Connect with us

À la Une

Le Grand Equateur n’est pas à vendre ! (Tribune de Loli NKEMA LILOO, Président de l’Alliance pour la Gouvernance des Valeurs, “AGV”)

Published

on

Un malheur n’arrivant jamais seul, surgissent de manière inopinée autour du Grand Equateur affaires politico-financières qui succèdent aux épreuves vexatoires que cette contrée subit jusqu’à ce jour : pauvreté, dégénération socio-économique, marginalisation et complot politique, et ce, au détriment de la cohésion et du développement.

En effet, ces affaires qui frôlent l’achat de conscience existent bel et bien. Et elles sont de nature à tromper la vigilance de l’opinion en général et du nouveau pouvoir en particulier, à la faveur d’une politique ignorant, niant et obstruant les réelles forces du Grand Equateur. Ce dernier qui a été parmi les plus farouches militants pro-alternances contribuant ainsi à la matérialisation de cette alternance ne s’est encore vu pris en compte à la hauteur de son engagement pour le changement dans le respect de la réalité géopolitique que font les jeux de rivalité et d’influence. Par ailleurs, ces manœuvres ci-haut citées qui relèvent de l’opportunisme, de l’intolérance et de l’irresponsabilité n’ont jamais produit de développement ni de cohésion durant toutes les années qu’acteurs politiques s’évertuent à les mettre en œuvre.

Il est donc évident qu’à l’heure de l’Union Sacrée de la Nation, ces pratiques sont appelées à disparaître.

En ce qui concerne la réalité géopolitique, elle veut que le Grand Equateur soit politiquement stratégique. Les raisons en sont les suivantes.
Premièrement, cet espace a eu à produire un Président de la République, feu le Maréchal MOBUTU au règne de 32 ans, des dignitaires et militaires experts dans nombreuses matières. Ils ont, certes, une part de responsabilité dans les difficiles situations que traversent aujourd’hui le pays dont le Grand Equateur, mais ils n’ont laissé ni l’un ni l’autre dans un état mortifère.

Deuxièmement, il y a eu une rébellion armée marquante faite par le leader du MLC, Monsieur Jean Pierre BEMBA, suite au renversement par les armes du Maréchal par le pouvoir de l’AFDL, à la chasse aux sorcières ainsi qu’aux humiliations infligées aux dignitaires et militaires issus de cet espace, aux spoliations des biens et marginalisations faites à ses citoyens par le pouvoir de l’époque. Suite à ces méfaits, le leadership du MLC y fut naturellement considéré comme salvateur et il en tire encore aujourd’hui une renommée particulière.

Troisièmement, cet espace qui est foncièrement acquis à l’opposition depuis l’entrée de l’AFDL jusqu’à ce jour pour les raisons ci-haut évoquées compte des leaders montants et légitimes qui se recherchent encore au sein de l’Union Sacrée de la Nation.

Telle est la réalité du terrain n’en déplaise à certains.

Par conséquent, il faut bien comprendre que les dignes fils et filles de cet espace ne toléreront point d’être ramenés à la case départ. Il revient donc de tirer leçon des erreurs du passé et d’encourager le Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Félix TSHISEKEDI, à œuvrer pour un nouvel élan légitime dans le Grand Equateur tant dans la formation du Gouvernement que dans sa gouvernance pour qu’il connaisse un réel essor conformément à la vision de développement intégral, libre et inclusif du Congo telle que prônée par le Président de la République.

C’est dans cette logique que nombreux congolais pourront s’inscrire en soutien à la vision présidentielle.


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Tshisekedi-Kagame: Rencontre de “vérité” ce mercredi à Luanda !

Published

on

La situation sécuritaire à l’Est de la République démocratique du Congo sera au centre d’un mini -sommet tripartite convoqué ce mercredi 6 juillet 2022 à Luanda en Angola, rapporte la cellule de presse Présidentielle.

Initiée par le président Angolais Joâo Lourenco, cette réunion mettra en face le président Félix Tshisekedi et son homologue du Rwanda.

En froid depuis le regain de violences à l’Est de la RDC et l’appui avéré du Rwanda au M23, les deux chefs d’État ne se sont plus retrouvés en tête-à-tête.

C’est pour participer à cette rencontre voulue “de vérité” que le président de la république Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo est arrivé depuis ce mardi 5 juillet en fin de journée à Luanda en Angola.

 

Paul Kagame accueille Félix Tshisekedi au poste-frontière de Rubavu, au Rwanda, le 25 juin 2021.
Paul Kagame accueille Félix Tshisekedi au poste-frontière de Rubavu, au Rwanda, le 25 juin 2021

Les présidents congolais et rwandais se retrouveront donc à Luanda, en Angola, mercredi 6 juillet 2022, aux côtés du président angolais Joao Lourenço, désigné médiateur par l’Union africaine dans la crise qui oppose les deux pays. Depuis des mois, Kinshasa accuse Kigali de soutenir le groupe rebelle M23, en pleine résurgence dans l’est de la RDC. Un soutien nié par les Rwandais.

La rencontre devrait commencer par un face-à-face, à la mi-journée, entre Félix Tshisekedi et Paul Kagame, en présence du président angolais Joao Lourenço. S’ensuivra une bilatérale élargie avec les délégations des deux parties. Selon une bonne source, le président congolais arrivera avec des membres du ministère des Affaires étrangères, de l’armée, de l’immigration et des renseignements. Des équipes sont d’ailleurs déjà à Luanda depuis plusieurs jours pour préparer le terrain.

Clarification demandée

Selon un bon connaisseur du dossier, la partie congolaise exigera une chose : que le Rwanda clarifie ses liens avec le M23 et mette fin à son soutien. « Les preuves s’accumulent. Il faut que cela cesse et que Kigali tienne un langage de vérité », indique un représentant du Congo, rapporte RFI. Kinshasa affirme même avoir présenté des preuves au médiateur angolais.

Le président Joâo Lourenco a été désigné par l’Union Africaine comme médiateur, en vue de renouer le dialogue entre les deux parties et faire baisser la tension au sein de la sous-région.

Le président de la république Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo est accompagné du ministre des affaires étrangères Christophe Lutundula et de son mandataire spécial Serge Tshibangu.

Bishop Mfundu/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising