Connect with us

Actualité

JMP à l’Unikin : Réflexion sur la Covid-19 et la santé reproductive

Published

on

En marge de la Journée mondiale de la population (JMP), le département des Sciences de la population et du développement de la faculté des Sciences économiques et de gestion de l’Université de Kinshasa (Unikin) a servi de cadre, le vendredi 23 juillet 2021, au lancement avec pompe d’une série d’activités autour du thème : « Les droits et les choix sont la solution : en cas de baby-boom, influer sur les taux de fécondité ne peut se faire qu’en faisant des droits et de la santé reproductive de tous une priorité « .

Le go de ces activités a donné par le Secrétaire général au ministère de Plan, Daniel Monsango Epembe. Dans son mot, il a souligné l’importance de l’implication de tous afin d’atteindre les objectifs fixés. « Pour atteindre les objectifs de développement durable en 2030, il est indispensable de renforcer notre engagement collectif pour la protection et le respect des droits pour tous, conformément à notre législation, et de réaliser l’ensemble des actions sur la population et le développement », a-t-il déclaré. Présent à la cérémonie, le représentant de l’Unfpa, Professeur Pierre Clistu a parlé de la pandémie de Covid-19, en mettant en évidence les inégalités et les faiblesses flagrantes des systèmes de santé entre les pays et à l’intérieur de ces pays. « La crise sanitaire a conduit de nombreux systèmes de santé surchargés par les besoins de la population à prendre en charge, à restreindre la fourniture de leurs services de santé sexuelle et reproductive. La femme s’est retrouvé dans l’incapacité à exercer son droit et à exprimer son choix en matière de sexualité et de procréation », a-t-il fait observer.

La journée s’est achevée par une série d’intervention des professeurs du département des Sciences de la population et du développement de l’Unikin. Ceux-ci ont abordé différents thématiques sur l’impact de la Covid-19. Le Professeur Jacques Emina a parlé de l’impact de la Covid-19 sur la santé sexuelle et reproductive en Afrique sub-saharienne. « La pandémie a eu des conséquences sur la santé reproductive de la population, avec des effets sur la fécondité. 15 millions de grossesses sont prévues, dues à la difficulté d’accéder aux méthodes contraceptives », a-t-il laissé entendre.

Le Professeur Pierre Akilimali a évoqué l’impact de cette maladie planétaire sur la santé maternelle. Pour lui, une femme indépendante financièrement a plus de capacités de pouvoir gérer à sa guise sa santé sexuelle. Et d’indiquer : « En juin 2020, six femmes sur dix prétendaient être indépendantes de leurs partenaires. Ces chiffres se sont accentués en début de cette année 2021. Des chiffres qui démontrent que les femmes qui travaillent sont les plus à utiliser des méthodes de contraception ». Pour le professeur Akoto Eliwo, la Covid-19 a des potentiels impacts sur les violences basées sur le Genre. « Les mesures prises en rapport avec le Coronavirus ont favorisé les violences basées sur le Genre, en République démocratique du Congo. Une femme sur deux a déjà été victime d’harcèlement, et la fermeture des lieux publics a induit les femmes à rester cloitrer dans un même endroit avec leur bourreau », a-t-il dit.

L’impact de la Covid-19 sur les données pour le suivi, l’évaluation et la planification du développement, c’était le thème abordé par le professeur Denis Nzita. Il a relevé : « La pandémie est entrain d’agir très négativement sur les objectifs à atteindre du PNLS. Avec la Covid-19, il est difficile de connaître la transition démographique qui est très importante, car elle permettra de savoir le pourcentage de la population active ».

À noter que ces assises ont pour objectif de sensibiliser la population estudiantine, en particulier, et la population congolaise en générale, sur les questions de population et de développement, afin de mobiliser des ressources conséquentes.

Dorcas Ntumba/ Congoprofond.net


There is no ads to display, Please add some

Actualité

Université Simon Kimbangu : La faculté de Médecine réouverte

Published

on

La faculté de médecine de l’Université Simon Kimbangu (USK), fermée en septembre 2021 par décision du Ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire, Mohindo Nzangi Butondo, vient d’obtenir du Gouvernement de la République, sa réouverture et ce, par suite de la signature d’un nouvel Arrêté ministériel en date du 29 novembre 2022.

C’est le principal message transmis le lundi 05 décembre 2022, par le Recteur de cette grande institution d’enseignement supérieur et universitaire, le professeur Blaise Muya Mayoyi Musangu, au cours d’une conférence de presse organisée au siège de cette université sur l’avenue Bongolo, à Kinshasa-Kalamu.

Hormis les chevaliers de la plume et du micro, plusieurs personnalités, membres du comité de gestion de l’USK, doyens des facultés, professeurs, personnel administratif, technique et ouvrier, ainsi que les membres de la coordination estudiantine, ont pris part à cet échange.

 » C’est un réel et ardent plaisir pour moi, de vous accueillir en ce jour de lundi 5 décembre 2022, jour historique, jour événementiel, jour d’allégresse, plein de prouesses et jour ravissant, dans les enceintes de notre Alma Mater, je cite : Université Simon Kimbangu », déclare le Professeur Recteur Blaise Muya Mayoyi Musangu, dans la partie introductive de son allocution.

Aussi, après avoir remercié sincèrement le Grand Chancelier des Universités kimbanguistes, Papa Simon Kimbangu Kiangani, pour ses initiatives combien louables pour l’émergence adéquate de l’USK de Kinshasa, il a précisé que :  » En effet, depuis le vendredi 02 décembre 2022, le comité de gestion de l’Université Simon Kimbangu, à travers ma modeste personne, a reçu notification de l’Arrêté Ministériel de l’Enseignement Supérieur et Universitaire datée du 29 novembre 2022 portant réouverture de la filière de Médecine au sein de notre Alma Mater « .

Disons à ce propos que c’est à travers sa notification référencée MINESU/SG/160/01/1986/2022 du 02 décembre 2022, adressée à monsieur le Recteur de l’Université Simon Kimbangu, que le Secrétaire Général à l’Enseignement Supérieur et Universitaire, Delly Ndibu Kapuku, a transmis cette information en ces termes :  » J’ai l’honneur de vous informer que, conformément à l’Arrêté Ministériel N°534/MINESU/CAB.MIN/MNB/MM/2022 du 29 novembre 2022 de Son Excellence Monsieur le Ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire, la filière de Médecine est ouverte à l’Université Simon Kimbangu de Kinshasa « USK » en sigle ».

A en croire le professeur Recteur de l’USK, la fermeture de cette filière n’était pas liée au problème de la qualité de l’enseignement, mais plutôt à un dysfonctionnement en son sein.

 » Un certain nombre de reproches avait motivé la décision du ministre de l’ESU dont le dysfonctionnement dans l’administration de la filière Médecine « , a-t-il souligné.

Aussi, a-t-il poursuivi : « Sans se lasser, le comité de gestion a déployé l’inlassables efforts dans l’amélioration de la qualité des enseignements au sein de notre Alma Mater. Particulièrement la normalisation du fonctionnement de sa filière de Médecine ».

Soulignons que dans le cadre de cette normalisation, un réaménagement a été opéré à la tête de cette filière parç le comité de gestion, avec la nomination d’un nouveau Doyen, professeur de son état, assisté par deux vice-doyens chargés respectivement de l’Enseignement et de la Recherche, qui sont également des professeurs médecins. L’un d’eux est ophtalmologue.

Un autre élément qui s’ajoute à cette normalisation, est la convention-cadre de collaboration entre l’USK et l’hôpital kimbanguiste de Kinshasa-Kimbanseke.

Au terme de cette convention, désormais cette grande formation médicale servira de clinique universitaire pour l’encadrement, la pratique et le suivi des étudiants et stagiaires de la faculté de médecine de l’USK.

Cependant, le professeur Recteur a attiré l’attention de ses collaborateurs, notamment le Secrétaire Général Académique, le professeur Mana Mbumba, pour ne pas se laisser emporter par le triomphalisme, plutôt que d’être très regardant dans l’avenir.

 » Il convient de vous rappeler que, les reproches formulés par l’autorité de tutelle, les argumentaires ou les motivations de sa décision de fermeture n’étaient pas du tout égarés. Considérant fondées les remarques pertinentes et qu’en ce jour, nous festoyons, tenez bon, nous devons être très regardants dans tout ce que nous faisons sur le plan administratif et scientifique pour éviter une autre morsure « , a dit le Recteur.

C’est ici le lieu, pour la rédaction de CONGOPROFOND.NET d’indiquer que l’article 3 de l’Arrêté portant réouverture stipule que :  » Lorsque les conditions requises pour l’organisation de la filière susvisée ne sont plus réunies par l’Etablissement, l’Autorité de Tutelle peut encore lui retirer l’autorisation ».

Soulignons que cette nouvelle de la réouverture de la filière de Médecine a été accueillie avec grande joie par toute la communauté estudiantine de l’Université Simon Kimbangu (USK).

Pour rappel, le 18 septembre 2021, le Ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire, Mohindo Nzangi Butondo, à l’issue des travaux des états généraux de l’Enseignement Supérieur et Universitaire tenus à Lubumbashi, avait décidé de fermer plusieurs facultés de Médecine qui ne remplissaient pas les conditions requises, dont celle de l’Université Simon Kimbangu de Kinshasa.

Néanmoins, à l’issue d’un contrôle rigoureux effectué en novembre dernier par les équipes du Ministère de l’ESU à l’USK, il a été conclu que cette dernière se conforme aux instructions du Ministère de l’ESU et de l’Ordre des Médecins.

En dehors de la réouverture de la filière de Médecine, le Recteur a aussi annoncé l’ouverture, dès l’année académique 2022-2023, de la Faculté de Santé publique, qui s’ajoute à celles déjà opérationnelles, notamment : les facultés de Droit, Sciences économiques et des Gestions, Sciences agronomiques, Environnement et Développement durable, Sciences informatiques, Sciences Sociales, Administratives et Politiques et la faculté de Théologie.

Jules KISEMA KINKATU/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising