Connect with us

Actualité

Les Confessions religieuses et OSC en colère :”Que la Communauté internationale arrête de soutenir les terroristes M23 !”

Published

on

Les Confessions religieuses et les Organisations de la société civile ont marché, ce samedi 20 novembre, sous un soleil ardent pour dénoncer l’agression de la RDC par le Rwanda, interpeller la Communauté internationale sur l’insécurité qui sévit dans l’Est du pays, et soutenir les Forces armées de la RDC aux fronts.

L’objectif de cette marche citoyenne, patriotique et pacifique est de dire non à l’agression directe de notre pays par le Rwanda et l’Ouganda, non à la balkanisation de la Nation, non au régime de notification préalable à l’achat des armes imposée à la RDC.
Vêtus tous en couleurs nationales, les fidèles des églises du Congo et les défenseurs des droits humains ont exprimé leur ras-le-bol pendant cette marche pacifique.

Dans un mémorandum de la synergie déposé à la MONUSCO, le prophète Dodo Kamba a fustigé le comportement de la communauté internationale qui reste silencieuse face au drame à la fois humain, matériel, écologique et économique que subit la RDC.

« Nous, peuple congolais à travers la synergie confessions religieuses et organisations de la société civile de la RDC, levons fortement notre voix pour exprimer solennellement et énergiquement notre désapprobation face au complot international, dont le but principal est d’affaiblir et de procéder à la balkanisation de notre pays », a-t-il déclaré

Le président des « Églises de réveil au Congo » a déploré les agressions à répétition de la RDC par le Rwanda depuis plus de deux décennies, ayant causé, selon de différents rapports des experts y compris celui des Nations Unies, des pertes de plusieurs millions de vies humaines et des violations flagrantes des droits de l’homme et du droit international humanitaire.
« Plus de 10 millions d’âmes gratuitement et innocemment arrachées à la vie, plus de 5 millions des déplacés internes, et un nombre incalculable des personnes violées, majoritairement les femmes et les enfants, voire même les nourrissons, blessés et mutilés », a-t-il souligné.

Me Annie Bambe, présidente de la coalition Beijing +25 RDC et co-organisatrice de la marche, a souligné : « nous disons non à cette agression barbare, nous sommes venu vers la MONUSCO parce que c’est la représentation du secrétaire général de l’ONU et du Conseil de sécurité des Nations Unies, afin d’exprimer la voix de la population congolaise, à travers la synergie Confessions religieuses et société civile ».

Mme Bambe a rappelé les violations et les violences sexuelles dont les femmes et les jeunes filles congolaises sont victimes, faisant d’elles « un instrument de guerre ». « Nous, femmes de la RDC demandons à la communauté internationale d’arrêter de soutenir le M23 parce qu’il fait mal à notre population. Nous disons également non aux négociations avec le M23, non à la balkanisation et soutenons nos Forces armées et les initiatives du Chef de l’Etat pour l’instauration de la paix dans notre pays ».

Cette marche a connu la participation massive des Eglises Kimbanguiste, Catholique, Protestante, de la Communauté islamique, de l’Armée du Salut, et toutes les organisations de la société civile dont UCOFEM, RSLF, CAFCO, AFEAC etc.

La manifestation est partie du Palais du peuple, siège du Parlement de la RDC, jusqu’à l’avenue de l’hôpital, puis une petite délégation est allée au Quartier général de la MONUSCO pour y déposer le mémorandum à l’attention de l’ONU.

Plusieurs recommandations à l’endroit du Conseil de sécurité des Nations Unies ont été formulées notamment, de condamner les Républiques du Rwanda et de l’Ouganda pour l’agression, en les sanctionnant conformément à la charte et aux instruments des Nations Unies en la matière, de lever l’obligation de notification préalable à l’achat d’armes, d’organiser le retrait immédiat et sans conditions de l’armée rwandaise et son mouvement terroriste M23 du territoire congolais.

Elda Along/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

Actualité

Lemba/Righini : Le personnel du Centre médical “Mwinda ya Lobiko” abandonne un corps sans vie devant un poste de police !

Published

on

Les habitants du quartier Righini, dans la Commune de Lemba (Kinshasa), ont découvert, cette matinée de lundi 17 juin 2024, le corps sans vie d’un trentagénaire devant un poste de police. La dépouille de cet homme, non encore identifié, y serait déposée depuis la nuit de ce dimanche 16 juin 2024.

Selon les informations fournies par la police, la victime proviendrait du Centre médical “Mwinda ya Lobiko, accompagné d’un personnel soigant, une garde et un policier pour être transféré aux Cliniques Universitaires où l’accès leur serait refusé avec cet homme à bout du souffle qui va succomber peu après. Le corps de cet infortuné va être déposé devant ce poste de police.

Ce serait précisément dans la soirée (23h) de ce même jour que cet homme rendrait l’âme. Le personnel soignant et la garde du Centre médical précité auront pris fuite. « Les Cliniques n’ont pas traité cet homme alors qu’il était en vie parce qu’il n’y avait aucun membre de sa famille sur place. C’est pendant la discussion qu’il est décédé. En entrant au bureau pour faire une réquisition au médecin, l’A.G et la garde de ce centre médical ont rapidement déposé son corps et ont pris la poudre d’escampette…», a confié le major Bela à CONGOPROFOND.NET.

Seul la nuit, cet officier de permanence a relayé cette information à ses supérieurs qui, aussitôt arrivés ce lundi matin, ont sécurisé la zone du drame avant que les secouristes ne viennent évacuer son corps.

Effectuant immédiatement une descente au Centre médical “Mwinda ya Lobiko”, situé sur l’avenue Malula n° 15 dans le même quartier de la même agglomération, notre reporter a une réceptionniste qui n’a fourni la moindre information à ce sujet. “C’est aujourd’hui que je suis arrivée. Les membres du collectif ayant fonctionné hier sont tous partis…», a-t-elle appuyé.

Signalons que quelques volontaires de la Croix-Rouges sont arrivés à ce poste de police vers 11h en attendant la réponse à la convocation de la police envoyée au parquet de Matete. Ce dernier, a-t-on appris, a toute de suite dépêché son substitut pour constater les faits. Dossier à suivre.

Exaucé Kaya/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte