Connect with us

À la Une

Kinshasa : IPAS et les magistrats en atelier d’échanges sur l’application des prescrits de l’article 14 du protocole de Maputo

Published

on

 

Ce lundi 25 octobre 2021, l’hôtel Béatrice de Kinshasa a servi de cadre à l’ATELIER D’ECHANGE SUR L’APPLICATION DES PRESCRITS DE L’ARTICLE 14 DU PROTOCOLE DE MAPUTO AVEC LES HAUTS MAGISTRATS. Objectif : réduire les arrestations et faciliter la mise en œuvre du Protocole de Maputo dans toutes
les provinces de la RDC et mettre fin aux avortements clandestins, en même
temps que la mortalité maternelle, mais aussi protéger les droits sexuels et
reproductifs des femmes.

Dans sa prise de parole pour le mot d’ouverture, le directeur de IPAS , Docteur Jean Claude Mulunda, a premièrement remercié les différents participants à l’instar de Secrétaire Permanent du Conseil Supérieur de la Magistrature, le Président de cour
constitutionnelle, Président du conseil supérieur de la Magistrature pour son
engagement pour les droits humains, les droits de la femme dont les droits de
santé sexuelle et reproductive
constituent une ainsi que le Protocole de
Maputo.

Il a aussi parlé du  Protocole de Maputo ainsi que la vision de ” Makoki ya Muasi “. ” Ce protocole a une particularité: mettre un accent spécial sur les DSSR et l’accès à la contraception et à l’avortement sécurisé.
Mais malgré ces efforts, les conditions de vie de la femme s’améliorent beaucoup moins lentement que la montée de la violence et de la stigmatisation… en 2016, pour la seule ville de Kinshasa, l’étude de l’école de santé publique en collaboration avec Guttmacher Institute a estimé que 4 grossesses sur 10 se sont terminées par un avortement, avec une moyenne de 146 7001 avortements pour la seule année, ce qui représente 400
avortements par jour et 17 par heure”, a-t-il déclaré.

Et pour Makoki ya Muasi: ” A travers son programme Makoki Ya Mwasi, financé par l’Ambassade de Suède en RDC, Ipas se force à démontrer le rôle de la promotion des droits de santé sexuelle et reproductive dans la valorisation de la femme, dans son
éducation, sa participation politique et sociale, bref son autonomisation.
La vision de Makoki Ya Mwasi c’est de garantir à chaque femme et chaque
fille, les droits et les capacités d’agir en faveur de sa sexualité, sa santé reproductive, son éducation et sa profession.Ceci exclu toute sexualité forcée à travers le viol, l’inceste, le mariage précoce, mais aussi toute
discrimination d’accès à l’information et aux soins de santé reproductive dont la
contraception, l’avortement sécurisé, la prise en charge médical du viol, … La disponibilité des services sécurisés réduirait le recours à
la clandestinité et contribuerait à la réduction de la morbidité et de la mortalité maternelle”.

Durant l’atelier, plusieurs intervenants ont planché sur plusieurs sujets. Docteur Rumba a évoqué l’ “Ampleur des avortements et Violences basées sur les genres en RDC” , Baudouin Kipaka , le 1er président de kwilu, sur Cadre légal sur les droits de la femme (Droits et besoins de la femme), Alphonse Tshika/Mini Genre s’est appuyé sur les Généralités du Protocole de Maputo, AGF Kingudi a son tour a parlé de “Cadre légal sur les avortements et la contraception en RDC” et lé colonel Eanga a exposé sur les ” Mesures règlementaires sur la mise en œuvre de l’article 14.2.c du protocole de Maputo”.

Au sortir de cet atelier , l’un des
participants, Dieudonné Kongolo, procureur général près de la cours d’appel de Kasai, a dit qu’il est temps de sensibiliser et vulgariser ce protocole. ” On a retenus que notre législation a évolué… Le dispositif existe déjà question qu’on prenne conscience et maintenant là, c’est plus la sensibilisation, la vulgarisation quand tous, nous allons rentrer dans nos ressorts respectif pour sensibiliser nos collaborateurs, la société civile, les activistes des droits de l’homme partenaires, etc. Je crois que ça va donner un plus à notre société en tous cas pour arrêter ces avortements clandestins qui est devenu comme un fléau”.

Désiré Rex Owamba/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Du 24 au 26 avril “Semaine française de Kinshasa” : Sortir de la sempiternelle notion du potentiel et parler de la mise en œuvre des opportunités et des partenariats 

Published

on

Mettre les bouchées doubles pour sortir de la continuelle notion du potentiel que regorge le sol et le sous-sol de la RDC et parler vraiment de la mise en œuvre des opportunités et des partenariats. C’est ce qu’a indiqué l’ambassadeur de France à Kinshasa, Bruno Aubert, lors de son allocution à l’occasion de la conférence de presse sur la 8è édition de la Semaine française de Kinshasa, ce mardi 16 avril au Pullman Hôtel de Kinshasa. Ce grand rendez-vous économique, organisé par la CCI Franco-Congolaise, est attendu du 24 au 26 avril au Pullman sous le thème : ” Les leviers de la croissance”.

La reprise en rythme des semaines françaises après l’interruption dans les années passées est la manifestation d’une confiance forte de la France dans le potentiel économique de la RDC et la conviction partagée avec vous qu’il faut travailler ensemble et sortir de la sempiternelle notion du potentiel et parler vraiment de la mise en œuvre des opportunités et des partenariats”, a affirmé le diplomate.

Se réjouissant du fait que la cellule du climat des affaires de la présidence soit activement associée et présente, le diplomate français a invité les partenaires à capitaliser et travailler les résultats positifs sur terrain.

Je suis très heureux que la cellule du climat des affaires de la présidence de la République soit activement associée et présente. C’est de très bon augure pour le temps qui s’ouvre devant nous. Ce qui est remportant au delà d’une trentaine d’entreprises qui viendront certes c’est modeste, c’est de travailler sur cette pente ascendante”, a-t-il appuyé.

Pour sa part, Francine Mbuyi Kabongo, Conseillère technique de la Cellule climat des affaires à la présidence de la RDC, envisage que la RDC puisse mettre en place des mesures incitatives. Ce, pour accroître les investissements tant dans la capitale que dans les différentes provinces du pays. ” Je voudrais ici exprimer notre reconnaissance d’avoir associé la cellule climat des affaires à ce programme. Nous sommes convaincus que les différents conférenciers et panelistes de haut niveau pourront aborder les thématiques obtenues entre autres celles en rapport avec les mines, la logistique, la vie durable, la santé,les infrastructures, l’énergie ainsi que l’agroalimentaire à un climat des affaires stables pour attirer davantage des investisseurs dans le pays. Il est important pour la RDC de pouvoir travailler et mettre en place des mesures incitatives afin d’accroître les investissements dans le pays bien particulièrement non seulement à Kinshasa mais dans les différentes provinces de la RDC; voir des investissements français croître raison pour laquelle le Président de la République a mis en place la cellule climat des affaires sous son autorité en 2020″, a-t-elle indiqué, avant d’affirmer que cette Cellule travaille déjà sur plusieurs problématiques pour assainir le climat des affaires en RDC.


Elle a également évoqué le bien-fondé du baromètre national, qui va permettre aux opérateurs économiques d’exprimer leur ressenti sur les affaires, mais aussi et surtout de partager leur expérience, leur difficulté sur l’exercice même de leur activité dans le pays.

“Le Chef de l’État s’est approprié de cette question afin de pouvoir rassurer les opérateurs économiques qui font face à divers obstacles et entraves dans l’exercice même de leur activité. Il était important de favoriser une politique de proximité par la création d’un point focal qui assure l’interaction privée près le Président de la République. Le baromètre national du climat des affaires permet à la RDC de raconter sa propre histoire et notamment aux opérateurs économiques d’exprimer leur ressenti sur leur manière de faire les affaires, mais également de partager leur expérience, leur difficulté sur l’exercice même de leur activité dans le pays, cela permet aux divers acteurs à quel niveau que ce soit de pouvoir mettre en place une batterie de réformes qui pourront améliorer les conditions de travail en RDC et rendre le climat des affaires stable”, a fait savoir Francine Mbuyi.

Il convient de noter, à la suite du président de la CCI Franco-Congolaise, Bertrand Bisengimana, qu’en marge de ces assises sera présentée la “Communauté Afrique-France Entrepreneurs” ayant pour objectif de favoriser les partenariats entre entreprises du continent africain et celles basées en France, dans une logique de pairs à pairs. ” L’idée est née à l’issue du nouveau sommet Afrique-France de Montpellier : mettre en place une plateforme de connexion afin d’encourager les partenariats entre entreprises africaines et françaises”, a-t-il expliqué.

Rappelons que la 8è édition de la Semaine française de Kinshasa interviendra du mercredi 24 au vendredi 26 avril prochain. La Chambre de commerce industrie ( CCI) franco congolaise est au four et au moulin pour qu’elle soit un succès retentissant.
Près d’une quarantaine d’entreprises françaises au Congo vont prendre part à cet événement.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte