Connect with us

À la Une

Kwango : bras-de-fer entre Peti-Peti et Mulenga Upala

Published

on

 

Les relations entre les dirigeants de deux grandes institutions provinciales du Kwango, à savoir le gouverneur Jean-Marie Peti-Peti et le président de l’Assemblée provinciale, Wenslens Mulenga Upala, sont au rouge. Pour cause : l’interprétation de la loi régissant la procédure d’intérim à la tête de l’exécutif provincial. Dès lors, les deux autorités du Kwango se regardent juridiquement en chiens de faïence.

Tout est parti de la démission du gouverneur de province, déposée le vendredi 26 juin en plein examen de la motion de défiance visant sa déchéance. On se souvient que Jean-Marie Peti-peti déposait une lettre de démission comme conclusion de sa réponse à la motion de défiance.

Le samedi 27 juin en début d’après-midi, une notification du président de l’Assemblée provinciale en faveur du vice-gouverneur Léopold Kangulumba le désignant gouverneur ad intérim est tombée. Dans sa correspondance adressée au vice-gouverneur, le président de l’assemblée a signalé, qu’en attendant l’avis réservé à la lettre de démission du gouverneur, et pour éviter l’anarchie administrative au sommet de la province, il désignait un intérimaire pour expédier les affaires courantes.

Le gouverneur démissionnaire a rapidement réagi, par son directeur de cabinet interposé, pour balayer le document du président de l’Assemblée provinciale. Dans un long réquisitoire lu à la radio dans la matinée du dimanche 28 juin, Me Adelard Nkisi, directeur de cabinet de Jean-Marie Peti-peti, a mis en cause la désignation de l’intérimaire, prise par le président de l’Assemblée provinciale.

Le réquisitoire a rappelé les circonstances de la démission du gouverneur et du circuit de sa correspondance, et a expliqué les motivations de sa démission. Jean-Marie Peti-Peti a tenu à ce “qu’on évite des confusions dues à des interprétations tendancieuses de la loi, selon les intérêts égoïstes des uns et des autres, afin de garantir la paix et la sécurité à travers toute la province”, lit-on dans le texte publié dans les réseaux sociaux.

“J’ai démissionné pour démontrer que je ne suis pas un parvenu pour m’accrocher au pouvoir ; je ne suis pas un accroc, bien au contraire, je suis venu pour l’intérêt superieur de notre province, pour servir, sinon, j’allais laisser courir la motion jusqu’à la fin et l’attaquer en justice par rapport à toutes les irrégularités qui ont émaillé sa procedure dans son ensemble”, dit le texte.

Et de déplorer : “Je sais qu’il y a déjà un combat engagé pour l’intérim du gouverneur que je suis. Je demande à tout le monde de garder son calme, chaque chose arrivera à son temps, étape par étape”.

Le gouverneur démissionnaire n’est pas allé par quatre chemins pour affirmer : “L’opinion doit retenir que l’acte que le président de l’Assemblée provinciale vient de poser en désignant illégalement un interimaire à la personne de monsieur Léopold Kangulumba Kakoma Kisesele, mon vice-gouverneur, sans attendre les avis des autorités au niveau central, doit être considéré comme de l’outrage à l’endroit du chef de l’Etat, destinataire attitré de ma démission”. Des mots bien choisis pour expliquer le fond de pensée du gouverneur partant.

Comme si cela ne suffisait pas, Jean-Marie Peti-peti, qui ne semble pas laisser prise, a porté plainte contre le président de l’Assemblée provinciale devant la Cour d’appel du Kwango, à Kenge, qui du reste a refusé, selon les informations de sources proches du bureau de l’Assemblée provinciale, de retirer sa correspondance désignant Léopold Kangulumba Kisesele comme gouverneur ad intérim.

Le bras-de-fer est donc ouvert, wait and see.

Émile Yimbu/Congoprofond.net

error:
%d blogueurs aiment cette page :