport de l’Inspection Générale des Finances (IGF) est rempli des contrevérités.

La justice Congolaise a saisi la chambre haute du Parlement, dirigée par Modeste Bahati Lukwebo, pour la levée des immunités notamment de l’ex-premier ministre Matata Ponyo.

Pour rappel, l’Inspecteur Général des Finances, chef de service, Jules Alingete Key avait, au cours d’une conférence de presse tenue le 18 novembre 2020, rendu public le rapport de plusieurs missions diligentées dont celle du projet Bukanga Lonzo.

À en croire Jules Alingete Key, l’objectif de cette mission était de rechercher les causes de la “débâcle financière” du projet Bukanga Lonzo.

L’Inspecteur Général des Finances, chef de service, avait indiqué que le trésor public avait sorti 285 millions USD pour le projet Bukanga Lonzo.

D’après l’IGF, la situation actuelle est de 80 millions USD dont 40 millions pour la station électrique. Cependant, Jules Alingete Key avait affirmé que la RDC a perdu 205 millions USD dans ce projet.

Ci-dessous l’intégralité de la Communication du sénateur Augustin Matata Ponyo devant ses homologues

INTERVENTION_SENAT_PROF_MATATA_FINAL (2)

 


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Kaniama Kasese : 200 volontaires de Kasumbalesa en route pour le Centre de formation “Félix Tshisekedi”

Published

on

Après ceux de Kinshasa, Mbuji-Mayi et Lubumbashi, c’est au tour de quelques jeunes de Kasumbalesa de se voir doter de la tenue bleue et jaune, symbole du Service National, fièrement portée par les “Bâtisseurs” de la République. Parmi ces jeunes, 60 % sont des volontaires désireux de servir la nation à travers cette structure étatique. Ils seront soumis à une formation paramilitaire, laquelle sera suivie d’un apprentissage des métiers au sein du Centre de formation “Félix Tshisekedi” à Kaniama Kasese.

C’est dans une ambiance des chants, des cantiques de remerciements aux autorités que chacun de ces jeunes volontaires a reçu des tenues bleues et jaunes, symbole du service national, et ont embarqué pour Kaniama Kasese en vue d’un séjour qui vise une transformation civique.

Ces volontaires viennent donc tordre le coup aux rumeurs qui laissaient croire que leurs prédécesseurs, récemment transférés à Kaniama Kasese, ont été victimes de l’arbitraire et seraient sous le coup de la torture.

Éduqués aux métiers, ces jeunes seront envoyés à travers le pays afin de contribuer au développement de la nation en cultivant, en construisant des écoles et des hôpitaux après leur temps de rééducation et de formation à Kaniama Kasese.

De son côté, le général major Jean-Pierre Kasongo Kabwik, commandant du Service National, rassure que tout est fait selon les instructions du Président de la République, c’est-à-dire celles relatives au respect des droits de l’homme.

Ces nouveaux pensionnaires du centre de formation et d’encadrement Félix Antoine Tshisekedi rejoignent une autre vague de Lubumbashi pour Kaniama Kasese. À leur arrivée, ces nouveaux locataires du Centre d’Instruction et de Formation Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo seront soumis à des formations élémentaires sur le civisme, la maçonnerie, l’électricité, la mécanique automobile. Ces formations seront sanctionnées par des brevets.

Il sied de rappeler que ces nouveaux pensionnaires venus du Haut-Katanga et de Kasumbalesa rejoignent les groupes qui sont déjà arrivés de Kinshasa et du Kasaï oriental. L’objectif de cette fusion est de consolider l’unité et la cohésion nationale, mission capitale du Service National, qui est directement liée à la présidence de la République.

Monica Bubanji/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte