Connect with us

Politique

Massacres des kasaïens dans la province du Haut-Katanga : le coordonnateur de l’ANVC demande un État d’urgence (lettre écrite au chef de l’état)

Published

on

«Le chef de l’état Félix TSHISEKEDI avait prêté serment devant la population (victime) confirmant leur sécurité. Aujourd’hui, c’est la même population qui est tuée à Lubumbashi», tels sont les propos du coordonnateur de l’association nationale des victimes du Congo ANVC, tenus ce vendredi 05 Janvier 2024 lors d’un point de presse en RDC.

Mhyrrand MULUMBA a déposé une lettre à la présidence de la République s’adressant à Félix Tshisekedi, pour la proclamation de l’État d’urgence dans la province du Haut-Katanga pour la protection et la sécurité de kasaïens.

_*«les kasaïens ne doivent pas souffrir dans ce sens comme s’ils étaient en dehors de la RDC non plus ! Nous condamnons avec la dernière énergie, la tuerie quasi-totale des kasaïens au Haut-Katanga ! Pour ces faits, le Chef de l’Etat congolais Félix TSHISEKEDI doit proclamation l’État d’urgence»*_, a-t-il fait savoir.

Au cours d’une activité tenue en l’honneur des victimes des massacres perpétrés au Haut-Katanga, le coordonnateur de l’ANVC a demandé une minute de silence, avant de condamner les propos du ministre de l’intérieur Peter Kazadi qui, selon lui, “Kua bende n’kuulu kua mutshi”; pour dire : “rester chez autrui, c’est rester en haut d’une arbre”.

Signalons que c’est depuis la victoire de Félix TSHISEKEDI à la tête de la RDC, qu’il s’est observé dans la province du Haut-Katanga, les massacres et tueries des kasaïens restant dans cette partie du pays.

Félix MULUMBA KALEMBA/Congoprofond.net


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

Politique

Lucain Kasongo : « Aucun membre du bureau de l’Assemblée nationale n’a moins de 50 000 USD le mois »

Published

on

« Aucun membre du bureau de l’Assemblée nationale n’a moins de 50 000 USD le mois. A cela s’ajoutent les avantages comme logement, transport, communication, carburant, … », a indiqué lundi 20 mai le président honoraire de la commission politique, administrative et judiciaire (PAJ) de l’Assemblée nationale, Lucain Kasongo.

Il l’a dit dans un entretien accordé à Radio Okapi.

Ce sont ces avantages qui poussent la plupart des députés à s’accrocher aux postes au sein du bureau au point de bloquer le bon fonctionnement de tout un pays, estime-t-il.

Pour le coordinateur du Centre de recherche en finances publiques et développement local (CREFDL), Valérie Madianga, l’engagement des élus nationaux d’appartenir à ce bureau est motivé par leur propre intérêt plutôt que par le bien de la nation.

« C’est l’argent qui attise des convoitises des acteurs politiques. Si vous calculez les 20 millions USD qu’on donne aux cabinets et les 100 millions autres qu’on donne au bureau, ça vous fait une marmite de 120 millions USD au moins par an, manipulés par le bureau de l’Assemblée nationale. C’est une véritable affaire », a-t-il expliqué.

Les députés nationaux attendent encore le nouveau calendrier pour élire les membres du bureau définitif. C’est devant les membres de ce bureau que le Gouvernement sera investi.

A l’Assemblée nationale, près de cinq mois après l’ouverture de la session inaugurale de cette nouvelle législature, l’élection et l’installation du bureau définitif se fait attendre.

Après plusieurs tractations pour dégager la liste consensuelle de l’Union sacrée de la nation, le présidium a renseigné que la nouvelle liste attend validation du Président de la République.

L’ancienne liste étant contestée par des députés qui dénonçaient le clientélisme et le népotisme dans le choix du présidium. Quelques proches et membres de famille de certains membres du présidium de l’Union sacrée de la nation étant proposés à ces postes.

Radiookapi.net


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte