Connect with us

Actualité

Limogé de la BBC, Jacques Matand : «Ils m’ont ravi la nourriture, mais ne m’ont pas coupé l’appétit…»

Published

on

Jacques Matand, journaliste congolais licencié par la BBC Afrique dans l’affaire de l’interview réalisée avec le Franco-Camerounais Charles Onana sur son livre polémique qui tacle le président rwandais à propos du Génocide des Tutsi, a tenu un point de presse ce mercredi 26 août 2020 au siège de l’UNPC.

Au cours de ce point de presse, l’ancien journaliste de la chaîne britannique BBC Afrique a rendu ses vibrants remerciements à la presse congolaise pour le soutien lui apporté durant la triste période de son licenciement arbitraire.

« C’est dans les moments difficiles qu’on reconnaît des vrais amis, c’est encore plus vrai dans une corporation comme la nôtre où nous connaissons parfois des moments assez douloureux et qu’il est toujours réconfortant de savoir que les vôtres vous soutiennent », a d’entrée de jeu indiqué Jacques Matand lors de sa prise de parole.

Devant les cadres de l’Union Nationale de la Presse Congolaise, dont le Vice-président de la commission de la Carte, Richard Kamunga, ainsi que le secrétaire général de ladite commission, Jean-Marie Basa, le journaliste limogé par BBC est revenu, par litote, sur les conditions « brusques » qui ont provoqué son départ de la BBC.

« … Quand quelque chose arrive de manière inattendue, il faut prendre le temps de digérer pour ne pas tomber dans le déni». Et de poursuivre: « du jour au lendemain, vous venez au travail, on vous dit que votre travail est fini, prenez vos affaires et partez ! ».

Pour des raisons judiciaires, Jacques Matand a esquivé d’aborder les questions relatives à son limogeage car, dit-il, que l’affaire est sous instruction suivie par son avocat au Sénégal.

« Les raisons sont telles qu’abordées par mon employeur (BBC) même si la plainte rwandaise est inexistante. Allez-y comprendre en tant qu’analystes et journalistes, mais pour l’instant, je ne peux rien dire de plus. »

En attendant l’épilogue de cette affaire, Jacques Matand annonce le lancement officiel, pour très bientôt, d’un site d’informations et communications ainsi que plusieurs projets dans le domaine des sciences de l’information et de la communication.

Notons que la BBC reproche à Matand le non-respect de la politique éditoriale de la chaîne en abordant un sujet de controverse sans impartialité. C’est ainsi que BBC limogea Matand le 07 février 2020 alors que l’interview avait été réalisée et publiée le 20 novembre 2019.

Pour la rédactrice en chef de BBC Afrique, cette sanction disciplinaire résulte d’une plainte des autorités rwandaises à l’encontre de la chaîne pour avoir été « injuste, biaisée, et inexacte » dans les faits.

Par contre, Jeune Afrique, après avoir mené les investigations auprès du gouvernement rwandais, renseigne qu’aucune plainte n’avait été articulée à l’endroit de BBC qui aurait simplement lâché son employé sous des manœuvres d’une main noire.

Sain Jean-Eude’s Miense/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Justice : Rebondissement dans l’affaire OKENDE, la famille porte plainte contre inconnus au regard des nouveaux éléments sonores contenus dans la déclaration de l’honorable Modero Nsimba devenue virale (Avocats)

Published

on

Madame Samba Malata Micheline, épouse et veuve de Monsieur Chérubin Okende, ses enfants, père biologique ainsi que ses frères, ont chargé le cabinet Onyemba Consulting, sis, aux croisements des avenues 24 novembre et Ngele dans la commune de Lingwala de porter plainte contre inconnus, ce lundi, 15 avril 2024.

Dans la plainte, il est écrit : « A la suite de leur plainte déposée en date du 17 juillet 2023, l’office du Procureur de la République du Parquet de Grande instance de Kinshasa/Gombe a ouvert un dossier judiciaire sous RMP37.311/PRO21/BAS dont les enquêtes diligentées auraient conclu au SUICIDE de la victime suivant les résultats communiqués à la presse en date du 29 février 2024, par le Procureur Général près la Cour de cassation ».
Ce rebondissement est motivé par : « des éléments nouveaux issus de la déclaration de Monsieur Modero Nsimba contenus dans un élément sonore (audio) devenu viral depuis le 19 mars 2024 sur les réseaux sociaux ( disponible notamment sur qui relate minutieusement, non seulement , les circonstances scandaleuses de cet enlèvement et assassinat, mais surtout, cite des personnes bien identifiables par leurs noms, prénoms et qualités ». 

Pour les avocats de la famille OKENDE, partant de ces éléments nouveaux, l’hypothèse d’un suicide de l’honorable Chérubin Okende Senga à laquelle le Parquet de Grande instance de Kinshasa/Gombe a aboutie sous RMP37.311/PRO21/BAS, ne peut se concevoir que dans le cadre d’un Suicide assisté.

Pour rappel, le corps sans vie de l’ancien ministre des transports et voies de communication et porte-parole d’Ensemble pour la république, a été retrouvé sur l’avenue Poids Lourds dans sa jeep, un certain 13 juillet 2023 et mis en terre, le 20 mars 2024, 8 mois après sa mort.

À la lumière de cette plainte, les avocats de la famille Okende souhaite que de nouvelles enquêtes soient diligentées afin d’éclairer l’opinion publique. Dans sa première comparution, l’honorable Modero Nsimba a nié l’authenticité et l’originalité dudit audio posté sur les réseaux sociaux, lui attribué par des inconnus. Arrêté pour faux bruit, le député national a vu son mandat validé par l’assemblée nationale.

Mfumu DIASILUA K./CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte