mbet

Connect with us

À la Une

Lubumbashi : encore des coups de feu ce mardi matin à la prison de Kasapa !

Published

on

Sous le coup de 4 heures du matin de ce mardi 6 octobre 2020, des tirs nourris d’armes à feu ont été entendus, une fois de plus, à la prison centrale de Kasapa. Difficile de préciser de quoi il est question. Néanmoins, tout donne l’air d’une énième attaque perpétrée par un groupe armé des miliciens.

Des folles rumeurs font déjà état d’un assaut à Lubumbashi des Maï Maï Bakata Katanga.

Et ce sont ces détonnations qui viennent, hélas, de réveiller les habitants de la commune Annexe ce matin.

Notons que le général Smith Changa avait, il y a quelques jours, présidé une causerie morale au camp major Vangu mettant ses troupes en alerte.

Rappelons que la prison de Kasapa, le plus grand centre pénitentiaire de Lubumbashi, vit une vive tension ces derniers temps et une tentative d’évasion a été enregistrée le 25 septembre 2020. Jusque-là les contours de cette tentative restent méconnues.

Rappelons que depuis 1958, date de son inauguration, la prison Kassapa n’aurait pas encore connu de travaux de réhabilitation. Aujourd’hui, sur 40 dortoirs par exemple, seuls 21 fonctionneraient, les autres étant délabrés.

Arthur Tshibang Tambuy(C.P)


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Congrès pour la désignation d’un membre de la cour constitutionnelle : Bahati tente un passage en force !

Published

on

Le président du Congrès du parlement sur la désignation d’un membre de la cour constitutionnelle, Modeste Bahati Lukwebo, a créé un incident à la plénière de ce vendredi 27 mai.

Alors que les discussions de poursuivaient et que les parlementaires (députés et sénateurs) ont émis le vœu de passer au vote de la plénière après l’échec de la commission paritaire mixte mise en place en vue d’étudier les dossiers de candidature, Bahati a d’abord tenté de remettre la procédure à la case du départ en insistant sur le fait que c’est au sénat qu’il appartient de désigner seul le représentant de la cour constitutionnelle pour le quota du parlement.

Les sénateurs et députés nationaux présents à la plénière ont trouvé en Bahati Lukwebo la volonté manifeste de saper les efforts des parlementaires sur la procédure.

Un comportement étonnant, en effet, d’autant plus qu’aucun texte règlementaire n’établit que le candidat devrait provenir du sénat. Qu’à cela ne tienne, les parlementaires ont accédé à la demande d’accorder l’avantage au sénat, étant donné que l’assemblée nationale, elle, a à son compte les deux autres juges auprès de cour constitutionnelle.

Pour cette raison, cinq candidats ont été éliminés et les deux qui sont restés dans la course sont membres du sénat.
Bahati étonne les parlementaires en voulant coûte que coûte faire placer un sénateur de son obédience politique. Les ambitions politiques du président du Sénat sont mises au jour.

Devant l’ambition de faire placer son juge à la cour constitutionnelle, Bahati a empêché les parlementaires de procéder au vote. Sous l’effet de la colère, il a arrêté la plénière : “C’est fini, nous allons envoyer les deux dossiers au président de la République pour nous départager”, a clamé le président du sénat.

Les parlementaires témoins de l’acte de Modeste Bahati Lukwebo n’ont pas tardé à manifester leur mécontentement. Pour le député National Modeste Kazwazwa, l’acte du président du Congrès est une insulte à la République et au peuple congolais qui attend de son parement des actions pour l’avancement démocratique. Le député national Guy Mafuta, émotionné devant l’incident, pense que Bahati profite d’un vide juridique.

Émile Yimbu/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising

K-WA Advertising