Connect with us

À la Une

Le “Sphinx” de Limete brillait en parlant et en restant silencieux (Interview avec Me Elvis Mayo Bieme Ngalisame)

Published

on

Ce lundi 1er février 2021, l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (Udps/Tshisekedi) commémore le 4 ème anniversaire de la mort du Dr Étienne Tshisekedi Wa Mulumba, symbole de la lutte pour la démocratie et l’état de droit en Rd Congo. En marge de cet événement, CONGOPROFOND.NET approche, tour à tour, cadres et militants de ce parti, aujourd’hui au pouvoir après 3 décennies dans l’opposition, afin de recueillir leurs observations sur l’héritage idéologique de cet illustre personnage, surnommé le ” Sphinx”. Me Elvis Mayo Bieme Ngalisame, Cadre de l’Udps et Conseiller du Président Jean-Marc Kabund, est le premier à répondre à nos questions.

 

Congoprofond.net: Cher Maître, c’est quoi la substance même du slogan « le Peuple d’abord » que nous a laissé le Lider maximo ?

Me Elvis Mayo Bieme : “Ya Tshithsi” avait compris que face au Front commun pour le Congo (FCC), qui était une machine à désorienter les consciences, il fallait un programme clair pour servir de boussole aux gens désorbités par dix-huit ans de kabilisme. « Le Peuple d’abord » s’adresse de ce fait aux classes populaires, aux petites classes moyennes et à l’élite afin qu’ils se rassemblent autour d’une possibilité de vie nouvelle. C’est ce qui incarne l’esprit de tout son possible pour assurer le développement harmonieux de la nation congolaise en s’écartant des pratiques malsaines de corruption, détournement, mauvaise gestion et autres au détriment du peuple. C’est la quintessence de la social- démocratie.

Congoprofond.net : Pourquoi, maintes fois, Dr Etienne Tshisekedi est-il revenu sur ce concept d’état de droit ?

Me Elvis Mayo Bieme : Restant sur la lignée de la social- démocratie et dans le maintien permanent d’un lien avec le peuple, Dr Etienne Tshisekedi s’est voué entièrement pour l’application de la prééminence du droit sur le pouvoir politique en Rd Congo, ainsi que par l’obéissance de la loi par les gouvernants et les gouvernés. C’est cela le sens même de l’état de droit dont les jalons sont entrain d’être posés suivant le programme du Président Félix- Antoine Tshisekedi.

Congoprofond.net : En quoi la jeunesse de l’Udps s’est -elle imprégné des idéaux de Dr Etienne Tshisekedi ?

Me Elvis Mayo Bieme : Par rapport à la jeunesse, j’épinglerai principalement la résistance. En effet, au regard du parfum d’indignité qu’ont dégagé les dictatures mobutienne et kabiliste, la pensée et l’action du Sphinx ont permis à notre jeunesse d’entrer en résistance permanente contre les ennemis du progrès social. Nos jeunes manifestent ainsi un courage civique imperturbable. Vous n’avez qu’à voir leur dynamisme exprimé sur terrain, au prix du sang, pour obtenir l’alternance au sommet de l’État et aussi leur bravoure dans la lutte sur les réseaux socio-numeriques. On y a décelé la marque de papa Etienne.

Congoprofond.net : Pourriez-vous nous ajouter un autre trait de cet héritage ?

Me Elvis Mayo Bieme : Cet homme honorable qui brillait en parlant et en restant silencieux a conquis les esprits de tous les Congolais par sa lutte contre les anti-valeurs. Aujourd’hui, il y a le Président de la République et la hiérarchie de mon Parti qui nous invitent à rester fidèles à l’aspiration du peuple et travailler de concert avec lui à travers toutes les épreuves. Il s’agit là d’un objectif fondamental de l’Udps pour unir et diriger le peuple congolais dans la révolution Tshisekediste, le développement et les reformes et d’assurer une vie meilleure pour le peuple. Ne voyez-vous donc pas le caractère non-violent des méthodes employées par les héritiers du Sphinx pour démonter le système ancien ?

Propos recueillis par Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Gestion de la Direction générale des recettes du Kasaï Central «DGRKAC» : La Commission Kayombo dédouane le gouverneur sortant John Kabeya de l’enquête

Published

on

La gestion du gouverneur sortant du Kasaï Central, John Kabeya Shikayi, n’a pas fait l’objet d’une enquête de l’Assemblée provinciale. C’est ce qu’a révélé le député provincial Bob Kayombo, président de la Commission spéciale mise en place par l’organe délibérant du Kasaï Central pour enquêter sur la gestion de la Direction générale des recettes du Kasaï Central, «DGRKAC». Il l’a dit dans une interview accordée à la presse au lendemain de l’adoption des recommandations issues de cette enquête, le vendredi 14 Juin.

D’après cet élu de Kazumba, le travail effectué par sa Commission a été sapé. Bob Kayombo s’indigne de constater que les responsables directs cités dans son rapport ne soient pas mis en justice et parle d’un acharnement de certains élus provinciaux sur la personne de John Kabeya Shikayi.

” L’enquête que nous avons menée ne concerne nullement la gestion du Gouverneur Kabeya. J’ai été sidéré, séance tenante, de voir certains députés provinciaux citer le Gouverneur sortant et estimer qu’il soit déféré devant la justice pour des raisons que j’ignore jusqu’à présent. Mes regrets c’est de voir les dirigeants de la DGRKAC que nous devrions blâmer être blanchis pour des raisons inavouées. Mais les gens qui n’ont même pas fait objet d’une enquête soient assimilés aux gestionnaires directs de la DGRKAC. Nous n’avons pas enquêté sur la gestion du gouverneur Kabeya…”, explique-t-il sous un ton fort.

Concernant la gestion de la DGRKAC qui a fait l’objet de l’enquête de sa Commission instituée par la Première institution du Kasaï Central, le député Bob Kayombo s’est indigné des révélations recueillies lors de cette enquête et met plutôt en cause l’équipe dirigeante de cette régie financière provinciale.

On ne peut pas accepter que notre seule source de revenus soit dirigée avec légèreté et amateurisme. Nous avons constaté un dysfonctionnement dans l’appareil de gestion de cette régie, commençant par la Direction générale jusqu’aux agents commis aux postes de péages. Nous sommes allés sur terrain, où les agents se servent à souhait les fonds de l’État. Il y a eu exactement des détournement sûrement, les fonds perçus dans les centres Kazumba et Luiza n’ont pas été tracés.”, martèle-t-il.

Pour rappel, c’est après son départ de Kananga, chef-lieu de la province du Kasaï Central le 30 avril passé, qu’un cafouillage a été constaté dans la gestion de la régie financière entretenue, d’une part, par le ministère provincial des Finances, les responsables de la DGRKAC et le gouverneur ad intérim.

J.M.(C.P.)/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte