Connect with us

À la Une

Kinshasa : La JCI RDC lance ses activités pour l’année 2023 

Published

on

L’université technologique Bel Campus, située à la 8ème Rue Limete, à Kinshasa, a accueilli, ce samedi 11 fevrier, la cérémonie de rentrée solennelle de la Jeune Chambre Internationale (JCI RDC) pour l’année 2023.

Cérémonie présidée par le nouveau bureau exécutif, elle a été marquée par la présence des plusieurs personnalités dont un représentant de la JCI Togo, des membres l’équipe dirigeante sortante, de nouveaux membres ainsi que des partenaires. Tous ont répondu présent à cet événement qui marque le début des activités pour l’an 2023.

Dévoilant les principaux axes d’intervention pour cette année, le vice-président de la JCI RDC, Trésor Kalonji, a fait savoir qu’en tant que principal réseau mondial des jeunes leaders entrepreneurs, la Jeune chambre internationale place toujours l’individu, la communauté et le réseautage au centre de sa politique. “Voilà pourquoi nous focaliserons nos activités en RDC sur la promotion d’un modèle entrepreneurial axé sur le changement des mentalités, l’incidence des conflits sur les enfants, la prévention et la lutte contre le paludisme et la production scientifique», a-t-il martelé.

Quant à la présidente nationale, Belinda Lumingu Dongo, elle a insisté sur la nécessité d’encadrer cette jeunesse congolaise en perte de repères. «Nous sommes là pour promouvoir les opportunités de développement en leadership aux jeunes afin qu’ils puissent impacter positivement leur entourage», s’est-elle engagée.

Il sied de noter que La Jeune Chambre Internationale est une association existant depuis 1915 et uniquement ouvert pour les jeunes entre 18 et 40 ans. Elle constitue une école de formation permanente. Par le travail réalisé en groupe ou grâce à un large panel de formations organisées au sein du mouvement, la Jeune Chambre propose une gamme illimitée d’opportunités de développement personnel et de prise de responsabilités.

Dorcas Ntumba/ CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

RDC : le taux de fourniture en électricité passe de 15℅ en 2023 à 19℅ en 2024

Published

on

En République démocratique du Congo le taux de la desserte en électricité s’élève à 19℅ en 2024. Cette précision est donnée par le ministre congolais en charge des ressources hydrauliques , Teddy Lwamba Muba.

Lors d’un briefing tenu à la Radio télévision nationale congolaise (RTNC 3) ce jeudi 18 juillet avec son collègue de la communication et médias, le ministre Lwamba a tout de même indiqué que le taux de la desserte en eau potable s’élève actuellement à 34%.

Le briefing a été consacré essentiellement aux «Priorités en matière de desserte en eau et de fourniture en électricité en République Démocratique du Congo».

En 2024, le taux de la desserte en eau potable en République démocratique du Congo s’élève à 34 % et en électricité à 19 %. Le gouvernement de la République (…) par le ministère des Ressources hydrauliques et électricité s’engage à mettre des moyens pour réussir à doubler ce taux en 5 ans “, a déclaré Teddy Lwamba Muba.

On se rappellera qu’en 2023, le Directeur général de la Regideso avait indiqué que plus de 36,1 millions de personnes étaient connectées au réseau de la Regideso, soit 35,5% sur l’échelle de 100 millions d’habitants. Ce nouveau taux avancé par le ministre a légèrement baissé par rapport à celui de 2023. (De 35,5℅ à 34℅).

En ce qui concerne l’électricité, en 2023 la RDC affichait un taux d’électrification de 15 % à l’échelle nationale avec de fortes disparités entre les villes (35 %), les zones rurales (1 %) et les zones périurbaines (moins de 5 %).

En sommes, la RDC continue à afficher un des taux d’électrification les plus bas du continent africain.

Pourtant cet immense territoire, deuxième pays le plus grand d’Afrique, représente à lui seul 8 % du potentiel hydroélectrique mondial, une source d’énergie qui constitue 95 % du mix électrique du pays.

Abritant le plus grand fleuve du continent et le deuxième du monde après l’Amazonie en débit interannuel moyen, la RDC pâtit toutefois d’une faible capacité installée (moins de 3 000 mégawatts, dont la moitié est inexploitée par défaut de maintenance), et de l’absence de réseau de distribution intégré à l’échelle nationale.

Willy Theway/ CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte