Connect with us

À la Une

Marche “Lamuka”, affaires ” Tshibola” et ” Gisèle Mpela”, Viol des Chinois, CENI/CENCO/ECC, etc.: Pascal Mukuna revient à la charge !

Published

on

Dans un entretien télévisé, ce mardi 28 septembre 2021, le révérend pasteur évêque Mukuna a fixé l’opinion sur quelques questions brûlantes d’actualité en République démocratique du Congo.

Abordant la question de la désignation du président de la Commission électorale nationale indépendante( CENI) par les confessions religieuses, il a salué le fait que le président de la République Démocratique du Congo n’ait pas reçu en audience les membres de la CENCO et de l’ECC car, pour lui, les autres églises, notamment, les églises dites de Réveil représentent aussi une bonne part de la population congolaise. Pour illustrer son propos, l’évêque Pascal Mukuna donne le nombre des extensions de son église à travers la ville de Kinshasa, soit 185 cellules.

L’homme de l'”Éveil patriotique” en a profité pour informer l’opinion qu’aux prochaines élections de 2023, aucun politicien candidat député ne viendra battre campagne dans son église et qu’il favorisera seulement les candidats fidèles issus de son église. Car il estime que, contrairement aux politiciens, les députés issus de l’église ACK auront la conscience du travail.

Concernant la décision du gouverneur de la ville Gentiny Ngobila interdisant les manifestations dans certaines artères de la ville de Kinshasa, notamment dans la ” Zone neutre” comprise entre le pont Matete et l’aéroport de Ndjili, Pascal Mukuna pense qu’il n’y a pas lieu de polémiquer sur la question. ” Ceux qui veulent manifester n’ont qu’à le faire dans les endroits qui sont autorisés !”, a-t-il déclaré.

Dans un autre registre, concernant l’affaire du viol présumé d’une fille congolaise par deux sujets chinois dans un chantier dans la ville de Kinshasa, il a conclu que c’est la conséquence de la gouvernance de Kabila qui a “permis aux Chinois de se croire en terrain conquis lorsqu’ils font des affaires en RDC !”.

” Jamais, je n’ai touché à la vie privée de Joseph Kabila ! “

Interrogé sur l’affaire ” Gisèle Mpela” qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive dans l’opinion, l’évêque Pascal Mukuna a répondu que cela relève de la “vie privée”. ” Jamais, je n’ai touché à la vie privée de Joseph Kabila, ni de maman Olive ! On parle du pays ! Mais puisque vous m’interroger sur ça, je dirai que j’étais hors du pays. Mais nous comprenons maintenant, à travers cette affaire, comment fonctionne le monde politique, particulièrement le FCC qui crée une diversion pour faire oublier l’affaire Numbi qui est en fuite et chez qui on a découvert une poudrière de guerre destinée à mettre à feu et à sang la ville de Kinshasa !”, a-t-il déclaré à Israël Mutombo, avant d’indiquer que les Congolais devraient plutôt marcher pour réclamer un mandat d’arrêt international contre cet officier de l’armée en cavale.

Quant au dossier Tshibola, du nom de la dame qui l’a accusé d’abus sexuels, Pascal Mukuna a affirmé l’avoir déjà pardonnée. ” Sa famille envoie des gens pour demander pardon, je l’ai déjà pardonnée…”.

Interrogé sur ses rapports tendus avec l’autorité morale du FCC, Joseph Kabila, Pascal Mukuna a souligné qu’il n’a rien de personnel contre sa personne. ” Je l’accueillerai dans mon église comme fidèle. J’ai des membres du FCC dans mon église. Je prierais pour qu’il entre au paradis, mais c’est difficile. Il faut qu’il passe d’abord par la repentance, puis il entrera au paradis…”, a-t-il conclu.

David Mukendi Kalonji/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Kaniama Kasese : 200 volontaires de Kasumbalesa en route pour le Centre de formation “Félix Tshisekedi”

Published

on

Après ceux de Kinshasa, Mbuji-Mayi et Lubumbashi, c’est au tour de quelques jeunes de Kasumbalesa de se voir doter de la tenue bleue et jaune, symbole du Service National, fièrement portée par les “Bâtisseurs” de la République. Parmi ces jeunes, 60 % sont des volontaires désireux de servir la nation à travers cette structure étatique. Ils seront soumis à une formation paramilitaire, laquelle sera suivie d’un apprentissage des métiers au sein du Centre de formation “Félix Tshisekedi” à Kaniama Kasese.

C’est dans une ambiance des chants, des cantiques de remerciements aux autorités que chacun de ces jeunes volontaires a reçu des tenues bleues et jaunes, symbole du service national, et ont embarqué pour Kaniama Kasese en vue d’un séjour qui vise une transformation civique.

Ces volontaires viennent donc tordre le coup aux rumeurs qui laissaient croire que leurs prédécesseurs, récemment transférés à Kaniama Kasese, ont été victimes de l’arbitraire et seraient sous le coup de la torture.

Éduqués aux métiers, ces jeunes seront envoyés à travers le pays afin de contribuer au développement de la nation en cultivant, en construisant des écoles et des hôpitaux après leur temps de rééducation et de formation à Kaniama Kasese.

De son côté, le général major Jean-Pierre Kasongo Kabwik, commandant du Service National, rassure que tout est fait selon les instructions du Président de la République, c’est-à-dire celles relatives au respect des droits de l’homme.

Ces nouveaux pensionnaires du centre de formation et d’encadrement Félix Antoine Tshisekedi rejoignent une autre vague de Lubumbashi pour Kaniama Kasese. À leur arrivée, ces nouveaux locataires du Centre d’Instruction et de Formation Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo seront soumis à des formations élémentaires sur le civisme, la maçonnerie, l’électricité, la mécanique automobile. Ces formations seront sanctionnées par des brevets.

Il sied de rappeler que ces nouveaux pensionnaires venus du Haut-Katanga et de Kasumbalesa rejoignent les groupes qui sont déjà arrivés de Kinshasa et du Kasaï oriental. L’objectif de cette fusion est de consolider l’unité et la cohésion nationale, mission capitale du Service National, qui est directement liée à la présidence de la République.

Monica Bubanji/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte