mbet

Connect with us

À la Une

“Lamuka” fait flop, Kinshasa n’est pas morte !

Published

on

La coalition “Lamuka” a appelé à une ville morte pour protester contre le report des élections à Beni, Butembo et à Yumbi dans le Mayi Ndombe. Le mot d’ordre de Lamuka n’a malheureusement pas été suivi dans les grandes villes de la RDC. Ni à Kinshasa, ni à Lubumbashi, ni à Kisangani, ou encore à Mbuji Mayi et Kananga.
À Kinshasa, les activités se sont déroulées normalement.

Transport, école, commerce, bureaux et marchés ont tous exercé normalement.

Les embouteillages quotidiens ont même vécu dans les grands artères : Kasa vubu, boulevard Lumumba, boulevard du 30 juin, route des poids lourds, etc.

Voici quelques témoignages recueillis auprès de nos correspondants à travers la ville.

“Sur le Boulevard Lumumba à la hauteur de l’arrêt Ma Crevette, tout se passe normalement.

Déjà à partir de 7 heures du matin, des habitants de la commune de Matete et ceux de Limete sont sur les longs de ce boulevard pour attendre des bus et taxis.

Pareillement situation sur l’avenue des Poids Lourds,” affirme un correspondant dans la commune de Limete.

“Sur 24 novembre dans son tronçon compris entre Bandal Moulaert et Sanatorium, le trafic est intense comme d’habitude”.
Le marché Gambela dans la commune de kasavubu fonctionne normalement. Certains vendeurs se disent ne pas être informés d’une quelconque ville morte,” déclare notre correspondant à Lingwala et Kasa vubu.

Les habitants ont plus la tête aux élections et aux préparatifs des fêtes de fin d’année qu’à une journée ville morte.
D’autant plus que la décision de Lamuka parait à la fois ambiguë et utopique.

Comment expliquer que cette coalition qui soutient Martin Fayulu demande à la fois une journée ville morte et réclame les élections le 30 décembre prochain?

Au Nord Kivu, lieu du report des élections, la situation sur terrain peut être qualifié de mi figue, mi raisin.

L’on signale des échauffourées entre la police et les militants à Beni et Butembo.

Les deux villes écartées des élections du 30 décembre, ont manifesté contre le pouvoir en place. Mais les gaz lacrymogènes ont eu raison des manifestants.

Les activités sont restées paralysées durant les avant midi.

De manière générale, l’appel à une journée ville morte est une erreur stratégique de la part de Lamuka qui risque d’y laisser quelques plumes.

TMB/ CONGOPROFOND. NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

À la Une

Ituri : Peine de mort et radiation de l’armée pour des militaires impliqués dans la vente d’armes aux miliciens !

Published

on

La cour militaire de l’Ituri a rendu son verdict, ce vendredi 27 mai, dans le procès ventes d’armes et munitions aux groupes armés dans la province de l’Ituri.

Parmi les 15 prévenus poursuivis pour association des malfaiteurs, participation aux mouvements insurrectionnels et crime de guerre par meurtre, 13 ont été condamnés et 2 autres acquittés pour insuffisance de preuves.

Sur la liste des condamnés, on y retrouve 8 militaires FARDC dont 3 officiers. Ils sont condamnés à des peines de mort et sont radiés définitivement de l’armée. Parmi eux, le lieutenant-Colonel Kalegamire Marcel.

Afoyo Deogratias et Makusi Lotsove, deux autres civils poursuivis pour les mêmes faits, ont également été condamnés à des mêmes peines.

Bénéficiant de circonstances atténuantes, les prévenues Biwaga et Michiline Yenga ont toutes deux écopé de 10 ans de service pénale principale et sont sommées au payement de 250 000 FC de frais d’instance.

Ces condamnés, désormais locataires officiels de la prison centrale de Bunia, disposent de 5 jours pour interjeter appel.

Cependant, sur la liste des acquittés, l’on retrouve un officier militaire et un civil. Il s’agit du major Ngoy Kabulo et le taximan Muloko Bongi Dieudonné dont la moto sera aussi restituée.

Un arrêt de la cour salué par certains habitants de la ville de Bunia. Nombreux estiment que la poursuite des audiences contre les personnes impliquées dans l’insécurité en Ituri et leur condamnation serviront d’exemples pour les autres qui pourront éventuellement s’engager dans cette pratique.

A signaler que ce procès très médiatisé a été ouvert depuis le 25 avril 20220.

Verite Johnson/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising

K-WA Advertising