Connect with us

Santé

Lutte contre la mortalité maternelle : 15 formateurs nationaux des champions en CVTA outillés à Kinshasa 

Published

on

Durant 4 jours, du 13 au 16 juillet 2022, à l’hôtel Royal de Kinshasa, 15 formateurs nationaux des champions en Clarification des valeurs et transformation des attitudes concernant l’avortement et la santé reproductive des adolescents et des femmes en général ( CVTA) ont été outillés à Kinshasa. Ils sont venus de plusieurs provinces de la RDC dont le Nord-Kivu, le Sud-Kivu, le Lualaba, le Haut-Katanga et Kinshasa.

Sous la facilitation du PNSR, IPAS et SCOGO, l’objectif de cette session était de renforcer les capacités techniques et andragogiques sur les techniques de formation de VCAT à des champions communautaires déjà formés sur le VCAT face à l’avortement ; Constituer une communauté des formateurs en VCAT outillés et maitrisant les techniques de formation VACT sur l’avortement ; Mettre en place un plan de suivi post atelier pour la mise en application des techniques apprises par les apprenants dans leur communauté d’engagement

En RDC, convient-il de rappeler, la mortalité maternelle est élevée : 846 décès pour 100 000 naissances vivantes, selon le rapport du ministère du Plan et suivi de la mise en œuvre de la révolution de la modernité et celui de la Santé publique. Selon le rapport de la surveillance des décès maternels et riposte (SDMR-RDC), environ 8% de ces décès sont attribués aux avortements (Ministère de la Santé Publique, 2018), qui sont souvent clandestins.

Cependant, la RDC a enregistré plusieurs avancées juridiques et cliniques en matière de prise en charge des soins complets d’avortements. L’adhésion au Protocole de Maputo, la validation de normes et directives des soins complets d’avortement centrés sur la femme (SCACF) pourraient permettre de lutter efficacement contre la mortalité maternelle.

A en croire Dr Jean-Claude Mulenda de l’IPAS, cette démarche est importante pour les acteurs communautaires qui exercent une influence importante sur la sensibilisation de la population sur ces outils pour lutter contre le stigma autour de l’avortement sécurisé. « C’est ainsi qu’IPAS veut, dans le cadre de cette activité, former des acteurs communautaires ayant déjà des valeurs clarifiées et des attitudes changées pour avoir suivi des formations sur les CVTA, comme formateurs qualifiés sur le CVTA », a-t-il appuyé.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Kinshasa : Du gaz lacrymogène pour disperser des médecins ayant barricadé les avenues Huilerie et colonel Ebeya !

Published

on

Un embouteillage monstre a régné ce mercredi 21 septembre aux environs de 13 heures au croisement des avenues Huilerie et colonel Lukusa. Et pour cause ! Des médecins vêtus en tenue de service ont barricadé la route pour protester contre l’indifférence des autorités face à leurs revendications exprimées depuis plusieurs mois. 

Intervenant pour décanter la situation, les forces de la police congolaise ont rencontré la résistance des manifestants. Elle ont dû recourir aux gaz lacrymogènes afin de les disperser.

Bloqué durant près d’une heure, l’avenue colonel Lukusa a difficilement repris son trafic grâce à l’implication des éléments de la police.

Au cœur du conflit, convient-il de rappeler, c’est la mise en œuvre de l’accord signé entre les syndicalistes et le gouvernement le 3 août 2021 sur les conditions de travail des médecins. Les blouses blanches exigent, entre autres, des indemnités de transport et de logement, telles que négociées.

De son côté, le gouvernement a annoncé l’organisation dans les prochains jours d’un atelier dit d’harmonisation des vues pour permettre de finaliser le dialogue et d’éviter la paralysie du secteur sanitaire.

Notons que la grève persiste dans les hôpitaux publics tant à Kinshasa que dans le Congo profond. A l’hôpital général de Kinshasa( ex Mama Yemo), les lits de plusieurs salles de soins sont remplis de patients. Les quelques médecins présents font le tour et se relaient depuis près de deux mois pour tenir le service.

Rappelons que les organisations des médecins désignent le gouvernement comme responsable de cette situation.

Désiré Rex Owamba/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising