Connect with us

À la Une

Lois Minaku-Sakata : l’UDPS et le FCC sur le pied de guerre !

Published

on

Les trois propositions de lois initiées par deux élus du Front commun pour le Congo( FCC) dont l’ancien président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, ne cessent d’alimenter les débats dans le microcosme politique congolais.

Dans une déclaration politique faite lundi 22 juin 2020, le parti présidentiel appelle son allié du FCC à retirer ses trois propositions de loi jugées inopportunes et inconstitutionnelles tendant à violer le principe de l’indépendance de la magistrature.

Le parti cher à feu Étienne Tshisekedi Wa Mulumba met par la même occasion en garde le FCC contre toute tentative d’effectuer un passage en force.

“Au cas où le FCC s’obstinerait dans sa logique d’imposer sa volonté au peuple congolais par un passage en force, l’UDPS se réserve le droit d’opposer à la majorité artificielle au palais du peuple, la majorité populaire, véritable détentrice du pouvoir”, a prévenu le parti de la 11ème rue Limete.

Par ailleurs, le parti présidentiel dit apporter son soutien à l’ensemble de l’appareil judiciaire congolais. Il exhorte tous les magistrats à rechercher et à poursuivre des enquêtes sur tous les dossiers de détournements des deniers publics, de vols ou de corruptions, sans le moindre égard à leurs auteurs.

Bien avant l’UDPS, le syndicat des magistrats avait déjà rejeté ces propositions de réforme.

Selon les membres du SYNAMAC, ces propositions de loi sont inopportunes et n’apportent rien de nouveau à la magistrature, si ce n’est que museler le pouvoir judiciaire en plaçant le ministère public sous la bannière du ministre de la Justice en violation du principe de la séparation des pouvoirs.

Le Syndicat des magistrats dit se réserver la possibilité de saisir par une pétition le Président de la République, en tant que garant du bon fonctionnement des institutions, pour arbitrer une éventuelle crise institutionnelle entretenue par l’Assemblée nationale contre le pouvoir judiciaire.

Sauf changement de dernière minute, la proposition organique modifiant et complétant la loi organique n°13/011 du 13 avril 2013 portant organisation, fonctionnement et compétences des juridictions de l’ordre judiciaire ; proposition de loi organique modifiant et complétant la loi organique n°06/20 du 10 octobre 2006 portant statut des magistrats ; proposition de loi organique modifiant et complétant la loi organique n°08/013 du 5 août 2008 portant organisation et fonctionnement du conseil supérieur de la magistrature déclarés recevable la semaine dernière, seront examinées ce mardi 23 juin par la commission PAJ chapeautée par le député national Lucain Kasongo Mwadiamvita.

MUAMBA MULEMBUE CLÉMENT/CONGOPROFOND.NET