Connect with us

À la Une

La BAD et l’UA signent un protocole d’accord pour mieux renforcer les capacités des institutions de l’Union Africaine

Published

on

La Banque Africaine de développement (BAD) et l’Union Africaine( UA) viennent de conclure, en date du lundi 12avril dernier, un protocole d’accord afin d’appuyer les réformes qui visent à accélérer la mise en œuvre de l’Agenda 2063 de l’Union Africaine.  La signature dudit protocole d’accord est intervenue entre les deux institutions représentées par Mme Monique Nsanzabaganwa, vice-président de la Commission de l’Union Africaine, et Yacine Fal, vice-président par intérim du groupe de la Banque africaine de développement chargée du développement régional, de l’intégration et de la prestation de services.

En effet, cette signature devrait normalement renforcer les efforts de l’UA en vue de mettre en œuvre l’Agenda 2063 adopté en 2015 dont la vision de l’Union Africaine reste une Afrique intégrée, prospère et pacifique dirigée par ses propres citoyens et représentant une force dynamique sur l’échiquier international.

Bien plus que cela, le Conseil d’administration du Fonds africain de développement, le guichet de financement concessionel du groupe de la Banque africaine de développement avait approuvé en février dernier un don de 11,48 millions de dollars pour le coût du projet. Et cette signature marque donc le début de la phase de mise en œuvre du projet.

L’occasion faisant le larron, la vice-présidente Nsanzabaganwa a rappelé le processus de consultations qui a abouti à la signature de l’accord suite à une série d’interactions et de consultations entre la commission de l’Union Africaine et la BAD et d’autres parties prenantes depuis l’année dernière.

Elle a confirmé que ce projet va permettre de mettre à niveau et d’automatiser plusieurs systèmes de l’Union Africaine par rapport à la gestion d’information, de passation des marchés et de la gestion financière, des ressources humaines et de la gestion des résultats. Cela permettra aussi, de combler les lacunes du système continental d’alerte précoce de l’Union Africaine, un instrument essentiel dans la prévention et la gestion des conflits et de la fragilité.De son coté, Mme vice-présidente par intérim de la banque, Yacine Fal a précisé que ce jour constitue une étape importante.

Elle a salué à juste titre l’atteinte sans laquelle la confiance mutuelle et la collaboration qui ont fait preuve tout au long du processus. Elle a signalé que parmi les priorités clés de ses deux institutions figurent l’accélération de l’intégration régionale et renforcement des capacités des institutions et des entreprises africaines.

En outre, elle a fait savoir que les investissements de la banque comblent les lacunes en matière d’infrastructures régionales, mais ils renforcent également les capacités institutionnelles de l’UA, des communautés économiques régionales, du secrétariat de l’Accord de libre-échange continental africain ainsi que d’autres mécanismes régionaux.

Notons que lors de la dite signature Mme Yacine Fal a conduit une délégation de la banque qui était composé du directeur général adjoint pour l’Afrique de l’Est, Abdul Kamara et le directeur par intérim du Bureau de coordination de l’intégration régionale, Jean Guy Afrika.

Melba Muzola/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Transition écologique et du développement durable : Marie-Pascale Malanda et l’ACTEDD ouvrent le débat public national ce vendredi 30 septembre

Published

on

L’Agence congolaise de la transition écologique et du développement durable (ACTEDD) annonce la tenue, le 30 septembre 2022 à Kinshasa/Gombe, de sa première conférence de presse.

Cette rencontre avec les chevaliers de la plume et du micro sera consacrée à la transition énergétique et au positionnement de la République démocratique du Congo dans cet enjeu planétaire.

A en croire sa coordinatrice Marie-Pascale Malanda, pour ce premier rendez-vous avec la presse, l’objectif poursuivi par ACTEDD est la mise à niveau des médias sur les enjeux énergétiques et climatiques, lesquels ont une dynamique internationale forte pour un « Pays-Solution» comme le nôtre.  » Voilà pourquoi, ACTEDD veut lancer et conduire le débat public national sur des questions aussi fondamentales en commençant par la mobilisation des médias, compte tenu de leur rôle crucial dans la diffusion de l’information et du renforcement des connaissances », a-t-elle martelé.

Pour rappel, l’Agence Congolaise de la Transition Ecologique et du Developpement Durable ( A.C.T.E.D.D) est un service spécialisé de la Présidence de la République mise en place par l’ordonnance n° 20/013 du 28 février 2020.

Elle a pour mission de concevoir, de coordonner et d’implémenter les politiques publiques nationales relatives à la transition écologique en République Démocratique du Congo. Elle est chargée d’étudier, d’analyser et évaluer toutes les questions qui lui sont soumises par le Président de la République en rapport avec la transition écologique et le développement durable. L’Agence comprend le Comité de pilotage et la Coordination.

Ses membres sont nommés par odronnances n° 20/021 du 06 avril 2020.

Il s’agit de :

1. Madame Marie-Pascal MALANDA DIATUKA, Coordonnateur
2. Monsieur Jean de Dieu MINENGU MAYULU, Cordonnateur Adjoint

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising