Connect with us

À la Une

Kinshasa : IPAS et les magistrats en atelier d’échanges sur l’application des prescrits de l’article 14 du protocole de Maputo

Published

on

 

Ce lundi 25 octobre 2021, l’hôtel Béatrice de Kinshasa a servi de cadre à l’ATELIER D’ECHANGE SUR L’APPLICATION DES PRESCRITS DE L’ARTICLE 14 DU PROTOCOLE DE MAPUTO AVEC LES HAUTS MAGISTRATS. Objectif : réduire les arrestations et faciliter la mise en œuvre du Protocole de Maputo dans toutes
les provinces de la RDC et mettre fin aux avortements clandestins, en même
temps que la mortalité maternelle, mais aussi protéger les droits sexuels et
reproductifs des femmes.

Dans sa prise de parole pour le mot d’ouverture, le directeur de IPAS , Docteur Jean Claude Mulunda, a premièrement remercié les différents participants à l’instar de Secrétaire Permanent du Conseil Supérieur de la Magistrature, le Président de cour
constitutionnelle, Président du conseil supérieur de la Magistrature pour son
engagement pour les droits humains, les droits de la femme dont les droits de
santé sexuelle et reproductive
constituent une ainsi que le Protocole de
Maputo.

Il a aussi parlé du  Protocole de Maputo ainsi que la vision de  » Makoki ya Muasi « .  » Ce protocole a une particularité: mettre un accent spécial sur les DSSR et l’accès à la contraception et à l’avortement sécurisé.
Mais malgré ces efforts, les conditions de vie de la femme s’améliorent beaucoup moins lentement que la montée de la violence et de la stigmatisation… en 2016, pour la seule ville de Kinshasa, l’étude de l’école de santé publique en collaboration avec Guttmacher Institute a estimé que 4 grossesses sur 10 se sont terminées par un avortement, avec une moyenne de 146 7001 avortements pour la seule année, ce qui représente 400
avortements par jour et 17 par heure », a-t-il déclaré.

Et pour Makoki ya Muasi:  » A travers son programme Makoki Ya Mwasi, financé par l’Ambassade de Suède en RDC, Ipas se force à démontrer le rôle de la promotion des droits de santé sexuelle et reproductive dans la valorisation de la femme, dans son
éducation, sa participation politique et sociale, bref son autonomisation.
La vision de Makoki Ya Mwasi c’est de garantir à chaque femme et chaque
fille, les droits et les capacités d’agir en faveur de sa sexualité, sa santé reproductive, son éducation et sa profession.Ceci exclu toute sexualité forcée à travers le viol, l’inceste, le mariage précoce, mais aussi toute
discrimination d’accès à l’information et aux soins de santé reproductive dont la
contraception, l’avortement sécurisé, la prise en charge médical du viol, … La disponibilité des services sécurisés réduirait le recours à
la clandestinité et contribuerait à la réduction de la morbidité et de la mortalité maternelle ».

Durant l’atelier, plusieurs intervenants ont planché sur plusieurs sujets. Docteur Rumba a évoqué l’ « Ampleur des avortements et Violences basées sur les genres en RDC » , Baudouin Kipaka , le 1er président de kwilu, sur Cadre légal sur les droits de la femme (Droits et besoins de la femme), Alphonse Tshika/Mini Genre s’est appuyé sur les Généralités du Protocole de Maputo, AGF Kingudi a son tour a parlé de « Cadre légal sur les avortements et la contraception en RDC » et lé colonel Eanga a exposé sur les  » Mesures règlementaires sur la mise en œuvre de l’article 14.2.c du protocole de Maputo ».

Au sortir de cet atelier , l’un des
participants, Dieudonné Kongolo, procureur général près de la cours d’appel de Kasai, a dit qu’il est temps de sensibiliser et vulgariser ce protocole.  » On a retenus que notre législation a évolué… Le dispositif existe déjà question qu’on prenne conscience et maintenant là, c’est plus la sensibilisation, la vulgarisation quand tous, nous allons rentrer dans nos ressorts respectif pour sensibiliser nos collaborateurs, la société civile, les activistes des droits de l’homme partenaires, etc. Je crois que ça va donner un plus à notre société en tous cas pour arrêter ces avortements clandestins qui est devenu comme un fléau ».

Désiré Rex Owamba/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Goma: Sur recommandation du Premier ministre, le couvre-feu est levé !

Published

on

Le couvre-feu a été levé ce lundi 26 septembre sur toute l’étendue de la ville de Goma. En revanche, il reste en vigueur dans le reste de la province du Nord-Kivu « en attendant l’amélioration des conditions sécuritaires ». Cette mesure avait été décrétée dans cette province dans le but de protéger la population pendant la période des fêtes de fin d’année en 2021, caractérisée par un pic inhabituel d’insécurité.

La levée de cette mesure dans le chef-lieu du Nord-Kivu intervient peu après la mission de suivi-évaluation de l’état de siège « en vue de réorienter les actions pouvant contribuer à rétablir la paix et la sécurité durables dans cette partie de notre territoire national », effectuée par le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde en Ituri et au Nord-Kivu

A cet effet, il avait été demandé au gouverneur militaire d’évaluer son efficacité, après les nombreuses plaintes des populations exaspérées par les tracasseries.

« Nous devons nous assurer avec les autorités militaires que nous puissions mettre fin à toutes ces questions, surtout des questions des tracasseries qui ont été mentionnées. Nous estimons que nous, en tant qu’autorités, devons suivre ce que la population nous dit et travailler dans le sens de lui garantir son bien-être. C’est une population qui n’a que trop souffert et donc nous sommes très sensibles aux messages qui nous sont donnés. Nous avons eu aussi cette demande qui nous a été faite, particulièrement pour la ville de Goma, en ce qui concerne les restrictions en termes de déplacements. Nous avons discuté avec le Gouverneur militaire et donné une indication pour qu’il puisse très vite, réunir le conseil de sécurité et voir les modalités, tout en garantissant la sécurité ici dans la ville de Goma », avait ajouté le Premier ministre Sama Lukonde.

Signalons qu’une première journée ville morte a été observée ce lundi 26 septembre à Goma à l’appel des forces vives et de la société civile en protestation de l’occupation depuis plus de 3 mois de la cité de Bunagana par le M23 et de l’état de siège, jugé inefficace.

Franck Kaky/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising