Connect with us

Politique

Lutte contre les anti-valeurs : Le VPM Peter Kazadi sur les traces de Mbelu Biosha

Published

on

 

La lutte contre les anti-valeurs en République Démocratique du Congo constitue actuellement le cheval de bataille du Vice-premier Ministre et Ministre de l’intérieur, Sécurité et Affaires coutumières, Peter Kazadi Kankonde, qui marche sous les traces laissées par l’ancien administrateur de l’Agence Nationale des Renseignements (ANR), Jean-Hervé Mbelu Biosha.

En effet, sous les tropiques congolaises, l’histoire bégaye, à défaut de se répéter, mais Peter Kazadi, a donné un bel exemple en relevant de leurs fonctions, trois Gouverneurs de Provinces, dont Gentiny Ngobila de la ville de Kinshasa.

Rappelons que ces derniers, écartés de la course aux législatives par la CENI, ont été accusés, ensemble avec 79 autres candidats, de détention illégale des Dispositifs électroniques de vote (DEV), de vandalisme de matériel électoral, etc.

De quoi donner de la matière à la justice qui, par l’entremise du procureur général près la Cour de cassation, s’est saisie de l’affaire et a obtenu de l’Assemblée provinciale de Kinshasa, l’autorisation de poursuivre le leader de l’ACP.

Consécutivement à cette autorisation, le VPM Kazadi a sévi contre Ngobila quoi que ce dernier, à tue-tête, n’a cessé de clamer ses accointances avec le Chef de l’État Félix Tshisekedi, brandies en plus en signe d’immunité. Une attitude aux antipodes de la vision du Président Tshisekedi, qui a pris l’engagement devant la nation congolaise et le monde, d’éviter les erreurs du passé, lors son investiture le samedi 20 janvier dernier.

Signalons que le trafic d’influence, dont a fait preuve l’ex. Gouverneur Ngobila, est une attitude déjà combattue par Jean-Hervé Mbelu, alors Administrateur général de l’Agence nationale des renseignements (ANR), contre ceux qui se considèrent être des intouchables.

Pendant qu’il aux commandes de cet appareil de sécurité, Jean-Hervé Mbelu, avait lutté contre ces anti-valeurs pour nettoyer la Cour présidentielle, grâce à sa vigilance.

Le cas François Beya et de Fortunat Biselele sont les plus emblématiques. Ces deux personnalités, réputées ” Tout-puissants ” dans le pré-carré du Président Tshisekedi, avaient été cueillies au terme des enquêtes menées en toute indépendance par l’ANR, soit à sa propre initiative soit sur demande du Président de la République.

Soulignons que ces enquêtes ont eu le mérite d’avoir fait tomber les masques, tout en révélant des « Judas » dans le sérail du Président Tshisekedi.

Cependant, alors que l’opinion avait salué ce travail de nettoyage, des détracteurs de Mbelu avaient versé dans le mensonge, tentant de faire croire qu’il s’était agi d’un règlement des comptes. Pourtant, dans sa démarche, Mbelu, exempt de toute reproche, avait mis un point d’honneur sur le respect des procédures et des prérogatives des différentes Institutions du pays, matérialisant le caractère humain des services de sécurité et des renseignements congolais, tel que voulu par le Président Tshisekedi.

Les différentes personnalités cueillies à l’ANR, y avaient été détenues le temps d’être entendues en débats contradictoires, sur base des renseignements collectés pendant les enquêtes. Par la suite, elles avaient été placées à la disposition de la justice pour établir leur culpabilité ou leur innocence.

En outre, les enquêtes de l’ANR de Mbelu, ont le grand mérite d’avoir évité le pire au pays, sa sécurité et sa sûreté ayant été durement éprouvées. Elles ont également le mérite d’avoir délivré le Président de la République d’une infiltration dangereuse pour la survie de la nation.

Par contre, la justice, comme ne l’a cessé de déplorer le Président Tshisekedi, a empêché le pays de capitaliser le travail des fourmis réalisé par Mbelu et ses hommes, faisant preuve de laxisme dans le traitement des dossiers si sensibles lui soumis.

Pas assez toutefois pour déraciner l’héritage de Mbelu à l’ANR, qui se résume notamment par l’humanisation des services des renseignements et de sécurité, ainsi que par le respect des procédures légales et des prérogatives de chaque institution.

