Connect with us

Actualité

Lugi Gizenga : la famille biologique réclame une autopsie ! 

Published

on

Le décès de Lugi Gizenga Lumumba risque d’inviter des gens à la barre ! Sa famille biologique refuse de croire en une mort naturelle et réclame une autopsie pour élucider sa mort.

Dans une lettre adressée au procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Gombe et dont copie circule dans les réseaux sociaux, Emmanuel Kuangu Bukaya, oncle maternel de l’illustre disparu, fait connaitre les motivations de la démarche amorcée par sa famille.

Dans cette corresppondance datée du jeudi 04 juin et réceptionnée la même date à l’office du procureur de la République, Emmanuel Kuangu, qui écrit au nom de la famille biologique du défunt, signale que Lugi Gizenga était en bonne santé tous ces temps et que, subitement, il a trouvé la mort dans la nuit de lundi à mardi (lundi 01 juin 2020 à 23h, précise la lettre).

La lettre déclare que la famille biologique suspecte une mort incertaine, « car à notre connaissance, il ne présentait aucun signe de maladie et tout porte à croire que notre frère/fils Lugi n’est pas mort de façon naturelle ».

La lettre précise que « de fortes présomptions d’empoisonnement circulent dans le milieu familial et de son parti politique ».

Emmanuel Kuangu, l’expéditeur de la correspondance, a certifié l’authenticité du document à CONGOPROFOND.NET.

Lugi Gizenga est fils biologique de l’ancien premier ministre de la RDC Antoine Gizenga Fundji, à qui il a succédé à la tête de son parti politique, le Palu, Parti Lumumbiste Unifié.

Emile YIMBU/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

À la Une

ESPT/Dossiers « Clé de répartition des frais scolaires et les 10% alloués aux bureaux gestionnaires »: Le ministre Mbutamuntu réagit !

Published

on

Le ministre provincial en charge de l’Éducation de la ville de Kinshasa, Charles Mbutamuntu Lwanga, réagissant aux deux articles publiés par CONGOPROFOND.NET en date du 27 septembre 2022, sur la pratique de la clé de répartition des frais scolaires et les 10% alloués aux bureaux gestionnaires, contestés par les enseignants du réseau protestant, évoque son souci de renforcer la supervision contre les structures spécialisées avec les « Anti-valeurs ». Nous publions in extenso sa lettre parvenue à notre rédaction par le canal de sa cellule de communication.

Kinshasa, le 29 septembre 2022

Au responsable de Congoprofond.net

Objet: Droit de réponse

Monsieur le responsable de Congoprofond.net,

Votre média en ligne a publié, en date du 27 septembre 2022, deux articles épinglant principalement le Ministre Provincial de l’Éducation/Ville de Kinshasa, Son Excellence Charles Mbutamuntu.

Le premier avait comme titre « EPST/Pratique de la clé de répartition : Charles Mbutamuntu passe outre les instructions de Tony Mwaba »; tandis que le second était intitulé « Epst: les 10% alloués aux bureaux gestionnaires par Charles Mbutamuntu contestés à Kinshasa »*.

Deux articles publiés le même jour, ce qui frise un acharnement pur et simple à l’égard d’un membre de l’Exécutif provincial dont la compétence et les prouesses ne sont plus à démontrer.

Pour votre gouverne, il n’ y a jamais eu violation des instructions du Ministre national Tony Mwaba, concernant la clé de répartition. Le souci pour nous est de renforcer la supervision contre les structures spécialisées avec les Anti-valeurs.

La première des choses à savoir est que le Ministre national n’avait jamais fixé les frais d’appui aux besoins des enseignants. Ces frais ont été fixés par l’Arrêté de Son Excellence Monsieur le Gouverneur, conformément au souci du Ministre national de soulager les enseignants du secondaire, et en attendant que le Gouvernement de la République concrétise les efforts déjà en cours pour améliorer les conditions de vie des enseignants.

Dans le souci de mettre fin aux antivaleurs et traquer les réseaux mafieux, Son Excellence Monsieur le Gouverneur a mis en place, dans son arrêté portant fixation des frais, une commission de suivi chargée de renforcer la supervision contre les ennemis de la gratuité. Et depuis le début de l’année, plusieurs réseaux sont démantelés et les mafieux ont peur. Pour soutenir le fonctionnement des comités de suivi (enseignants assis), la Commission urbaine avait levé deux options, notamment la contribution des écoles privées et le fonctionnement.

Il convient de souligner que pour concrétiser la vision du Chef de l’État, pilotée par le Warrior Tony Mwaba, le pourcentage des frais affectés à l’appui des enseignants est passé de 80% l’année passée à 90% cette année. Nos amis syndicalistes des écoles protestantes ne le savent peut-être pas, car Son excellence Charles Mbutamuntu avait prévu de les rencontrer pour échanges, après l’avoir fait avec les Catholiques. Les 10% affectés à l’appui des bureaux gestionnaires dans leur travail de supervision soutiennent la lutte contre les antivaleurs.

Je vous remercie de publier ce droit de réponse dans son intégralité pour éclairer la lanterne de l’opinion.

Lefils MATADY, Coordonnateur/Cellule de Communication

Ministère provincial de l’Éducation/Kinshasa


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising