Connect with us

À la Une

Justice : des ONG africaines opposées aux sanctions des USA  contre la Procureure de la CPI et d’un membre de son bureau

Published

on

Dans une déclaration parvenue à la rédaction de CONGOPROFOND.NET, ce lundi 7 septembre, des organisations non gouvernementales africaines ont élevé leurs voix pour condamner les sanctions individuelles imposées par les États-Unis à l’endroit de la Procureure de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, et du chef de la Division de la Complémentarité et coopération au sein du Bureau du Procureur.

Ces sanctions, selon ces structures, constituent une atteinte grave et sans précédent au système de justice pénale internationale mis en place par les États parties au traité de Rome créant la Cour pénale internationale en 1998.

 » Toute mesure qui viserait à empêcher la Procureure de la CPI d’accomplir son mandat en toute indépendance et impartialité constitue une entrave au Statut de Rome et à l’action de l’Assemblée des États parties », ont-elles déclaré.

Ainsi, elles prient instamment l’Assemblée des États parties au Statut de Rome de prendre toutes les mesures nécessaires pour défendre la CPI contre les attaques politiques qui visent à « saper l’indépendance de la Cour et à dissuader la Procureure d’exercer son mandat en vertu du Statut de Rome ».

Ces ONG demandent à toutes les institutions et organisations africaines,plus particulièrement l’Union africaine, de dénoncer ces sanctions « inacceptables à l’égard de la Procureure et d’un membre de son bureau ».

Enfin, ces organisations africaines signataires renouvellent leur soutien au travail de la Cour pénale internationale et affirment être disposées à tout mettre en œuvre pour préserver son indépendance et son intégrité en tant qu’institution judiciaire internationale chargée de lutte contre l’impunité des auteurs des crimes les plus atroces qui touchent l’ensemble de membres de la communauté internationale.

Les Organisations signataires:

1.    Club des amis du droit du Congo, CAD (République démocratique du Congo) ;

2.    Bureau d’études et de réflexions pour le bien-être des communautés, BERCO (RDC) ;

3.    Agence de diffusion du Droit international humanitaire en Afrique centrale, ADDIHAC (RDC);

4.    Ligue pour la paix, les droits de l’homme et la justice, Lipadhoj (RDC) ;

5.    Coalition Centrafricaine pour la Cour pénale internationale (RCA);

6.    Observatoire Centrafricain des droits de l’Homme (RCA);

7.    Association Burkinabe pour la paix et les droits humains (Burkina Faso) ;

8. Coalition Burundaise pour la Cour pénale internationale ;

9. Observatoire ivoirien des droits de l’homme (OIDH), (Côte d’Ivoire) ;

10. Le Centre marocain pour la paix et la loi (Maroc) ;

11. Coalition Ivoirienne pour la Cour pénale internationale (Côte d’Ivoire) ;

12. Réseau Equitas Côte d’Ivoire ;

13. Center for Human Rights and Rehabilitation (Malawi) ;

14. Coalition Malienne pour la Cour pénale internationale CM-CPI (Mali) ;

Dorcas Ntumba/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Transition écologique et du développement durable : Marie-Pascale Malanda et l’ACTEDD ouvrent le débat public national ce vendredi 30 septembre

Published

on

L’Agence congolaise de la transition écologique et du développement durable (ACTEDD) annonce la tenue, le 30 septembre 2022 à Kinshasa/Gombe, de sa première conférence de presse.

Cette rencontre avec les chevaliers de la plume et du micro sera consacrée à la transition énergétique et au positionnement de la République démocratique du Congo dans cet enjeu planétaire.

A en croire sa coordinatrice Marie-Pascale Malanda, pour ce premier rendez-vous avec la presse, l’objectif poursuivi par ACTEDD est la mise à niveau des médias sur les enjeux énergétiques et climatiques, lesquels ont une dynamique internationale forte pour un « Pays-Solution» comme le nôtre.  » Voilà pourquoi, ACTEDD veut lancer et conduire le débat public national sur des questions aussi fondamentales en commençant par la mobilisation des médias, compte tenu de leur rôle crucial dans la diffusion de l’information et du renforcement des connaissances », a-t-elle martelé.

Pour rappel, l’Agence Congolaise de la Transition Ecologique et du Developpement Durable ( A.C.T.E.D.D) est un service spécialisé de la Présidence de la République mise en place par l’ordonnance n° 20/013 du 28 février 2020.

Elle a pour mission de concevoir, de coordonner et d’implémenter les politiques publiques nationales relatives à la transition écologique en République Démocratique du Congo. Elle est chargée d’étudier, d’analyser et évaluer toutes les questions qui lui sont soumises par le Président de la République en rapport avec la transition écologique et le développement durable. L’Agence comprend le Comité de pilotage et la Coordination.

Ses membres sont nommés par odronnances n° 20/021 du 06 avril 2020.

Il s’agit de :

1. Madame Marie-Pascal MALANDA DIATUKA, Coordonnateur
2. Monsieur Jean de Dieu MINENGU MAYULU, Cordonnateur Adjoint

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising