Connect with us

À la Une

La CENI tente de sauver Nangaa et Basengezi des sanctions américaines

Published

on

 

La CENI demande aux autorités congolaises une protection diplomatique à Nangaa et Basengezi afin d’obtenir l’annulation des sanctions américaines.

C’est le contenu de la déclaration de la plénière de la CENI de ce jeudi 18 avril.

En effet, la plénière sollicite au gouvernement de la RDC d’assurer à Corneille Nangaa, Norbert Basengezi et Marcellin Basengezi une protection diplomatique afin d’obtenir l’annulation des sanctions américaines.
Les membres de la CENI réagissent ainsi à la décision annoncée le 21 mars dernier par les Etats-Unis qui a gelé les avoirs du président de la CENI, de son adjoint et de son conseiller en matières de nouvelles technologies pour « corruption persistante » liée au processus électoral en RDC.

Ces sanctions prises par le trésor américain incluent notamment l’interdiction de visa et le blocage des comptes financiers aux USA et dans les pays alliés.

La CENI demande également à la Maison blanche, au congrès américain, au département d’Etat des USA et au trésor américain de « reconnaitre les efforts déployés, par ceux qui sont aujourd’hui injustement accusés, effort qui permirent d’éviter à la RDC une autre descente aux enfers ».

La plénière de la CENI demande ainsi de lever ces sanctions « qui fragilisent le processus électoral congolais dont le peuple apprécie les produits et mettent en péril la paix et la stabilité procurées à la RDC par cette première alternance pacifique, dont la portée historique en Afrique centrale est indéniable ».

Le 5 avril dernier, pendant son séjour américain, Félix Tshisekedi s’était exprimé sur ces sanctions.

Le nouveau chef de l’Etat a trouvé que « c’est une erreur de stratégie » de la part des autorités américaines. « Je ne dis pas que ces sanctions sont inutiles, mais je me demande à quoi elles servent », avait-il dit répondant à une question au cours d’une conférence au Conseil sur les relations extérieures, à Washington D.C. (USA).
Le président a reconnu que malgré les imperfections, la CENI a effectué un travail acceptable.

TMB/ CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

À la Une

Goma: Sur recommandation du Premier ministre, le couvre-feu est levé !

Published

on

Le couvre-feu a été levé ce lundi 26 septembre sur toute l’étendue de la ville de Goma. En revanche, il reste en vigueur dans le reste de la province du Nord-Kivu « en attendant l’amélioration des conditions sécuritaires ». Cette mesure avait été décrétée dans cette province dans le but de protéger la population pendant la période des fêtes de fin d’année en 2021, caractérisée par un pic inhabituel d’insécurité.

La levée de cette mesure dans le chef-lieu du Nord-Kivu intervient peu après la mission de suivi-évaluation de l’état de siège « en vue de réorienter les actions pouvant contribuer à rétablir la paix et la sécurité durables dans cette partie de notre territoire national », effectuée par le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde en Ituri et au Nord-Kivu

A cet effet, il avait été demandé au gouverneur militaire d’évaluer son efficacité, après les nombreuses plaintes des populations exaspérées par les tracasseries.

« Nous devons nous assurer avec les autorités militaires que nous puissions mettre fin à toutes ces questions, surtout des questions des tracasseries qui ont été mentionnées. Nous estimons que nous, en tant qu’autorités, devons suivre ce que la population nous dit et travailler dans le sens de lui garantir son bien-être. C’est une population qui n’a que trop souffert et donc nous sommes très sensibles aux messages qui nous sont donnés. Nous avons eu aussi cette demande qui nous a été faite, particulièrement pour la ville de Goma, en ce qui concerne les restrictions en termes de déplacements. Nous avons discuté avec le Gouverneur militaire et donné une indication pour qu’il puisse très vite, réunir le conseil de sécurité et voir les modalités, tout en garantissant la sécurité ici dans la ville de Goma », avait ajouté le Premier ministre Sama Lukonde.

Signalons qu’une première journée ville morte a été observée ce lundi 26 septembre à Goma à l’appel des forces vives et de la société civile en protestation de l’occupation depuis plus de 3 mois de la cité de Bunagana par le M23 et de l’état de siège, jugé inefficace.

Franck Kaky/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising