Now Reading:
Kinshasa: les étudiants de l’Université Révérend Kim bientôt dans la rue contre le général Kanyama
Full Article 3 minutes read

Kinshasa: les étudiants de l’Université Révérend Kim bientôt dans la rue contre le général Kanyama

 

La coordination des étudiants de l’Université Révérend Kim compte saisir le président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, pour espérer récupérer leur concession illégalement occupée par l’ancien numéro 1 de la Police nationale congolaise/Kinshasa, Célestin Kanyama.

Estimant avoir épuisé toutes les voies de la procédure judiciaire afin d’obtenir le déguerpissement de Célestin Kaniama qui occupe la concession située au numéro 56 de l’avenue Uvira, commune de Gombe, ville de Kinshasa, ces étudiants de l’Université Révérend Kim rappellent que ce site devrait servir à l’érection d’une clinique universitaire au profit des étudiants de la faculté de médecine.

En date du 10 août 2017, une réquisition de la force de l’ordre avait été signée par l’officier du ministère public près le tribunal de grande instance de Kinshasa/Gombe, requérant le commissaire provincial de la Police nationale/ville de Kinshasa de mettre à sa disposition un effectif important d’agents pour assister les huissiers dans l’exécution du jugement RC.114.319/RH.53.275 rendu en date du 11 juillet 2017.

Un jugement rendu aux fins de procéder au déguerpissement du défendeur sieurKanyama de la parcelle sise avenue Uvira n°56 portant le numéro 3071 du plan cadastral de la commune de la Gombe.

Décembre 2018, sieur Kanyama a été saisi par le commissaire divisionnaire principal de la PNC ville de Kinshasa à travers une correspondance référencée n°2159/PNC/CG/COMDT/2018.
« Je vous demande de prendre des dispositions avec le Révérend Kim, qui me lit en copie, en votre qualité de commissaire divisionnaire, pour éviter à vous et à la police nationale congolaise, d’être impliqués dans une situation qui n’honorerait ni l’un ni
l’autre. En effet, en votre qualité de haut représentant du service de l’ordre, il conviendrait de vous soumettre aux décisions judiciaires rendues par les cours et tribunaux », a écrit le général Dieudonné Amuli.

 

Pour bon nombre d’analystes, ce feuilleton rappelle la vieille époque de la deuxième République où une catégorie d’individus considérés comme des « intouchables » pouvaient tout se permettre, se considérant ainsi au dessus de la loi. Une époque où
n’importe quel officier militaire pouvait prendre de force un bien d’autrui sans être inquiété, car bénéficiant de la haute protection du maréchal-président de la République, lui-même se considérant au dessus de la mêlée.

 

Or, au stade où nous sommes, des efforts considérables ont été fournis par la République démocratique du Congo qui instaure petit à petit l’Etat de droit. Un Etat où aucun individu, fut-il officier supérieur de l’armée ou de la PNC, ne peut s’hasarder de saper les décisions des cours e t tribunaux, aux risques de s’exposer à la rigueur de la loi.

 

Ainsi donc, les étudiants de l’Université Révérend Kim demandent au chef de l’Etat de s’impliquer personnellement dans ce dossier afin de leur permettre d’être rétablis dans leurs droits en faisant respecter la loi ainsi que les décisions de la justice
congolaise, lesquelles décisions sont exécutées au nom du chef de l’Etat.

 

L.P./CONGOPROFOND.NET

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

code

Input your search keywords and press Enter.
%d blogueurs aiment cette page :