K-WA Advertising

Connect with us

À la Une

Kasaï/Assemblée Provinciale: 11 députés exigent le départ du bureau Mushitu

Published

on

Quelques députés provinciaux ont déposé, ce lundi 21 décembre 2020, des mises en accusation contre le bureau de l’Assemblée provinciale du Kasaï, dirigé par Aloïs Mushitu Ngenge.

Devant la presse locale, ces 11 élus provinciaux reprochent au président de l’Assemblée provinciale et son bureau “leur incompétence et faute grave commise dans l’exercice de leurs fonctions en exécution des dispositions des articles 32, 115, 116, 119 et 121 du règlement intérieur de l’Assemblée provinciale du Kasaï.”

Ils reprochent également à ce bureau d’avoir bloqué le déroulement normal des activités parlementaires en protégeant le gouverneur Dieudonné Pieme visé par une motion de censure pour megestion de la province.

Au président Aloïs Mushitu, ils l’accusent de “faire fuir deux membres du bureau, en l’occurrence, le questeur et le rapporteur avec une feuille de route non éligible“. Ce, dans l’objectif d’empêcher la convocation de la séance plénière.

À eux d’ajouter: ” la fermeture du secrétariat et d’autres bureaux de l’Assemblée provinciale du Kasaï et cela engendre le blocage de plusieurs initiatives de contrôles parlementaires des députés restées sans issus jusqu’à ce jour ; l’absence des rapports des missions officielles effectuées à Kinshasa sur l’invitation du VPM de l’Intérieur; le refus de présenter au cours de la session de septembre, les prévisions budgétaires de cette institution provinciale; l’absence du règlement financier de l’Assemblée provinciale; la transmission de l’édit budgétaire au gouvernement provincial sans l’approbation de l’Assemblée plénière”.

De cet effet, ils invitent le bureau administratif de convoquer en urgence une plénière dans 48 heures pour mettre en place le bureau d’âge pouvant permettre à examiner ces mises en accusations déposées contre tous les membres du bureau de l’Assemblée provinciale du Kasaï.

 

 Clementus Lusamba Lua Mbombo/ Congoprofond.net

À la Une

EPST : La Synergie des Syndicats des enseignants met en garde le SECOPE !

Published

on

La Synergie des Syndicats des enseignants de la République Démocratique du Congo, réunie en Assemblée Générale le samedi 14 mai 2022 à Kinshasa, pour évaluer les promesses du Gouvernement aux enseignants, a lancé une mise en garde à l’endroit du Service de la Paie et du Contrôle des enseignants (SECOPE).

Au cours de la déclaration finale de cette réunion, lue devant la presse, le Secrétaire Général du Synecat, Jean-Bosco Puna, s’est exprimé en ces termes : ” La Synergie met en garde le SECOPE et l’invite à assurer ses prérogatives, conformément à ses missions initiales “.

Par contre, rien n’a été précisé comme grief à l’endroit de ce Service, lors de cette déclaration.

Dans la recherche des informations, la rédaction du CONGOPROFOND.NET est entrée en contact avec des écoles et a constaté que la grande majorité des enseignants mécanisés par le SECOPE, au mois de janvier, n’a pas été payée en avril, comme annoncé par le ministre de l’EPST.

Pour les enseignants affiliés à ces Syndicats, le Gouvernement n’a pas réalisé les promesses faites à Mbuela Lodge à Kisantu, au début du mois de novembre 2021, lors des négociations entre banc syndical des enseignants et le banc gouvernemental.

C’est pourquoi, ajoute Jean-Bosco Puna, : ” Les enseignants demandent au Gouvernement, avant d’envisager la rentrée scolaire prochaine, de suspendre la retraite cavalière, de payer le troisième palier à tous les enseignants de l’EPST et de payer les vrais enseignants N.U “.

Néanmoins, précise-t-il : ” Les enseignants décident de poursuivre les enseignements dans toutes les écoles primaires et secondaires, sur toute l’étendue de la République Démocratique du Congo et attendre la clôture de l’année scolaire 2021-2022, pour des actions bien planifiées à leur profit “.

Rappelons que l’année scolaire en cours a démarré le 04 octobre 2021 sur fonds de grève, au niveau des écoles publiques.

Les enseignants revendiquent l’amélioration de leurs conditions sociales. Les points saillants de ces revendications sont la régularisation de la situation des enseignants dits N.U et le paiement des deuxième et troisième paliers de salaires.

Selon les autorités, 70.023 enseignants Nouvelles Unités viennent d’être payées en avril dernier.

Jules KISEMA KINKATU/CONGOPROFOND.NET

Continue Reading

K-WA Advertising