Connect with us

À la Une

Les chercheurs d’Abbott trouvent un groupe rare de personnes diagnostiquées séropositives qui pourrait être une clé pour débloquer le remède

Published

on

Une étude portant sur plus de 10 000 personnes identifie un groupe rare, avec un VIH contrôlé, en République démocratique du Congo, suggérant que des recherches supplémentaires pourraient découvrir des liens entre la suppression naturelle du virus et les futurs traitements. Cette découverte est le résultat des efforts continus d’Abbott dans la chasse au virus, qui a également découvert une nouvelle souche de VIH en 2019.

 

Les décennies de travail d’Abbott dans la surveillance virale mondiale ont fait progresser la connaissance du VIH et lui ont permis de répondre rapidement à la pandémie COVID-19 avec ses tests de diagnostic.

 

Abbott a annoncé ce mardi 2 mars 2021  qu’une équipe de scientifiques a découvert un nombre inhabituellement élevé de personnes en République démocratique du Congo (RDC) qui ont été testées positives aux anticorps du VIH, mais dont la charge virale est faible ou non détectable – sans utiliser de traitement antirétroviral1.

Ces personnes sont appelées  « contrôleurs d’élite du VIH ». Ces découvertes révolutionnaires publiées aujourd’hui dans EBioMedicine – qui fait partie de The Lancet – pourraient aider les chercheurs à découvrir des tendances biologiques au sein de cette population qui pourraient conduire à des progrès dans les traitements contre le VIH – et éventuellement à des vaccins. Des chercheurs d’Abbott, Johns Hopkins, de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, de l’Université du Missouri (Kansas City), et de l’Université protestante au Congo ont constaté que la prévalence des contrôleurs d’élite du VIH était de 2,7 à 4,3 % en RDC – contre 0,1 à 2 % dans le monde.

Cette nouvelle recherche alimentera d’autres études visant à comprendre cette réponse immunitaire unique. Les résultats de l’étude pourraient rapprocher les chercheurs de leur objectif de mettre fin à la pandémie de VIH en mettant en évidence les liens entre la suppression naturelle du virus et les futurs traitements. « La découverte d’un grand groupe de contrôleurs d’élite du VIH en RDC est significative, étant donné que le VIH est une maladie chronique qui dure toute la vie et qui progresse généralement avec le temps », a déclaré Tom Quinn, M.D., Directeur du Johns Hopkins Center for Global Health, chef de la section de recherche internationale sur le VIH/Sida de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, National Institutes of Health, et l’un des auteurs de l’étude. « Il y a eu de rares cas où l’infection n’a pas progressé chez des individus avant cette étude, mais cette fréquence élevée est inhabituelle et suggère qu’il se passe quelque chose d’intéressant à un niveau physiologique en RDC qui n’est pas aléatoire ».Depuis le début de la pandémie mondiale de Sida, 76 millions de personnes ont été infectées par le VIH et 38 millions de personnes vivent aujourd’hui avec le virus2.

En tant que premier à mettre au point un test approuvé par la FDA pour le VIH il y a plus de trente ans, Abbott comprend l’importance de la recherche sur le VIH et a mis en place son programme de surveillance virale mondiale pour identifier les mutations du VIH et de l’hépatite – en veillant à ce que ses tests de diagnostic restent à jour. Les origines de la pandémie de VIH étant retracées en Afrique subsaharienne, plus précisément en RDC, cette région présente un intérêt particulier pour la communauté scientifique3-4

Ces nouvelles découvertes des chercheurs et partenaires d’Abbott s’inscrivent dans la continuité des efforts de chasse au virus qui ont permis d’identifier une nouvelle souche de VIH en 2019.« Le travail de surveillance mondiale nous permet de garder une longueur d’avance sur les maladies infectieuses émergentes – et dans ce cas, nous avons réalisé que nous avions trouvé quelque chose qui pourrait être un pas de plus vers la découverte d’un remède contre le VIH », a déclaré Michael Berg, Ph.D., chercheur associé en maladies infectieuses chez Abbott et auteur principal de l’étude.

«La communauté mondiale de la recherche a encore du travail à faire, mais exploiter ce que nous apprenons de cette étude et le partager avec d’autres chercheurs nous rapproche des nouveaux traitements qui pourraient éventuellement éliminer le VIH ». Les échantillons de plasma provenant des efforts de surveillance recueillis en 1987, 2001-2003 et 2017-19 en RDC – où se trouvent les plus anciennes souches de VIH connues – ont permis aux chercheurs d’exclure les faux positifs, les biais liés au site de collecte, la grande diversité génétique et les traitements antirétroviraux comme étant la cause de la numération virale non détectable chez 10 457 patients de 2017 à 2019. Les tests ARCHITECT HIV Ag/Ab Combo d’Abbott et les tests m2000 RealTime HIV-1 d’Abbott ont été utilisés dans l’étude pour détecter les anticorps anti-VIH et les plages de charge virale, respectivement, chez les participants.« Chaque nouvelle découverte du VIH est une pièce supplémentaire du puzzle de l’évolution que nous essayons de comprendre », a déclaré Carole McArthur, docteur en médecine, professeur au département des sciences orales et cranio-faciales de l’université du Missouri – Kansas City, Directrice de la recherche en pathologie au Truman Medical Center, et l’un des auteurs de l’étude. « Chacune de ces pièces nous aide à voir un peu plus clairement où nous devons regarder ensuite et contribue à la banque de connaissances vers laquelle tous les chercheurs se tourneront dans la prochaine phase de notre travail ».

Plus de vingt-cinq ans de chasse aux virus à travers le mondeEn tant que leader dans le domaine du dépistage sanguin et des tests de maladies infectieuses, Abbott a créé son programme de surveillance virale mondiale il y a plus de 25 ans pour surveiller les virus du VIH et de l’hépatite et identifier les mutations, ce qui permet de s’assurer que les tests de diagnostic de la société restent à jour. Le programme de surveillance continue d’être une voie alimentée par la collaboration, permettant aux chercheurs d’évaluer et de résoudre de manière proactive les problèmes liés aux maladies infectieuses.

Le travail de surveillance et de découverte de nouveaux virus d’Abbott a permis à l’entreprise de réagir rapidement à la pandémie de COVID-19. Abbott va intensifier ses efforts pour identifier, suivre et prévenir de futures pandémies dans de nombreux types de maladies infectieuses.Pour en savoir plus sur les efforts d’Abbott en matière de chasse au virus, visitez le site www.abbott.com/virushunters.

À propos d’Abbott, Abbott est un leader mondial de la santé qui aide les gens à vivre mieux à toutes les étapes de leur vie. Notre portefeuille de technologies qui changent la vie couvre tout le spectre des soins de santé, avec des entreprises et des produits de premier plan dans les domaines des diagnostics, des dispositifs médicaux, des produits nutritionnels et des médicaments génériques de marque. Nos 109 000 collaborateurs sont au service de la population dans plus de 160 pays.

 

 

CONGOPROFOND.NET