Environ six mois après son départ de l’ANR , la vaine polémique autour du prétendu règlement des comptes, les faits étant têtus depuis la nuit des temps, ont aujourd’hui donné raison à Jean-Hervé Mbelu qui a lutté contre le régime des hommes puissants pour préserver la République de tout danger voire, toute souillure.

Pour sa part, Peter Kazadi qui s’est inscrit dans cette lignée de Mbelu, a défenestré Gentiny Ngobila de l’Hôtel de ville de Kinshasa, malgré l’insubordination de ce dernier, visiblement entêté et apparemment déterminé à humilier tout un Gouvernement de la République.

A l’instar de Mbelu, qui a compris que les questions de souveraineté et à la dignité des Institutions de la République doivent se traiter de manière dépassionnée, Peter Kazadi s’est assumé et a pris le taureau par les cornes pour mettre fin à la rébellion de Ngobila contre la République et imposer Gérard Mulumba, dit Gecoco, à la tête de la capitale. Et c’était la fin d’une aventure et d’une confusion qui n’avait que trop duré.

Dans le discours inaugural de son second mandat à la tête de la RDC, le Chef de l’État Félix Tshisekedi a pris le pari de rectifier les erreurs du passé pour garantir les intérêts du peuple congolais.

Comment alors y parvenir, posons-nous la question, tant que les proches collaborateurs et autres représentants de son pouvoir n’auront pas réussi à changer leurs comportements défiant l’autorité publique, au point de passer pour disciples de Judas ?

Dans cet élan, l’évidence est que le Président Tshisekedi aura du mal à concrétiser ses engagements, faute d’acteurs réellement engagés dans le processus de changement appelés de tous vœux par le peuple depuis des années.

C’est là que les valeurs intrinsèques de Jean-Hervé Mbelu refont surface et rappellent à la mémoire collective combien l’ancien AG de l’ANR a fait preuve de loyauté face à toute épreuve et adversité et d’un courage hors norme, ayant évité au pays le pire dans un contexte politique et sécuritaire très délicat.

La mémoire collective se rappelle également d’un homme intègre et intransigeant face aux antivaleurs qu’est Mbelu.

La rédaction.


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

Politique

Lucain Kasongo : « Aucun membre du bureau de l’Assemblée nationale n’a moins de 50 000 USD le mois »

Published

on

« Aucun membre du bureau de l’Assemblée nationale n’a moins de 50 000 USD le mois. A cela s’ajoutent les avantages comme logement, transport, communication, carburant, … », a indiqué lundi 20 mai le président honoraire de la commission politique, administrative et judiciaire (PAJ) de l’Assemblée nationale, Lucain Kasongo.

Il l’a dit dans un entretien accordé à Radio Okapi.

Ce sont ces avantages qui poussent la plupart des députés à s’accrocher aux postes au sein du bureau au point de bloquer le bon fonctionnement de tout un pays, estime-t-il.

Pour le coordinateur du Centre de recherche en finances publiques et développement local (CREFDL), Valérie Madianga, l’engagement des élus nationaux d’appartenir à ce bureau est motivé par leur propre intérêt plutôt que par le bien de la nation.

« C’est l’argent qui attise des convoitises des acteurs politiques. Si vous calculez les 20 millions USD qu’on donne aux cabinets et les 100 millions autres qu’on donne au bureau, ça vous fait une marmite de 120 millions USD au moins par an, manipulés par le bureau de l’Assemblée nationale. C’est une véritable affaire », a-t-il expliqué.

Les députés nationaux attendent encore le nouveau calendrier pour élire les membres du bureau définitif. C’est devant les membres de ce bureau que le Gouvernement sera investi.

A l’Assemblée nationale, près de cinq mois après l’ouverture de la session inaugurale de cette nouvelle législature, l’élection et l’installation du bureau définitif se fait attendre.

Après plusieurs tractations pour dégager la liste consensuelle de l’Union sacrée de la nation, le présidium a renseigné que la nouvelle liste attend validation du Président de la République.

L’ancienne liste étant contestée par des députés qui dénonçaient le clientélisme et le népotisme dans le choix du présidium. Quelques proches et membres de famille de certains membres du présidium de l’Union sacrée de la nation étant proposés à ces postes.

Radiookapi.net


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte